Henri de Ruolz

chimiste français

Henri de Ruolz (Henri Catherine Camille comte de Ruolz-Montchal) est un compositeur et chimiste français, né à Paris le et mort à Neuilly-sur-Seine le .

Henri de Ruolz
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Mouvement
Genre artistique
Distinction

BiographieModifier

Henri de Ruolz est le fils de Philippe-Joseph de Ruolz et de Madgeleine-Henriette de Fontenay.

Il est élève de Berton, Lesueur, Paër et Rossini.

Lorsque sa famille perd sa fortune, il est contraint d'abandonner la musique pour se consacrer à la chimie.

Son nom est, en outre, lié à la construction des premiers chemins de fer[1] et il termina sa carrière, en 1878, comme inspecteur général du réseau d'Orléans[2].

ŒuvresModifier

OpérasModifier

  • Attendre et courir, 1830
  • Lara, 1835
  • La Vendetta, 1839
  • La jolie fille de Perth
  • Manfred

Autres œuvresModifier

  • Requiem
  • Cantate en l'honneur de Jeanne d'Arc
  • Quatuor à cordes
  • 2 Trios avec piano

InventionModifier

Henri de Ruolz a inventé un procédé de dorure sans recours au mercure, procédé utilisé en joaillerie et pour les arts de la table[3]. Le « ruolz » est utilisé pour la fabrication de couverts.

Notes et référencesModifier

  1. Avec Ernest de Franqueville et Franc̜ois de Montricher, il traduisit un ouvrage de l'anglais Nicholas WOOD "Traité pratique des chemins de fer" (1834 - 2eédition).
  2. Centre historique des Archives nationales, Ministère des Travaux publics, Inspecteurs et commissaires de surveillance administrative des chemins de fer, Dossiers de carrière, page 72 (Inventaire-index établi par Martine IILLAIR, conservateur en chef du patrimoine, PARIS, 1999).
  3. Voir Jean-Henri-Casimir Fabre, Les inventeurs et leurs inventions : histoire élémentaire des principales découvertes dans l'ordre des sciences physiques, Paris, Delagrave, 1881, , page 338 et suiv.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Louis de la Roque, Armorial de la noblesse de Languedoc généralité de Montpellier, Tome premier, Montpellier-Paris, 1860, p. 457, Armorial du Languedoc : famille Ruolz.
  • Alexandre DUMAS, Un Alchimiste au dix-neuvième siècle, Paris, Paul Dupont et Cie, 1843. Rare et méconnu petit texte de l'auteur des Trois Mousquetaires consacré à Henri de Ruolz.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier