Mesomycetozoa

Ichthyosporea

Les Mésomycétozoaires (Mesomycetozoa s.s.) ou Ichtyosporés (Ichthyosporea) forment un petit groupe d’organismes unicellulaires opisthocontes, intermédiaires entre les Champignons et les Animaux. Il s'agit principalement de parasites des animaux et notamment des poissons.

Cette classe possède deux ordres nommés Dermocystida et Ichthyophonida[2]. Sur la base des analyses phylogénétiques, le germe Rhinosporidium seeberi a été retenu dans la taxonomie dans cette classe dans l’ordre Dermocystida et dans la famille Rhinosporideaceae[2].

SignificationModifier

Ils ne sont pas particulièrement distinctifs sur le plan morphologique, apparaissant dans les tissus de l'hôte sous la forme de sphères ou d'ovales élargis contenant des spores, et la plupart ont été classés à l'origine dans divers groupes comme champignons, protozoaires ou algues incolores. Cependant, ils forment un groupe cohérent sur les arbres moléculaires, étroitement lié à la fois aux animaux et aux champignons, ce qui présente un intérêt pour les biologistes qui étudient leurs origines. Dans une étude de 2008, ils apparaissent de manière robuste comme le groupe frère du clade Filozoa, qui comprend les animaux[3],[4].

Huldtgren et al., à la suite de la tomographie aux rayons X de microfossiles de la formation édiacarienne de Doushantuo, les a interprétés comme des capsules de spores de mésomycétozoaires[5].

TerminologieModifier

Le mot DRIP est un acronyme, dont chaque lettre est l'initiale du genre des premiers protozoaires identifiés comme membres du groupe (Dermocystidium Rosette agent Ichthyophonus Psorospermium)[6], Cavalier-Smith plus tard, les ont considérés comme la classe Ichthyosporea (du grec ἰχθῦς / ichthýs, poisson), puisqu'ils étaient tous des parasites de poissons.

Comme d'autres membres ont été ajoutés (par exemple les anciens ordres fongiques Eccrinales et Amoebidiales), Mendoza et al. ont suggéré de changer le nom en Mesomycetozoea, qui fait référence à leur position évolutive. Sur l'arbre Eukaryota, dans le clade Opisthokont, Mesomycetozoea se trouve en position médiane ("Meso-") entre champignons ("-myceto-") et animaux ("-zoea")[7].

Il faut noter que le nom Mesomycetozoa (sans le troisième e de -zoea) est également utilisé pour se référer à ce groupe, mais Mendoza et al. l'utilise comme nom alternatif pour les Opisthokonts basaux[8].

PhylogénieModifier

 
Arbre des eucaryotes. Notez "Ichthyosporea" en bas à gauche, dans le clade Opisthokont. Les "Metazoa" sont des animaux, et les Choanoflagelléss sont étroitement alignés. Les champignons sont à l'autre extrémité du clade Opisthokont, avec les Cristidiscoidea étroitement alignés. Ichthyosporea est au milieu ("Meso-") des champignons ("-myceto-") et des animaux ("-zoea").
Mesomycetozoa[9],[10]
Dermocystida
Rhinosporidiaceae

