Henriette Sélincart

modèle française

Henriette Sélincart, née à Nancy en 1644 et morte à Paris en 1680, est un modèle français ayant posé pour Charles Le Brun. Elle est l'épouse du graveur Israël Silvestre.

Henriette Sélincart
Henriette Sélincart - Le Brun.jpg
Charles Le Brun, Portrait d'Henriette Sélincart (1680) , pastel pierre noire, sanguine, musée des beaux-arts de Reims.
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Conjoint

BiographieModifier

Née en 1644, Henriette Sélincart est la fille d’un marchand de Paris[1]. Elle épouse le , dans la paroisse de Saint-Germain-l’Auxerrois le dessinateur et graveur Israël Silvestre (1621-1691), de plus de vingt ans son aîné. Au moins dix enfants naissent de cette union, en moins de quatorze ans (voir la liste des enfants dans l'article Israël Silvestre).

Henriette Sélincart meurt le , à Paris et est enterrée dans l’église Saint-Germain-l’Auxerrois. De ses enfants, seuls cinq survivent à leur père qui décède le dans le logement aux galeries du Louvre qui lui avait été attribué par brevet royal. Louis de Silvestre, troisième fils (survivant) du couple devient peintre.

 
Charles Le Brun, Portrait funéraire d'Henriette Sélincart (1680), huile sur marbre, musée des beaux-arts de Reims.

Le modèleModifier

Henriette Sélincart passe pour avoir été une femme remarquable tant par son esprit que par sa beauté[2], dont témoignent les portraits par Charles Le Brun, son ami[3],[4], en particulier le Portrait funéraire d'Henriette Sélincart « à l'article de la mort, sur un fond de marbre noir », réalisé pour le Monument funéraire d'Henriette Sélincart, femme du graveur Israël Silvestre (1680), érigé à Saint-Germain-l'Auxerrois. Ce portrait, ainsi que celui au pastel, également par Le Brun sont depuis 1980 conservés au musée des beaux-arts de Reims[5],[6].

Notes et référencesModifier

  1. Alain Garric, « Essai de Généalogie », sur gw.geneanet.org.
  2. Nicolas Durival : Description de la Lorraine et du Barrois, tome 2, chez la Veuve Leclerc, Nancy, 1779, p. 51 ( (voir en ligne)
  3. Louis Moreri, Le Grand Dictionnaire historique, ou le Mélange curieux de l'histoire sacrée et profane.
  4. « http://www.pastellists.com/Articles/LEBRUN.pdf ».
  5. Israel Sylvestre.
  6. Notice, sur Agorha.inha.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Henry Jouin, Henriette Sélincart, femme d'Israël Silvestre (1644-1680), Paris, aux bureaux de L'Artiste, 1890.
  • Stéphanie Martin, Étude historique et restauration : Portrait de Henriette Sélincart. Recherche technico-scientifique : étude physico-chimique d’un phénomène de blanchiment d’un marbre noir de Belgique, mémoire de fin d’études à l’Institut français de restauration des œuvres d’art, 1995.