Hemming de Danemark

Hemming de Danemark est un aristocrate danois du début du IXe siècle, roi des Danois de 810 à 812.

Hemming de Danemark
Image dans Infobox.
Fonctions
Roi des Danois
Biographie
Décès
Nom dans la langue maternelle
HemmingVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Fratrie
Angantyr (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Saxo Grammaticus dans sa Geste des Danois avoue son ignorance sur ce roi :

« Je n'ai trouvé ni faits ni gestes qui méritent d'être rapportés, si ce n'est la paix qu'il conclut sous le sceau du serment avec l'empereur Lodowicus »

— Saxo Grammaticus Traduction française de La Geste des Danois (Gesta Danorum Livres I à IX) par Jean-Pierre Troadec présenté par François-Xavier Dillmann; collection L'aube des peuples Gallimard Paris (1995) (ISBN 2-07-072903-6). Livre IX chapitre II p.387

Les actions d'Hemming sont effectivement uniquement connues que par le biais des Annales regni Francorum et de leurs continuateurs. Il est par son père le neveu du roi Godfried de Danemark et il devient roi à la mort de Godfried[1].

Il fait la paix avec Charlemagne, mais, la rigueur de l’hiver ayant rompu toutes voies de communication entre les deux parties, on observe la paix jurée sans déposer les armes. Dès le retour du printemps, douze chefs des deux nations se rencontrent sur l’Eyder pour confirmer la paix. Les négociateur sont, pour les Francs les comtes Wala fils de Bernard, Burchard, Unroch (Unruoch), Uodon, Bernard, Egbert, Théodoric, Abbo, Ostdog et Wigman (Wichmann) et pour les Danois : les deux frères d’Hemming, Hancwine (Håkon?) et Agandéon (Angantyr), Osfrid Turdinolo, Warsten, Swomi, Urm, un autre Osfrid, fils d’Heiligon, Osfrid de Sconowo, Hebbi et Aowin[2].

Vers le milieu de novembre, deux des députés d’Hemming, Aowin et Hebbi, se rendent à Aix-la-Chapelle pour apporter à Charlemagne de la part de leur roi des présents et des promesses de paix.

Peu de temps après on annonce la mort du roi Hemming (peut-être tué au cours d'une guerre civile) et son remplacement par Siegfried, autre neveu de Godfried et par Anulo, « nepos » c'est-à-dire: neveu ou petit-fils du roi Harald[3].

Notes et référencesModifier

  1. Annales regni Francorum :AD 810 & Adémar de Chabannes : Livre II § 22.
  2. Annales regni Francorum :AD 811 & Adémar de Chabannes : Livre II § 23
  3. Annales regni Francorum AD 812 & Adémar de Chabannes : Livre II § 24


BibliographieModifier

  • Georges Tessier, Le Mémorial des siècles : VIIIe siècle Charlemagne, Albin Michel, Paris, 1967.