Sphaerothecum




Dermocystidium




Valentines




Rhinosporidium




Amphibiocystidium




Dermotheca



Dermosporidium









Ichthyophonida
Creolimacidae

Anurofeca




Creolimax



Sphaeroforma





Psorospermidae

Psorospermis



Piridae

Abeoforma




Caullerya



Pirum




Trichomycina
Amoebidiidae

Amoebidium



Ichthyophonidae

Ichthyophonus



Paramoebidiidae

Paramoebidium


Eccrinida
Parataeniellaceae

Parataeniella


Eccrinaceae

Eccrinidus




Enterobryus




Leidyomyces





Enteromyces



Arundinula





Enteropogon




Taeniella




Taeniellopsis




Astreptonema



Palavascia


















TaxonomieModifier

RéférencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Mesomycetozoa » (voir la liste des auteurs).
  1. Cavalier-Smith, T. 1998. Neomonada and the origin of animals and fungi. In: Coombs GH, Vickerman K, Sleigh MA, Warren A (ed.) Evolutionary relationships among protozoa. Kluwer, London, pp. 375-407.
  2. a et b F. Vouffo et E. Kenna, « Rhinosporidiose Endonasale, Une Maladie Rare: Présentation D’un Cas Observé Au Cameroun », Global Journal of Medical Research: Dentistry & Otolaryngology, vol. 20, no 2,‎ (ISSN 0975-5888, e-ISSN 2249-4618, lire en ligne)
  3. Shalchian-Tabrizi K., Minge M.A., Espelund M. et al., « Multigene Phylogeny of Choanozoa and the Origin of Animals », PLOS ONE, vol. 3, no 5,‎ , e2098 (PMID 18461162, PMCID 2346548, DOI 10.1371/journal.pone.0002098  , Bibcode 2008PLoSO...3.2098S)
  4. Richard Dawkins et Yan Wong, The Ancestor's Tale, (ISBN 978-0544859937)
  5. Douglas Fox, "How life got complicated", Discover Magazine, December 2012.
  6. Ragan MA, Goggin CL, Cawthorn RJ, etal, « A novel clade of protistan parasites near the animal-fungal divergence », Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A., vol. 93, no 21,‎ , p. 11907–12 (PMID 8876236, PMCID 38157, DOI 10.1073/pnas.93.21.11907  , Bibcode 1996PNAS...9311907R)
  7. Herr RA, Ajello L, Taylor JW, Arseculeratne SN, Mendoza L, « Phylogenetic Analysis of Rhinosporidium seeberi's 18S Small-Subunit Ribosomal DNA Groups This Pathogen among Members of the Protoctistan Mesomycetozoa Clade », J. Clin. Microbiol., vol. 37, no 9,‎ , p. 2750–4 (PMID 10449446, PMCID 85368, DOI 10.1128/JCM.37.9.2750-2754.1999)
  8. Mendoza L, Taylor JW, Ajello L, « The class mesomycetozoea: a heterogeneous group of microorganisms at the animal-fungal boundary », Annu. Rev. Microbiol., vol. 56,‎ , p. 315–44 (PMID 12142489, DOI 10.1146/annurev.micro.56.012302.160950)
  9. Claudio Borteiro, Diego Baldo, Maximiliano Manuel Maronna et Ubilla, « Amphibian parasites of the Order Dermocystida (Ichthyosporea): current knowledge, taxonomic review and new records from Brazil », Zootaxa, vol. 4461, no 4,‎ , p. 499–518 (PMID 30314064, DOI 10.11646/zootaxa.4461.4.3)
  10. Nicole K. Reynolds, Matthew E. Smith, Eric D. Tretter, Justin Gause, Dustin Heeney, Matías J. Cafaro, James F. Smith, Stephen J. Novak, William A. Bourland et Merlin M. White, « Resolving relationships at the animal-fungal divergence: A molecular phylogenetic study of the protist trichomycetes (Ichthyosporea, Eccrinida) », Molecular Phylogenetics and Evolution, vol. 109,‎ , p. 447–464 (PMID 28219758, DOI 10.1016/j.ympev.2017.02.007  )
  11. Cavalier-Smith, « Early evolution of eukaryote feeding modes, cell structural diversity, and Classeification of the protozoan phyla Loukozoa, Sulcozoa, and Choanozoa », European Journal of Protistology, vol. 49, no 2,‎ , p. 115–178 (PMID 23085100, DOI 10.1016/j.ejop.2012.06.001)
  12. Crous PW, Gams W, Stalpers JA, Cannon PF, Kirk PM, David JC, Triebel D, « An online database of names and descriptions as an alternative to registration », Mycological Research, vol. 108, no 11,‎ , p. 1236–1238 (DOI 10.1017/S0953756204221554, lire en ligne)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :