Homophonies

magazine gay et lesbien

Homophonies
Pays France
Langue Français
Périodicité mensuel
Genre homosexuel
Date de fondation
Date du dernier numéro

Homophonies est un magazine mensuel gay et lesbien français, fondé par le Comité d'urgence anti-répression homosexuelle (CUARH) en 1980 et disparu en 1987.

HistoireModifier

Le Comité d'urgence anti-répression homosexuelle (CUARH) est une fédération mixte de groupes homosexuels créée en 1979 à l'occasion de la première Université d'été homosexuelle. Le groupe parisien (CUARH-Paris) décide de lancer un mensuel et le premier numéro sort en . Il est diffusé à travers le réseau militant et des dépôts dans certains établissements gays. Il sera diffusé en kiosques sur Paris à partir de , puis sur toute la France à partir de , sa rédaction est alors placée sous l'égide du CUARH-National. Bien que le tirage annoncé soit de 22 000 exemplaires, le tirage réel ne dépasse pas les 8 500 exemplaires[1].

Homophonies se singularise dans la presse gay par sa mixité. Son contenu cherche à trouver un équilibre dans les sujets de dossiers pour assurer celle-ci et son iconographie reste volontairement « soft »[2]. Conformément à l'objet de l'association qui porte le projet, le ton se veut militant et tourné vers le combat contre les discriminations. Le mensuel sera l'occasion de populariser les actions du CUARH et en particulier les premières marches homosexuelles[3].Les contributions écrites sont presque exclusivement bénévoles. Le secrétariat de rédaction est le seul emploi rémunéré à plein temps, il sera assuré par Hervé Liffran.

La viabilité du journal reste difficile. D'une part le mensuel est concurrencé par le journal Le Gai Pied, d'autre part le CUARH périclite laissant le comité de rédaction de son mensuel devenir un groupe autonome. Des tensions internes ne tardent pas à se faire jour entre ceux qui souhaitent maintenir la ligne éditoriale du projet d'origine et ceux qui souhaitent une « ouverture » du contenu pour toucher un lectorat plus large. Une restructuration interne intervient et place la rédaction sous l'autorité d'un directoire de cinq personnes composé de Gérard Bach-Ignasse, Mélanie Badaire, Annie Cariou, Catherine Gonnard et Daniel Semré.

En décembre 1986, face aux difficultés financières, Homophonies devient un quatre pages sous titré La lettre des homosexualités qui cessera de paraître en février 1987.

Les différents directeurs de publication ont été Vincent Legret, Gérard Maison et Catherine Gonnard.

Notes et référencesModifier

  1. Rapport moral du CUARH de 1985.
  2. Catherine Gonnard et Jean-Michel Rousseau, « Homophonies : une sonorité différente », dans Actes du colloque international, Sorbonne 1er et 2 décembre 1989, Cahiers GKC, 1990.
  3. La première marche organisée par le CUARH le 4 avril 1981 rassemblera 10 000 personnes, c'est la première grande marche homosexuelle en France.

Voir aussiModifier