Hassan Aourid

politologue, enseignant-chercheur et écrivain marocain
Hassan Aourid
Description de cette image, également commentée ci-après
Hassan Aourid lors d'une conférence sur l'islamisme à Sciences Po Bordeaux, le
Nom de naissance حسن أوريد
Naissance (57 ans)
Errachidia, Maroc
Nationalité Drapeau du Maroc Marocain
Pays de résidence Maroc
Profession
Formation

Hassan Aourid (en arabe : حسن أوريد), né le à Errachidia (anciennement Ksar-es-Souk), est un politologue, enseignant-chercheur et écrivain marocain d'expressions arabe et française, qui a été haut fonctionnaire pendant près de vingt ans. Il a écrit plusieurs ouvrages, en français et en arabe.

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Hassan Aourid naît le à Errachidia[1], au sein d'une famille de classe moyenne ; son père était directeur d'établissement scolaire et instituteur au Maroc et en France[2]. Il a enseigné la langue arabe et la culture marocaine aux enfants de la communauté marocaine dans la ville de Tours jusqu'à sa retraite en 2004.

Au vu de ses résultats scolaires, il est sélectionné pour étudier au Collège royal à Rabat, où il côtoie jusqu'au baccalauréat le prince héritier Sidi Mohammed ben — fils de — El Hassan (futur roi Mohammed VI)[2]. Par la suite, il obtient une licence en droit public, un diplôme d'études supérieures (DES) et un doctorat d'État en sciences politiques[3], qui « porte sur “les facteurs culturels du discours contestataire au Maroc” à partir d'une étude sur “l'islamisme et le berbérisme” »[4].

Parcours professionnelModifier

Sous le règne de Hassan II, Hassan Aourid exerce en qualité de chargé d'études au ministère des Affaires étrangères de 1988 à 1992[5], puis de conseiller politique à l'ambassade du Maroc à Washington — sous la direction de Mohamed Benaïssa[6], alors ambassadeur, avec lequel ses relations ne sont pas au beau fixe — de 1992 à 1995[5], et enfin enseigne à l'École nationale d'administration et à la Faculté des sciences juridiques de Rabat de 1995 à 1999[5], tout en pratiquant le journalisme[2].

Peu après l'intronisation de Mohammed VI, en 1999, Hassan Aourid fait l'objet de la première nomination officielle du roi en tant que porte-parole du « Palais », alors qu'auparavant, seul un conseiller royal remplissait cette fonction[4]. Il le reste jusqu'au , date à laquelle il est affecté au poste de wali de la région Meknès-Tafilalet[7], dont il est originaire. Le [1], il devient l'historiographe du Royaume, remplaçant Abdelouahab Benmansour, décédé un an plus tôt après avoir assumé cette charge pendant quarante-cinq ans[2]. Le , Mohammed VI nomme à sa place l'ancien directeur du protocole, Abdelhak Lamrini.

De nos jours, Hassan Aourid enseigne de nouveau dans le supérieur et fait partie des conseillers scientifiques du magazine historique marocain Zamane[3],[8], où il est également chroniqueur[9],[10].

OuvragesModifier

Hassan Aourid est l'auteur d'essais, de nouvelles, de romans et de poèmes. Parmi ses ouvrages, majoritairement rédigés en arabe[11], on peut citer :

  • رواء مكة ، مطبعة المعارف الجديدة، 2017
  • Occident : Est-ce le crépuscule ?, Bouregreg, 2011, essai[12],[13] ;
  • Le Morisque, Bouregreg, 2011, roman[14] ;
  • (ar) سيرة حمار [Sirat himar], Dar Al Amane, 2014, roman — « Biographie d'un âne »[15].
  • L'impasse de l'islamisme. 2015.
  • الإسلام السياسي في الميزان، توسنا، 2016
  • Aux origines du marasme arabe. Tusna. 2017.

Notes et référencesModifier

  1. a et b « SM le Roi nomme M. Hassan Aourid historiographe du Royaume », L'Opinion, Rabat,‎ (lire en ligne, consulté le 7 février 2015)
  2. a b c et d Abdellatif Mansour, « Hassan Aourid, nouvel historiographe du Royaume : l'homme, la fonction et la manière », Maroc Hebdo International, Casablanca, no 863,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 8 février 2015)
  3. a et b « Qui sommes nous ? », sur Zamane (consulté le 7 février 2015)
  4. a et b José Garçon, « Mohammed VI achève son premier mois de règne », Libération, Paris,‎ (lire en ligne, consulté le 7 février 2015)
  5. a b et c « Remplacé, Aourid va-t-il rejoindre Moulay Hicham ? », Le Temps, Casablanca,‎ (lire en ligne, consulté le 7 février 2015)
  6. Mohammed Jaabouk, « Hassan Aourid évoque les "imprécisions" du livre du prince Hicham sur France 24 », sur Yabiladi, (consulté le 7 février 2015)
  7. Dominique Lagarde et Ahlam Jebbar, « Plus près de Sa Majesté », L'Express, Paris,‎ (lire en ligne, consulté le 7 février 2015)
  8. En comparant les ours des différents numéros de Zamane, on peut établir qu'il y exerce la fonction de conseiller scientifique depuis le no 24 d'octobre 2012.
  9. Z. C., « Hassan Aourid, nouveau wali de Rabat ? », sur H24Info, (consulté le 8 février 2015)
  10. « Quelques chroniques de Hassan Aourid », sur Zamane (consulté le 8 février 2015)
  11. « Ḥasan Ūrīd », sur WorldCat (consulté le 7 février 2015)
  12. Mustapha Bencheikh, « Plaidoyer pour l'indignation », Zamane, Casablanca, no 9,‎ , p. 80-81 (lire en ligne, consulté le 7 février 2015)
    Critique de l'ouvrage.
  13. « Hassan Aourid réagit », Zamane, Casablanca, nos 10-11,‎ , p. 94-96 (lire en ligne, consulté le 13 octobre 2015)
    « L'ancien historiographe du Royaume revient sur la critique de son dernier essai, publiée dans le dernier numéro de Zamane ».
  14. Ihssane Andaloussi, « "Le Morisque" ouvre le bal », Les ÉCO,‎ (lire en ligne, consulté le 7 février 2015) — Présentation de l'ouvrage.
  15. Bilal Mousjid, « Biographie d'un âne, le nouveau roman de Hassan Aourid », sur Médias24, (consulté le 7 février 2015) — Présentation de l'ouvrage.

Liens externesModifier