Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lévy.
Hanni Lévy
HanniLévy8ce7e5f3-cbbb-4967-bd8a-a7b1ca163062 (2).jpg
Hanni Levy en 2019
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités

Hanni Lévy (née Hanni Weissenberg le à Berlin et décédée le à Paris) était une survivante de l'Holocauste. Elle a été l'une des 1700 à 2000 Juifs[1] qui, cachés à Berlin, ont survécu au Nazisme. Son destin a été décrit dans le film Die Unsichtbaren– Wir wollen leben de Claus Räfle.

BiographieModifier

 
Façade du numéro 28 de la rue Nollendorf (Berlin-Schöneberg); Hanni Weissenberg a vécu dans l'aile droite chez la famille Kolzer, de novembre 1943 jusqu'à son déménagement à Paris en décembre 1946.
 
Plaque commémorative devant le numéro 28 de la rue Nollendorf.

Hanni Weißenberg a grandi au Kaiserkorso à Berlin-Tempelhof (qui fait maintenant partie du Kleine Weg) et à partir de 1931 à Berlin-Kreuzberg dans la Solmsstraße. Son père était photographe, sa mère femme au foyer. La famille était laïque. Son père disait: « Nous sommes allemands, la religion est une affaire privée.» [2] Ses parents sont morts prématurément. En 1939, son père Felix Weißenberg (1883-1940), contraint au travail forcé dans l'agriculture, est mort d'épuisement un an plus tard. Sa mère Alice Weißenberg (1890-1942), née Oberlander, est décédée en avril 1942, faute de soins médicaux[3]. Plus tard Hanni Weißenberg a déclaré qu'elle était contente que ses parents soient morts si tôt et qu'ainsi ils aient été épargnés de beaucoup de souffrance[4]. Sa grand-mère Cecilia Oberlander (1863-1943) a été déportée à Theresienstadt à l'automne 1942 où elle est morte en 1943[5]; une Stolperstein a été posée en leur mémoire dans la rue Else-Lasker-Schüler à Berlin-Schöneberg[6].

En 1937, Hanni Weißenberg a du quitter, en tant que juive, l'école primaire de la rue Gneisenau et s'est rendu à l'école Joseph Lehmann de la communauté juive réformée, rue Joachimsthaler[7]. À seize ans, en 1940, elle a été contrainte au travail dans l'usine textile Zehlendorf qui produisait de la rayonne, entre autres pour les parachutes de la Wehrmacht[8]. Après la mort de ses parents, elle a vécu avec des connaissances juives dans la rue d'Augsburg jusqu'à ce celles-ci soient déportées en décembre 1942. Comme elle ne figurait pas « sur la liste »[9], elle a été épargnée et est restée seule. En février 1943, incapable de travailler en raison d'une blessure grave à son index droit, elle a ainsi échappé à la ""Fabrikaktion " de la Gestapo[10]. Elle était à la maison quand les occupants de la maison ont été raflés, mais a été soupçonnée sur le chemin de l'usine. Weißenberg a spontanément décidé de verrouiller sa porte, de ne pas répondre aux sonneries et de s'enfuir au-dessus d'un autre appartement et du bâtiment principal. Elle ne pouvait rien emporter avec elle à part un manteau et un sac à main. "Je suis entrée dans la rue de sang froid", se souvient-elle, "je n'avais pas de plan, mais je savais que je ne devais pas attirer l'attention, c'était ma meilleure protection." [4] Des amis l'ont aidée à trouver un coiffeur qui lors de séances fastidieuses, ont réussi à décolorer ses cheveux. Elle a adopté une nouvelle identité et, avec l'aide d'une autre connaissance, a réussi à trouver un médecin pour soigner sa blessure sans qu'il pose des questions sur son identité. Elle a alors pu gagner de l'argent en travaillant le dimanche chez un livreur de journaux. Ellea du souvent changer de logement jusqu'à ce qu'elle soit hebergée par la famille Most dans la rue de Berlin (aujourd'hui Otto-Suhr-Allee ) à Charlottenburg. Elle a vécu chez eux jusqu'en novembre 1943.

Hanni Weißenberg aimait aller au cinéma, pour s'y réfugier dans le noir, et quand elle se retrouva une fois de plus sans abri, parce que maintenant aussi les hommes les plus âgés de la famille menacés de confiscation au service militaire, elle se confia au vendeur de billets au guichet. Viktoria Kolzer (1902-1976) a hebergé la jeune femme chez elle, au numéro 28 de la rue Nollendorf, où elle vivait avec son mari Jean. Weißenberg a pu rester chez le couple jusqu'à la chute du régime nazi; Viktoria Kolzer a partagé ses cartes de rationnement avec elle. Les Kolzer l'ont sauvé. Leur fils était au front. Tombé gravement malade Jean Kolzer est mort de la gangrène au début 1945. Hanni l'a soigné. "Nous avons grandi ensemble comme mère et fille. Je me suis tellement habitué à cette nouvelle vie que j'ai failli oublier le danger dans lequel je vivais. " [4] C'est en compagnie de Viktoria Kolzer, qu'elle a vécu les nuits de bombardements et finalement la chute du régime nazi. Le contact avec la famille Most n'a jamais été rompu.

Après la libération de Berlin par l'Armée rouge, Weissenberg craignait les attaques des soldats soviétiques. Elle a appris que les Most étaient maintenant arrivés à Berlin-Zehlendorf, où, selon eux, la police militaire russe contrôlait plus strictement les soldats. Elle s'y est rendu à pied avec Kolzer. Plus tard, les deux femmes sont revenues dans la rue Nollendorf. Weissenberg a trouvé du travail auprès de l'armée américaine[11]. Fin 1946, un frère de sa mère, qui avait pu émigrer en France, la conduisit à Paris; il avait trouvé son nom sur une liste du service de recherche de la Croix rouge allemande[12].

C'est à Paris qu'elle a rencontré son futur mari, un allemand de famille juive. Ensemble, ils ont fondé une entreprise de peinture[12]. Hanni Levy n'a jamais rompu les liens avec Berlin et avec ses sauveurs. Contrairement à de nombreux survivants de l'Holocauste, elle a continué à parler allemand: "Vous ne pouvez pas échanger des berceuses et des gestes tendres dans une langue étrangère." Elle a eu deux enfants et cinq petits-enfants.

Hanni Lévy est décédée le 23 octobre 2019 à Paris, à l'âge de 95 ans[13].

Témoin oculaireModifier

Hanni Lévy a appris en 1978 que Viktoria Kolzer, Elfriede et Grete Most, figuraient sur la liste des Justes parmi les Nations de Yad Vashem[14]. En 1983, elle a écrit pour sa famille un rapport en français de 13 pages sur sa survie, qui se trouve dans les archives du Mémorial de la Résistance allemande[15]. Elle a traduit ce rapport en allemand pour le catalogue de l'exposition «Formes de mémoire - voix juives et non-juives de l'expulsion et de l'assassinat des voisins juifs dans le quartier bavarois ». Il a été publié en 1995 sous le titre "Sie haben mir das Leben ein zweites Mal gegeben“. Rückblick an die Zeit im Untergrund in Berlin zwischen 1940 und 1945" (Ils m'ont donné la vie une seconde fois". Retour sur la clandestinité à Berlin entre 1940 et 1945")[16].

Lévy a témoigné à plusieurs reprises dans les écoles [17]). En 2010, elle a participé à la cérémonie d'inauguration d'une plaque commémorative pour Victoria et Jean Kolzer dans la cour de la maison au numéro 28 de la rue Nollendorf[18],[19], et en 2011 pour la pose de quatre Stolpersteine pour sa grand-mère et ses parents[20]. Claus Räfle l'a interrogée por son film semi-documentaire Die Unsichtbaren – Wir wollen leben, (Les invisibles - Nous voulons vivre), qui décrit quatre destins de Juifs clandestins à Berlin. Le film contient également une interview de Lévy en 2009. Le film est sorti en 2017 ainsi qu'un livre de livre de Räfle ː "Die Unsichtbaren – Untertauchen, um zu überleben" (Les invisibles, entrer en clandestinité pour survivre)[21] . Levy a donné à cette occasion une série d'interviews pour des journaux, des magazines et des chaînes de télévision et a été invitée le 23 novembre 2017 dans l'émission de Markus Lanz à la ZDF[22].

En 2018, une autre plaque commémorative pour la famille Kolzer a été apposée sur le portail de la maison au numéro 28 de la rue Nollendorf. [23]

Le 27 janvier 2018, Lévy a pris la parole à l'occasion de la journée de commémoration des victimes du national-socialisme au Congrès du parti fédéral des Alliance 90 /Verts à Hanovre. Elle a mis en garde contre un retour de la pensée discriminatoire: "On disait plus tôt: les Juifs sont fautifs. Aujourd'hui, ce sont les réfugiés." [24]

SourcesModifier

La biographie est essentiellement basée sur le rapport autobiographique de Lévy des années 1980 et sur des discussions ultérieures avec, entre autres, l'historienne Beate Kosmala[25]. Il s’appuie sur un certain nombre de documents historiques, qui figurent dans le texte.

Certains documents historiques contemporains de l'histoire personnelle de Lévy sont maintenant la propriété du Musée juif de Berlin. Parmi celles-ci figurent deux lettres d'adieu adressées à Hanni Weissenberg par des personnes qui, conjointement avec Weissenberg, ont effectué des travaux forcés dans le Spinnstofffabrik Zehlendorf et ont été déportées à la fin de 1941 ou au cours de 1942[26].

HonneursModifier

  • Ordre du Mérite de l'État de Berlin (2019)

BibliographieModifier

  • Hanni Lévy: „Sie haben mir das Leben ein zweites Mal gegeben“. Rückblick an die Zeit im Untergrund in Berlin zwischen 1940 und 1945. In: Katharina Kaiser, Barbara Jakoby: Orte des Erinnerns. Beiträge zur Debatte um Denkmale und Erinnerung, volume 2: Jüdisches Alltagsleben im Bayerischen Viertel. Eine Dokumentation. Hentrich, Berlin 1995, (ISBN 978-3-89468-147-0), S. 61–69.
  • Daniel Fraenkel: Die deutschen Gerechten. In: Israel Gutman, Sara Bender (Hrsg.): Lexikon der Gerechten unter den Völkern. Volume „Deutsche und Österreicher“, publié par Daniel Fraenkel et Jakob Borut. Wallstein, Göttingen 2005, (ISBN 978-3-89244-900-3), pages 51–295. Darin: Kolzer, Viktoria, Most, Elfriede, Most, Grete, Akten 1392, 1393, pages 167–168.
  • (de) Claus Räfle, Die Unsichtbaren. Untertauchen, um zu überleben. Eine wahre Geschichte, Munich, Elisabeth Sandmann, (ISBN 978-3-945543-44-3).
  • Hanni Lévy: Nichts wie raus und durch! Lebens- und Überlebensgeschichte einer jüdischen Berlinerin. Publié par Beate Kosmala (Publications de Gedenkstätte Stille Helden, volume 9). Metropol, Berlin 2019, (ISBN 978-3-86331-449-1).

