Holozoa

clade d'animaux

Les Holozoa, en français Holozoaires, sont un clade monophylétique d'eucaryotes unicontes comportant les Filozoaires, les Mésomycétozoaires et les Corallochytrea. Le groupe des Filozoaires comprend notamment les Métazoaires (groupe qui désigne les animaux au sens courant du terme).

C'est le groupe frère des Holomycètes (Holomycota) qui contient notamment les champignons vrais (Fungi)[2].

SystématiqueModifier

Le clade Holozoa a été créé en 2002 par Bernd Franz Lang (d), Charles J. O'Kelly (d), Thomas A. Nerad (d), Michael W. Gray (d) et Gertraud Burger (d)[3].

PhylogénieModifier

La liste phylogénétique se décline schématiquement ainsi :

L'arbre phylogénétique basé sur une analyse multigénique de 2011 est illustré ci-dessous. Il montre les divergences des divers clades[4] :

Opisthokonta
Holomycota
Cristidiscoidea

Fonticulida



Nucleariida  



Fungi/

BCG2





True Fungi  



Aphelida





BCG1


Rozellomyceta/

Rozella  




Namako-37



Microsporidia 








Holozoa

Ichthyosporea  



Pluriformea

Syssomonas



Corallochytrium  



Filozoa

Filasterea  


Choanozoa

Choanoflagellatea  



Animalia  







L'hypothèse alternative est le clade dit des Teretosporea (en). Il s'agit d'un clade basal proposé des Holozoa, dans lequel Ichthyosporea et Corallochytrium ont émergé avec les Filozoa comme clade frère.

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Holozoa » (voir la liste des auteurs).
  1. Brands, S.J. (ed.), 1989-present. The Taxonomicon. Universal Taxonomic Services, Zwaag, The Netherlands. [http://taxonomicon.taxonomy.nl/], consulté le 1er juillet 2021
  2. Guillaume Lecointre (ill. Dominique Visset), Classification phylogénétique du vivant, Belin, , 583 p. (ISBN 978-2-7011-8294-0), p. 176
  3. Lang et al. 2002, p. 1773-1778
  4. (en) Laura Wegener Parfrey, Daniel J G Lahr, Andrew H Knoll et Laura A Katz, « Estimating the timing of early eukaryotic diversification with multigene molecular clocks », Proceedings of the National Academy of Sciences, Washington et États-Unis, Académie américaine des sciences, vol. 108, no 33,‎ , p. 13624-9 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, OCLC 43473694 et 1607201, PMID 21810989, PMCID 3158185, DOI 10.1073/PNAS.1110633108, lire en ligne) 

Voir aussiModifier

Publication originaleModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :