Hippolyte Wulffaert

peintre belge
Hippolyte Wulffaert
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Hippolyte Jean Guillaume Wulffaert, né à Anvers en 1840 et décédé en 1912, est un peintre belge de l'époque romantique.

Il s'est particulièrement fait connaître comme peintre de scènes historiques et religieuses.

Il s'était formé à l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles.

Il avait son atelier à Bruxelles, d'abord rue de l'Olivier, 69[1], puis, de 1897 à 1912, au 28 et 30 rue Washington[2] à Ixelles, atelier conçu par l'architecte Henri van Dievoet en 1889 pour l'agent de change Félix Rodberg[3]. Cet atelier de rapport fut loué par Félix Rodberg à plusieurs artistes : au peintre Louis Artan de Saint-Martin (1837-1890) vers 1893[4] et à l’artiste-peintre Hippolyte Wulffaert (de 1897 à 1912).

Il ne faut pas le confondre avec le peintre Adriaen Wulffaert (Goes, 1804 - Gand, 1873).

BibliographieModifier

  • Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes vivants exposés au Palais des Champs-Élysées le , Paris, Académie royale de peinture et de sculpture, Société des artistes français, Société nationale des beaux-arts, Paris, 1867, p. 215.
  • Allgemeines Künstlerlexikon bio-bibliographischer Index A-Z, volume 10, Andreas Klimt, Michael Steppes, K.G. Saur Verlag, p. 648
  • Willem G. Flippo et Willem M. Flippo, Lexicon of the Belgian romantic painters, 1981.

NotesModifier

  1. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes vivants exposés au Palais des Champs-Élysées le 15 avril 1867, Paris, Académie royale de peinture et de sculpture, Société des artistes français, Société nationale des beaux-arts, Paris, 1867, p. 215.
  2. Lire : Pierre Dangles dans le site du quartier Opale : "Félix Rodberg n’y resta que peu de temps. Il quitta les lieux probablement au décès de sa mère. Contrairement à ce que prétend l’Inventaire du Patrimoine architectural de la Région de Bruxelles-Capitale, l’atelier n’a jamais été utilisé par le peintre Louis Artan de Saint-Martin. Il est par contre vrai que l’artiste-peintre Hippolyte Wulffaert (de 1897 à 1912) et le sculpteur-médailleur Armand Bonnetain (de 1913 jusqu’aux années 1920) y ont travaillé".
  3. Félix Florent Frédéric Rodberg, agent de change, né à Spa le 14 septembre 1866, résident à Ixelles, veuf de Marie Henriette Cloëts, morte à Spa le 2 août 1906, fils de Lambert Charles Léon Rodberg et de Marie Rosalie Josephine Françoise Hanicq, demeurants à Ixelles, épousa à Bruxelles le 26 février 1907 (contrat de mariage près Maître Lepage notaire à Saint-Gilles le 18 février 1907), Inès Todros, née à Rome le 06 juillet 1881 demeurant à Bruxelles rue Juste Lipse, 53 , fille de Gabriel Todros et de Debora Annina Reynach.
  4. Toutefois selon Pierre Dangles dans le site du quartier Opale, l'indication dans le Patrimoine Monumental (Iris) de la présence du peintre Louis Artan de Saint-Martin est erronée : "Félix Rodberg n’y resta que peu de temps. Il quitta les lieux probablement au décès de sa mère. Contrairement à ce que prétend l’Inventaire du Patrimoine architectural de la Région de Bruxelles-Capitale, l’atelier n’a jamais été utilisé par le peintre Louis Artan de Saint-Martin. Il est par contre vrai que l’artiste-peintre Hippolyte Wulffaert (de 1897 à 1912) et le sculpteur-médailleur Armand Bonnetain (de 1913 jusqu’aux années 1920) y ont travaillé"

Liens externesModifier