Histoires de robots

Histoires de robots
Image illustrative de l’article Histoires de robots
Les 36 volumes de la Grande Anthologie de la science-fiction.

Pays Drapeau de la France France
Directeur de publication Gérard Klein
Genre Anthologie
Science-fiction
Éditeur Le Livre de poche
Collection La Grande Anthologie de la science-fiction no 3764
Lieu de parution Paris
Date de parution 1974
Type de média Livre papier
Couverture Pierre Faucheux
Nombre de pages 512
ISBN 2-253-00061-2
Chronologie

Histoires de robots est le deuxième volume de la première série de La Grande Anthologie de la science-fiction, paru en 1974.

Préfacé par Gérard Klein, l'ouvrage réunit dix-sept nouvelles publiées entre 1938 et 1965, c'est-à-dire représentatives de « l'âge d'or de la science-fiction ».

PublicationsModifier

Extrait de la préfaceModifier

« S'il est, dans l'univers de la science-fiction, un thème à la fois ancien, techniquement peu vraisemblable, et populaire parce que porteur de nombreuses et lourdes connotations émotionnelles, c'est bien celui du robot. (…)

(…) dès l'Antiquité, le thème du robot est presque complètement exploité : serviteur habile, gardien indomptable mais obtus, susceptible parfois par sa beauté toute humaine ou plutôt surhumaine d'inspirer la passion, le robot — dans sa diversité même — a traversé les millénaires sans beaucoup changer et il serait fastidieux d'en énumérer les variations (…).

(…) Ainsi les robots sont-ils à la fois des êtres et des choses, condamnés à vivre en la présence physique de leurs dieux et créateurs, et déchus en leur absence, susceptibles de grandeur, mais seulement par procuration, porteurs de valeurs, mais uniquement de celles de quelqu'un d'autre, n'ayant même pas la ressource de désigner en l'homme une création de leurs angoisses, une projection de leurs espoirs, en un mot radicalement étrangers à eux-mêmes. (...)

(…) Au total, rationalisation pseudo-scientifique d'un mythe très ancien plutôt qu'élaboration d'un mythe neuf à partir d'un possible scientifique, le thème du robot nous paraît se situer un peu en marge de la genèse habituelle des thèmes de la science-fiction. Et peut-être a-t-il fait son temps, car après la grande floraison d'histoires des années trente à soixante, le robot ne se manifeste plus guère dans les œuvres issues des courants les plus récents de la littérature de science-fiction. »

— Extraits de la préface

NouvellesModifier

Un mauvais jour pour les ventesModifier

  • Titre original : A Bad Day for Sales.
  • Situation dans le recueil : p. 27 à 36.
  • Nouvelle écrite par Fritz Leiber, initialement parue dans Galaxy Science Fiction no 32, juillet 1953.
  • Lien externe : « Fiche » sur le site NooSFere
  • Résumé : Robie est un robot publicitaire qui exécute à la perfection ce qu'on attend de lui : vendre des journaux, vendre des informations, donner de la joie aux gens, être gentil et sympathique. Mais son comportement de joyeux luron devient particulièrement déplacé après que la bombe atomique a touché la ville, et qu'il ne reste plus que quelques habitants hagards, brûlés sur tout le corps, les corps en lambeaux, mourant de faim et de soif…

Le Sixième PalaisModifier

  • Titre original : The Sixth Palace.
  • Situation dans le recueil : p. 37 à 53.
  • Nouvelle écrite par Robert Silverberg, initialement parue dans Galaxy Magazine no 133, février 1965.

L'Homme minimumModifier

  • Titre original : The Minimum Man.
  • Situation dans le recueil : p. 55 à 98.
  • Nouvelle écrite par Robert Sheckley, initialement parue dans Galaxy Science Fiction no 90, juin 1958.
  • Résumé : Anton Perceveral n'a décidément pas de chance. Maladies, accidents et chômage semblent être son lot sur une Terre surpeuplée et hyper-compétitive. C'est pourquoi il est sélectionné pour tester la survie sur une nouvelle planète : si lui tient un an, n'importe qui pourra s'y établir. Cependant, pour que l'expérience soit valide, on lui adjoint un robot-aide... dont Perceveral réalise qu'il est là pour lui nuire au maximum.