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. (de)Vgl. Beate Kosmala: Überlebensstrategien jüdischer Frauen in Berlin. Flucht vor der Deportation (1941–1943). In: Andrea Löw, Doris L. Bergen, Anna Hájková (Hrsg.): Alltag im Holocaust. Jüdisches Leben im Großdeutschen Reich 1941–1945. Oldenbourg, Munich 2013, pages 29–47, ici: page 46; Barbara Schieb: Nachwort. Stille Helden. In: Räfle 2017, p. 155.
  2. (de)Stefan Simons: Judenverfolgung in Nazideutschland: Leben als falsche „Arierin“. In: Einestages, 27 octobre 2017, consulté le 22 janvier 2018.
  3. (de)Lebensdaten der Eltern siehe Begleittext der Gedenktafel Jean et Viktoria Kolzer, Berlin, Nollendorfstraße 28. „Gedenktafeln in Berlin“.
  4. a b et c Hoff 2017.
  5. (de)Oberländer, Cäcilie Caecilie. In: Gedenkbuch – Opfer der Verfolgung der Juden unter der nationalsozialistischen Gewaltherrschaft in Deutschland 1933–1945, Bundesarchiv, consulté le 22 janvier 2018.
  6. (de) Christl Wickert, Hannelore Emmerich: Cäcilie Oberländer (née Sorauer). Biografische Zusammenstellung. Stolpersteine-Berlin.de, consulté le 22 janvier 2018.
  7. (de)Lévy, Hanni (née Weißenberg) . Kurzbiografie auf der Seite der Ausstellungsinstallation im Rathaus Schöneberg, „Wir waren Nachbarn – Biografien jüdischer Zeitzeugen“, 2014, consulté le 22 janvier 2018.
  8. (de)Stefan Simons: Judenverfolgung in Nazideutschland: Leben als falsche „Arierin“. In: Einestages, 27 octobre 2017, consulté le 22 janvier 2018. Vgl. zur Spinnstofffabrik auch Alexander Korb: Berlin-Zehlendorf. In: Wolfgang Benz, Barbara Distel ː Der Ort des Terrors. Geschichte der nationalsozialistischen Konzentrationslager.volume 3: Sachsenhausen, Buchenwald. C.H. Beck, Munich 2006, (ISBN 3-406-52963-1), pages&nbsp130–132.
  9. (de) Hanni Lévy: „Sie haben mir das Leben ein zweites Mal gegeben“. Rückblick an die Zeit im Untergrund in Berlin zwischen 1940 und 1945. In: Katharina Kaiser, Barbara Jakoby: Orte des Erinnerns. Beiträge zur Debatte um Denkmale und Erinnerung. volume 2: Jüdisches Alltagsleben im Bayerischen Viertel. Eine Dokumentation. Hentrich, Berlin 1995, pages 61–69, ici page 62.
  10. Zeitzeugengespräch mit Hanni Lévy geborene Weissenberg, Paris. Moderation: Beate Kosmala. Gedenkstätte Stille Helden, Website „Museum-Blindenwerkstatt.de“, consulté le 22 janvier 2018.
  11. Siehe ihren autobiografischen Bericht in Katharina Kaiser, Barbara Jakoby: Orte des Erinnerns. Beiträge zur Debatte um Denkmale und Erinnerung. Bd. 2: Jüdisches Alltagsleben im Bayerischen Viertel. Eine Dokumentation. Hentrich, Berlin 1995, pages 61–69; et aussi Sarah Wildman: Hanni’s Story. A chance meeting with a Holocaust survivor at a remarkable exhibition in Berlin. In: Slate, 27 janvier 2011, online.
  12. a et b Räfle 2017, p. 143.
  13. (de)Trauer um Hanni Lévy, juedische-allgemeine.de, publié le 23 octobre 2019.
  14. (en) Sarah Wildman: Hanni’s Story. A chance meeting with a Holocaust survivor at a remarkable exhibition in Berlin. In: Slate, 27 janvier 2011, online. Voir aussi Rescue Story dans la banque de données de Yad Vashem ou dans (de)Lexikon der Gerechten unter den Völkern, Deutsche und Österreicher, pages 167–168.
  15. (de) Beate Kosmala: Überlebensstrategien jüdischer Frauen in Berlin. Flucht vor der Deportation (1941–1943). In: Andrea Löw, Doris L. Bergen, Anna Hájková: Alltag im Holocaust. Jüdisches Leben im Großdeutschen Reich 1941–1945. Oldenbourg, Munich 2013,pages 29–47, ici page 41.
  16. (de)Katharina Kaiser, Barbara Jakoby: Orte des Erinnerns. Beiträge zur Debatte um Denkmale und Erinnerung. volume 2: Jüdisches Alltagsleben im Bayerischen Viertel. Eine Dokumentation. Hentrich, Berlin 1995, pages 61–69.
  17. (de) diese et diese, geborene Weissenberg, Paris. Moderation: Beate Kosmala, Gedenkstätte Stille Helden. [https://www.museum-blindenwerkstatt.de Museum-Blindenwerkstatt.de.
  18. (de)Karen Noetzel: Seit Kurzem erinnert eine Gedenktafel an Familie Kolzer, Berliner Woche, 15 juillet 2018
  19. (de) Voir le texte de présentation de la plaque commémorative Jean et Viktoria Kolzer, Berlin, Nollendorfstraße 28, online sur la page Gedenktafeln in Berlin; voir aussi Hanni Lévy: Eine schöne Geschichte. In: aktuell – Informationen aus und über Berlin, juin 2011, online.
  20. Christl Wickert/Hannelore Emmerich: Biografie zum Stolperstein für Emma Oberländer, online auf der Seite Stolpersteine-Berlin.de.
  21. Räfle 2017.
  22. (de) Überlebensgroß, Süddeutsche Zeitung, 2 novembre 2018
  23. (de)Seit Kurzem erinnert eine Gedenktafel an Familie Kolzer, Berliner Woche, 15 juillet 2018
  24. (de) Stefan Braun: Hanni Levy bei den Grünen. Worauf es in diesen Zeiten ankommt: nichts vergessen. In: Süddeutsche Zeitung 27 janvier 2018, et aussi hier.
  25. (de) Beate Kosmala: Überlebensstrategien jüdischer Frauen in Berlin. Flucht vor der Deportation (1941–1943). In: Andrea Löw, Doris L. Bergen, Anna Hájková (Hrsg.): Alltag im Holocaust. Jüdisches Leben im Großdeutschen Reich 1941–1945. Oldenbourg, Munich 2013, pages 29–47, ici page 41.
  26. (de)Abschiedsbrief von Hans Bossack an Hanni Weißenberg, 9 décembre 1942et Abschiedsbrief von Lilo Epstein an Hanni Weißenberg, zwischen Oktober 1941 und April 1942.