Henri Venceslas d'Œls-Bernstadt

noble polonais

Henri Venceslas d'Œls-Bernstadt[1] connu également comme Henri Venceslas de Poděbrady, Henri Venceslas de Bernstadt ou Henri Venceslas de Münsterberg, allemand : Heinrich Wenzel von Oels und Bernstadt, Heinrich Wenzel von Podiebrad, ou Heinrich Wenzel von Münsterberg, tchèque : Hynek Václav z Minstrberka ou tchèque : Jindřich Václav Minsterberský; né le , probablement à Œls, sans doute à Bernstadt an der Weide) fut duc de Bernstadt de 1617 jusqu'à sa mort. Comme les autres membres de sa famille, il portait aussi les titres de duc de Münsterberg et comte de Glatz, bien qu'il n'ait jamais régné sur ses territoires. Enfin de 1629 à 1639 il fut gouverneur de Silésie.

Henri Venceslas d'Œls-Bernstadt
Image dans Infobox.
Titre de noblesse
Duc
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 46 ans)
BierutówVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Famille
Podiebrad (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Elisabeth Magdalena of Brieg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour

BiographieModifier

Henri Venceslas est un membre de la lignée de Münsterberg de la famille noble de Poděbrady. Ses parents sont le duc Charles II duc de Münsterberg-Œls et Élisabeth Magdeleine (1562–1630), fille du duc Georges II de Brzeg.

Henri Venceslas est nommé en 1608 recteur de l'Alma Mater Viadrina de Francfort-sur-l’Oder. Il effectue un Grand Tour à travers l'Europe, il est ensuite Commissaire pour l'armée impériale de Silésie et au Conseil impérial. Après la mort de son père en 1617, il prend le gouvernement du duché de Bernstadt. À la même époque son jeune frère Charles Frédéric hérite des domaines de Moravie de Šternberk et Jevišovice.

Avec son frère Charles Frédéric, Henri Venceslas accueillent en février 1620 dans sa cité du nord de la Moravie de Šternberk, le roi Frédéric V du Palatinat, qui venait d'être élu en 1619 « roi de Bohême » et qui était en route pour Breslau afin d'y recevoir l'hommage féodal. Henri Venceslas invite le compositeur d'hymne religieux Matthäus Apelt (de) à Bernstadt en 1625 et le nomme en 1631 secrétaire de sa chancellerie.

En 1627, Henri Venceslas est présent au couronnement à Prague du futur empereur Ferdinand III du Saint-Empire comme roi de Bohême. Quand le duc Georges Rodolphe résigne en 1628 sa fonction de landeshauptmann de Silésie, un décret impérial réduit l'influence politique des futurs détenteurs de l'office. En 1629, le roi Ferdinand III nomme Henri Venceslas à la fonction de gouverneur après que ce dernier ait promis de respecter la liberté religieuse.

Quand en 1632, les princes protestants de Silésie se rapprochent des envahisseurs suédois et saxons, Henri Venceslas demeure loyal à l'empereur, il refuse de convoquer les États et s'exile temporairement. Henri Venceslas ne perd jamais la faveur impériale, contrairement de son frère Charles Frédéric, qui en 1633, avec les ducs Jean-Christian de Brzeg et Georges-Rodolphe de Liegnitz et le Conseil de la Cité de Breslau se joignent à une ligue défensive qui recherche la protection du duché de Saxe de l'Électorat de Brandebourg et du royaume de Suède.

En 1637, Henri Venceslas octroie les privilèges de cité à la ville de Międzybórz. Il meurt en 1639 et est inhumé à Oleśnica. Son frère Charles Frédéric de Münsterberg-Œls lui succède comme duc de Bernstadt.

Union et postéritéModifier

  • le 26 aout 1636 il épouse en secondes noces et morganatiquement Anne Ursule de Reibnitz (née vers 1616 – † 1648), qui le à Ratisbonne, est élevée au rang de « princesse de Bernstadt  » par le roi des romains Ferdinand III. Ils ont trois enfants:
  • Anna Élisabeth (née le – † ),
  • un fils mort-né le
  • un fils posthume mort-né le .

Notes et référencesModifier

  1. Il est parfois nommé Henri Venceslas « le Jeune » afin de le distinguer de son frère homonyme prédécédé Henri Venceslas « l'Aîné » (1575-1591)

BibliographieModifier

  • (de) Ludwig Petry and Josef Joachim Menzel (eds.): Geschichte Schlesiens, vol. 2, (ISBN 3-7995-6342-3), pp. 58, 61, 63 et 201.
  • (de) Hugo Weczerka: Handbuch der historischen Stätten: Schlesien, Stuttgart, 1977, (ISBN 3-520-31601-3), pp. 19 et 347 as well as genealogical tables on pages 602-603
  • Anthony Stokvis, Manuel d'histoire, de généalogie et de chronologie de tous les États du globe, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, préf. H. F. Wijnman, éditions Brill Leyde 1890-1893 réédition 1966, volume III, chapitre VIII « Généalogie de la maison de Poděbrad » tableau généalogique n° 17.
  • (en) & (de) Peter Truhart, Regents of Nations, K. G Saur Munich, 1984-1988 (ISBN 359810491X), Art. « Münsterberg » p. 2452-2453 & Art. « Oels + Bernstadt, Kosel, Wartenberg », p.  2453.

Liens externesModifier