BoomerangModifier

  • Titre original : Boomerang.
  • Situation dans le recueil : p. 99 à 120.
  • Nouvelle écrite par Eric Frank Russell, initialement parue dans Fantastic Universe, août-septembre 1953.
  • Résumé : les savants Speidel et Wurmser ont créé un robot-assassin parfait, totalement anodin d'aspect, mais capable, grâce à un bistouri à rayons X, de causer des AVC à ses cibles. Le général Kluge lui assigne une liste de cinq victimes expérimentales. Le robot s'exécute à la perfection. Cependant, à son retour, il annonce à ses créateurs que sa programmation étant de s'attaquer à quiconque détient un pouvoir important, il devrait détruire ses créateurs, mais comme cela lui est interdit, il préfère s'autodétruire… en les emmenant avec lui.

Menteur !Modifier

Cure de jouvenceModifier

  • Titre original : A pound of cure.
  • Situation dans le recueil : p. 147 à 161.
  • Nouvelle écrite par Lester del Rey, initialement parue dans Star science fiction stories no 2, 1953.
  • Résumé : dans une société ravagée par la névrose, Henry préfère cacher à sa femme Maryl, si fragile, que leur fils Jimmy se remet d'une terrible chute. Pour cela, il obtient du docteur Broderick qu'un petit robot soit déguisé en Jimmy. Le plan fonctionne, mais trop bien : Maryl finit par décider que le robot est son enfant chéri. Henry doit se résoudre à ce qu'elle subisse un effacement mémoriel et démarre une nouvelle vie dans une autre ville. Il pense que tout a bien marché… jusqu'au jour, par accident, il appelle son ancien domicile et y découvre sa femme avec le robot. Il comprend qu'il a avec lui le vrai Jimmy… et une mère-robot parfaite.

À la recherche de Saint AquinModifier

  • Titre original : The quest for saint Aquin.
  • Situation dans le recueil : p. 163 à 190.
  • Nouvelle d’Anthony Boucher, initialement parue dans New tales of space and time, novembre 1951.

Châtiment sans crimeModifier

  • Titre original : Punishment without crime.
  • Situation dans le recueil : p. 191 à 203.
  • Nouvelle de Ray Bradbury

Septembre avait trente joursModifier

  • Titre original : September had thirty days.
  • Situation dans le recueil : p. 205 à 228.
  • Nouvelle de Robert F. Young, initialement parue dans The Magazine of Fantasy & Science Fiction no 77, octobre 1957.
  • Résumé : Fatigué de l'univers fade de sa banlieue bourgeoise, symbolisé par des voitures-jouets et par une télévision qui ne connaît plus que la révision des grands classiques (Roméo et Juliette, Antigone, L'Iliade, etc) et leur transformation en westerns, Danby décide sur un coup de tête d'acheter une androïde-institutrice, nommée Miss Jones par le fabricant. Il retrouve en elle la maîtresse d'école de son enfance, ainsi que le sérieux et la rigueur d'un enseignant. Il retrouve alors une liberté de pensée oubliée, mais son épouse Laura et ses deux enfants acceptent mal cette intrusion dans leur vie trop bien réglée et aseptisée. Contraint de revendre l'androïde à la baraque à hot-dogs locale, Danby s'y fait embaucher pour passer ses soirées avec Miss Jones, devenue serveuse dans ce snack. Et cela va être l'occasion pour Danby de retrouver la saveur ancienne des jours heureux et celle des mois de septembre de jadis, après un été trop long et futile.

