Henry Wardlaw

évêque catholique

Henry Wardlaw
Image illustrative de l’article Henry Wardlaw
Buste de l'évêque Henry Wardlaw.
Biographie
Naissance vers 1365
Décès
Évêque de l’Église catholique
Évêque de St Andrews

(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Henry Wardlaw est un prélat écossais né vers 1365 mort le . Évêque de St Andrews de 1403 à sa mort, il est le fondateur et le premier chancelier de l'université de St Andrews.

BiographieModifier

Né vers 1365, Henry Wardlaw est le neveu de Walter Wardlaw, évêque de Glasgow nommé cardinal par le pape d'Avignon Clément VII en 1383. Dès 1378, son oncle sollicite pour lui un titre de chanoine à Glasgow. Il poursuit des études à l'université de Paris, décrochant son baccalauréat ès lettres en 1385, puis à Orléans et à Avignon. Il obtient un doctorat en droit canon au plus tard en [1].

Grâce à ses liens familiaux, Wardlaw obtient plusieurs bénéfices ecclésiastiques dans les diocèses de Glasgow, de Moray et d'Aberdeen. Après la mort de son oncle, en 1387, il bénéficie de la protection du roi Robert II et reste présent à la cour d'Avignon. Il est nommé évêque de St Andrews par l'antipape Benoît XIII le , supplantant Gilbert de Greenlaw, le candidat du duc d'Albany Robert Stuart et du chapitre de la cathédrale de St Andrews. Son sacre se déroule à une date inconnue entre le et le de la même année[1].

Durant son épiscopat, Wardlaw participe à l'éducation du futur roi Jacques Ier. En butte à l'hostilité du duc d'Albany, il se rapproche de ses adversaires politiques, notamment le comte des Orcades Henry Sinclair. À la mort du roi Robert III, en 1406, le duc d'Albany devient régent du royaume, ce qui réduit l'influence politique de Wardlaw et de ses alliés. L'évêque se consacre donc principalement à son diocèse dans les années qui suivent. Il poursuit les travaux de rénovation de la cathédrale de St Andrews entamés par ses prédécesseurs à la suite d'un incendie survenu en 1378 et fait construire un pont à Guardbridge (en) pour faciliter les voyages des pèlerins[1].

En , l'évêque promulgue la charte de fondation de l'université de St Andrews, confirmée par une bulle de Benoît XIII du . Son objectif avoué est de servir de rempart contre l'hérésie. Wardlaw en devient le premier chancelier. Ayant contribué à la libération de Jacques Ier, prisonnier en Angleterre depuis 1406, il préside à son sacre le à Scone. Il n'apporte pas un soutien inconditionnel au nouveau roi, refusant notamment de s'aligner à ses côtés lorsqu'il s'oppose à la papauté. Jacques réagit en se mêlant des affaires de l'université de St Andrews, qu'il menace de déplacer à Perth[1].

Henry Wardlaw meurt au château de St Andrews (en) le . Il est inhumé en la cathédrale de St Andrews[1].

RéférencesModifier

  1. a b c d et e McGladdery 2004.

BibliographieModifier

Liens externesModifier