Ouvrir le menu principal

Cet article recense les débats d’historiens et interprétations portant sur l’Histoire des États-Unis.

Le sujet se distingue en cela de l'article Histoire des États-Unis qu'il permet de distinguer les grands courants descriptifs de son récit national : par exemple, l'interprétation des historiens qui diffèrent dans leur description de la Guerre de Sécession, qui divisa le pays et ses penseurs.

La fondation du pays est marquée par l'interprétation du Mythe de la Frontière instauré par la thèse de Turner introduite dès 1893. Dès lors, cette interprétation historique associant esprit pionnier et innovation est devenue un gimmick incontournable en politique.

Sommaire

Thématiques constituantesModifier

Découpes de l'Histoire américaineModifier

Interprétations multiplesModifier

Un grand contributeur de l'interprétation du récit national sur l'Histoire américaine fut Howard Zinn (disparu début 2010), auteur d'une Une Histoire populaire des États-Unis présentant sous l'angle de la contre-culture des faits soigneusements éludés par l'histoire officielle telle que dispensée dans les programmes d'enseignement classiques ; son livre donne égalemnent la part belle à la perspective des minorités, notamment le thème de l'accès aux droits civiques des noirs. L'œuvre connut plusieurs éditions outre-atlantique et fut reprise dernièrement en bandes dessinées en français sous le titre Histoire populaire de l'Empire américain.

Les débats deviennent soudain plus emportés lorsque la période étudiée devient la guerre du Viêt Nam. Le sujet concerne la difficile approche du révisionnisme historique (en) (Historical revisionism) ; il se trouve un courant de pensée conservateur aux États-Unis, notamment parmi la communauté des vétérans de guerre, qui signale que la guerre du Viêt Nam fut, au bout du compte, une victoire américaine, puisque composante historique de la défaite globale du bloc communiste sur une période de 40 ans. Souligner ce type de posture vient bien sûr conforter les interlocuteurs dans l'idée que jamais les États-Unis ne perdirent un conflit dans lequel ils s'étaient engagés [1]; tout étant affaire d'interprétation.

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. On retrouve ce point de vue exprimé dans le film fictionnel Land of Plenty de Wim Wenders, sorti en 2004 : le personnage de Paul l'exprime, alors qu'il a investi avec ses finances personnelles dans des technologies de détection pour déceler des cellules dormantes sur le sol nord-américain, et cela afin de suppléer à l'incurie qu'il suppose des services de sécurité fédéraux en matière de lutte anti-terroriste.

Articles connexesModifier