Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Winterhalter.
Hermann Winterhalter
Hermann Winterhalter.jpg
Hermann Winterhalter, photographie
Naissance
Décès
(à 82 ans)
Karlsruhe
Nom dans la langue maternelle
Hermann Fidel WinterhalterVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Hermann Fidel Winterhalter
Nationalité
Activité
Mouvement
Fratrie
Compléments

Hermann Winterhalter, né le 23 septembre 1808 à Menzenschwand (grand-duché de Bade) et mort le 24 février 1891 à Karlsruhe, est un peintre allemand, frère cadet de Franz Xaver Winterhalter (1805–1873). Il a réalisé l'essentiel de son œuvre en Allemagne et à Paris.

BiographieModifier

 
Franz Xaver Winterhalter, Autoportrait avec son frère, 1840. Franz Xaver est à gauche, et Hermann à droite.

Hermann Fidel Winterhalter est né dans le village de Menzenschwand (St. Blasien), dans la Forêt-Noire. Son père, Fidel Winterhalter, l'incite à suivre la même carrière artistique que son aîné, Franz Xaver. Hermann fait ses débuts dans la lithographie puis va étudier la peinture à Munich et à Rome. Enfin, il s'installe à Paris avec son frère, dont il partage l'atelier, et où il fait office, lui aussi, de portraitiste mondain. Il expose ses toiles au Salon de Paris en 1838-1841, 1847 et 1869.

Après la chute du Second Empire, les deux frères se retirent en Allemagne, où Hermann meurt en 1891, près de vingt ans après son frère.

La vie des deux frères Winterhalter est peu documentée. En outre, le style du cadet est proche de celui de l'aîné, plus illustre. Bruno Foucart note à propos de Franz Xaver qu'« on ne sait pratiquement rien de cet Allemand que toutes les cours d'Europe sollicitèrent. C'est à peine si on le distingue de son frère Hermann qui le suivit comme son ombre et collabora directement à sa production[1]. »

ŒuvresModifier

Un portrait réalisé par Hermann Winterhalter, celui de son mécène Nicolas-Louis Planat de La Faye (1784-1864), se trouve au musée du Louvre.

La reine Victoria lui a commandé une allégorie intitulée L'Innocence (1845) pour l'offrir en cadeau d'anniversaire à son mari le prince Albert, tableau qui appartient toujours à la collection de la famille royale britannique[2].

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Richard Ormond, Carol Blackett-Ord, Franz Xaver Winterhalter and the Courts of Europe, 1830-70, cat. exp. National Portrait Gallery, Londres, 1987 (ISBN 0-8109-3964-9)
  • (de) Otto Ernst Sutter, « Franz Xaver Winterhalter. Mit sieben Photographien nach Gemälden und Stichen des Künstlers » dans Reclams Universum vol. 25, no 1 (1909), p. 369–374
  • (de) Hubert Mayer, Die Künstlerfamilie Winterhalter. Ein Briefwechsel, Braun, Karlsruhe, 1998 (ISBN 3-7650-8215-5)
  • (de) « Winterhalter, Hermann » dans Thieme-Becker, vol. 36, E. A. Seemann, Leipzig, 1947, p. 89
  • (en) « WINTERHALTER, Hermann (1808 - 1891), Painter », dans Bénézit (ISBN 9780199773787 et 9780199899913, lire en ligne)
  • (fr) Emmanuel Burlion, Franz Xaver et Hermann Winterhalter, 2016, 175 pages (ISBN 9782952375436)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :