Ouvrir le menu principal
Helmut Schüller
Helmut Schüller 2013 07 26.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion
Distinction
Q20128275 ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Helmut Schüller (né le à Vienne) est un prêtre catholique autrichien, ancien vicaire général du diocèse de Vienne, à l'origine d'une pétition de prêtres demandant des réformes de l'église en 2011[1].

VieModifier

Helmut Schüller fréquente de 1963 à 1971 le petit séminaire Hollabrunn, où l'un de ses professeurs est Hans Hermann Groër. Il étudie la théologie à l'université de Vienne et à Fribourg en Brisgau. Après son ordination il est à partir de 1977 affecté à la paroisse de Sainte Brigitte (Vienne) et devient professeur de religion[2]. En 1981 il devient aumônier diocésain des jeunes à Vienne. De 1986 à 1995 il est responsable à Caritas Autriche devenant directeur pour la région de Vienne (le par Leopold Ungar) et le l'un des présidents de Caritas Autriche. Il est distingué comme manager de l'année 1993 par l'université d'affaire de Vienne pour sa "courageuse" gestion de Caritas[3] (il avait en effet été visé en décembre 1993 par une des lettres piégées de l'activiste Franz Fuchs).

Après l'accession de Christoph Schönborn comme archevêque du diocèse de Vienne Schüller devient en septembre 1995 vicaire général jusqu'à sa mise à l'écart surprise de février 1999 par le Cardinal Schönborn qui la justifie par de graves divergences de vues[4].

Entre 1996 et 2005 il accueille les victimes des abus sexuels pour le diocèse de Vienne[5]. Il propose à cette occasion les règles de conduite des intervenants qui ne furent cependant pas suivies dans tous les diocèses d'Autriche. Il favorise le passage de ce poste à un laïc, pour une plus grande indépendance[5].

Le avec le père Udo Fischer il crée l'"«Initiative Curés en charge de Paroisse»"[6], qui prend position pour une mutation de la vision de la prêtrise. Il s'y prononce pour l'ordination d'hommes mariés. Mais il n'est pas reçu à Rome[7]. En 2008, il prend part à la conférence de la “Fédération internationale pour un ministère chrétien renouvelé”[8] Le 19 juin 2011, prêtre à Saint Stéphane à Probstdorf, il est à l'origine de l'appel à la désobéissance ("Aufruf zum Ungehorsam") qui, entre autres, demande l'ordination des femmes, le mariage des prêtres et la possibilité pour les laïcs de conduire des paroisses[9]. Cet appel recueille la signature de 329 prêtres autrichiens. L'autorité ecclésiale, le cardinal Christoph Schönborn, rappelle ces 329 prêtres à l'obéissance. En novembre 2012, le titre de "Chanoine de Sa Sainteté", qui implique l'usage de l'appellation "Monseigneur", lui est retiré. Les raisons de ce retrait n'ont pas été motivées.

ŒuvresModifier

  • A la rencontre de Dieu. La chance des dernières années. Niederösterr. Pressehaus, Vienne 1994, (ISBN 3-85326-002-0)
  • Notices d'un Prêtre. Édition Steinbauer, Vienne 2007, (ISBN 978-3-902494-24-5)

Notes et référencesModifier