Henry Newport (3e comte de Bradford)

personnalité politique britannique

Henry Newport, 3e comte de Bradford (1683-) est un pair anglais et un homme politique whig qui siège à la Chambre des communes entre 1706 et 1722.

Henry Newport
Fonctions
Membre du Parlement d'Angleterre
Membre du 4e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 5e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 2e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du premier parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du Parlement anglais de 1705-1707
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Père
Mère
Mary Wilbraham (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Richard Newport (en)
Thomas NewportVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
John Newport (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

 
Weston Park, Staffordshire - siège des comtes de Bradford

Il est le fils aîné de Richard Newport (2e comte de Bradford) et de son épouse Mary Wilbraham. Il fait ses études à la Westminster School et est inscrit à la Christ Church d'Oxford le à l'âge de 15 ans [1].

Il est élu sans opposition en tant que député de Bishop's Castle lors d'une élection partielle le . Lors de l'élection générale de 1708, il est réélu sans opposition en tant que député du Shropshire, mais est battu en 1710. Il est de nouveau élu député du Shropshire aux élections générales de 1713 [2] et aux élections générales de 1715 mais est battu en 1722. Il est Lord Lieutenant du Staffordshire et Custos Rotulorum de Staffordshire entre 1715 et 1725 [3].

Il succède à son père le . Il est Lord Lieutenant du Shropshire et Custos Rotulorum de Montgomeryshire entre 1724 et 1734 [3].

Lord Bradford est décédé à St James Place, à Londres, célibataire, mais père d'un fils illégitime. Il est inhumé le à l'Abbaye de Westminster, et son frère cadet Thomas Newport, imbécile qui ne s'est jamais marié, lui succède. Les domaines tels que Weston Park sont ensuite transmis à la sœur du 4e comte, Anne, qui épouse Sir Orlando Bridgeman (4e baronnet).

Le fils illégitime de Sir Henry, est né John Harrison, d'Ann Smyth en 1720. Son père est décédé avant que John Harrison n'obtienne la majorité et la succession considérable est gérée par un comité présidé par sa mère. Conformément aux souhaits de son père, John Harrison change de nom et s'appelle par la suite John Newport par une loi privée [4]. Sa mère l'a déclaré fou avant d'entrer en possession de son héritage et elle garde le contrôle de sa fortune. À sa mort, William Pulteney (1er comte de Bath), contrôle le domaine. John Newport n'a pas d'enfant selon le registre officiel, mais cela est contesté par un grand nombre de descendants d'un Samuel Newport et de ses deux frères qui émigrent en Nouvelle-Zélande en 1842 et qui sont prétendument les arrière-petits-fils de John Newport.

RéférencesModifier

  1. Foster, Joseph, « 'Nabbes-Nykke', in Alumni Oxonienses 1500-1714, (Oxford, 1891), pp. 1050-1083 », British History Online (consulté le 10 septembre 2018)
  2. « NEWPORT, Hon. Henry (1683-1734). », History of Parliament Online (1690-1715) (consulté le 10 septembre 2018)
  3. a et b « NEWPORT, Henry, Lord Newport (1683-1734). », History of Parliament Online (1715-1754) (consulté le 10 septembre 2018)
  4. Deed Poll Office: Private Act of Parliament 1735 (9 Geo. 2). c. 1

Liens externesModifier