Hélène O'LoyModifier

Brikol'âgeModifier

  • Titre original : How-2.
  • Situation dans le recueil : p. 249 à 304.
  • Auteur : Clifford Simak

L'Androïde assassinModifier

L'Artiste et son œuvreModifier

  • Titre original : Art-work.
  • Situation dans le recueil : p. 337 à 360.
  • Nouvelle écrite par James Blish, initialement parue dans Science Fiction Stories, .
  • Résumé : Richard Strauss est ramené à la vie en l'an 2161 pour composer de nouvelles œuvres, et surtout pour attester du génie du psi-sculpteur Kris. Strauss s'adapte difficilement à sa nouvelle époque, mais finit par retrouver un peu d'inspiration pour un opéra. A l'issue de la première, le docteur Kris lui révèle, devant la foule admirative, qu'il n'est pas Strauss, mais un anonyme qu'il a doté de son génie. Strauss s'efface avec une dernière pensée de défi.

Le Tunnel sous l'UniversModifier

  • Titre original : The Tunnel under the World.
  • Situation dans le recueil : p. 361 à 402.
  • Nouvelle écrite par Frederik Pohl, initialement parue dans Galaxy Science Fiction no 50, .
  • Résumé : Guy Burckhardt réalise que sa ville de Tylerton vit en boucle la même journée du 15 juin, durant laquelle on teste des campagnes publicitaires expérimentales et souvent outrancières. Avec l'aide de Swanson, lui aussi "décalé", il trouve le centre de la conspiration et exige la libération de ses concitoyens. Mais il apprend alors que la ville a été rasée par un accident industriel, que lui et les autres ne sont que des répliques de leur ancienne vie – et que Tylerton n'est plus qu'une maquette minuscule.

Le Gardien du savoirModifier

  • Titre original : It Takes a Thief. Autre titre : Big Joe and the 9th generation.
  • Situation dans le recueil : p. 403 à 433.
  • Nouvelle de Walter M. Miller, Jr, initialement parue dans If no 2, mai 1952.
  • Résumé : Sur la planète Mars colonisée, dans un futur lointain, le savoir technologique s'est fragmenté et dissous au point de devenir l'apanage des nobles et des riches. La nouvelle commence par le châtiment infligé à Asir, « voleur de savoir » qui ignore la peine prononcée. Tant qu'il n'aura pas demandé l'exécution de la peine, il restera enchaîné à son poteau. Fatigué d'attendre, se forçant à demander au bourreau l’exécution de la peine, il apprend qu'il est condamné au bannissement à perpétuité. Aidé de Mara qui l'aime et qu'il aime, il ne fuit pas la contrée mais au contraire rejoint la crypte interdite sur laquelle veille Big Joe — un robot monstrueux, gardien intraitable d'un savoir inconnu. Asir parvient à déjouer la méfiance du robot et se comporte comme un des « technologues » de l'ancien temps. Ayant compris que le robot n'était qu'un être mécanique et non un dieu jaloux, l'ayant dompté et découvert que la salle gardée n'était qu’une « salle de savoir » parmi de nombreuses autres, et qu'il faudra assimiler pièce après pièce le savoir accumulé dans ces lieux, il retourne avec Mara à la ville pour offrir à sa communauté le secret qu'il vient de découvrir. Et le plus amusant dans l'affaire, c'est que les chefs du village vont devenir, à leur tour, des « voleurs de savoir » !

InstinctModifier

  • Titre original : Instinct.
  • Situation dans le recueil : p. 435 à 455.
  • Nouvelle de Lester del Rey, initialement parue dans Astounding Science Fiction no 254, .
  • Résumé : le docteur-robot Sentrois et son équipe viennent de faire une découverte sensationnelle, un ancien robot-médecin grâce auquel ils vont pouvoir recréer le génome humain et ainsi ramener à la vie leurs créateurs. L'équipe peut ainsi cloner un couple d'humains et les faire grandir en accéléré. Cependant, une fois adolescents, les humains arrachent leur équipement et semblent vouloir vivre par eux-mêmes. Sentrois réalise alors que son propre instinct le pousse à les satisfaire.

AmnésieModifier

  • Titre original : Lost Memory.
  • Situation dans le recueil : p. 457 à 473.
  • Nouvelle écrite par Peter Phillips.

Dictionnaire des auteursModifier

  • p. 475 à 483.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

La Grande Anthologie de la science-fiction
précédé de
Histoires d'extraterrestres
Histoires de robots suivi de
Histoires de cosmonautes