Haïk (personnage)

héros légendaire de la mythologie arménienne

Haïk
Roi légendaire d'Arménie
Haïk (par Mkrtum Hovnatanian)
Haïk (par Mkrtum Hovnatanian)
Caractéristiques
Autre(s) nom(s) Haik, Hayk, Haig
Nom arménien Հայկ
Fonction principale Patriarche du peuple arménien
Représentation Géant
Lieu d'origine Arménie
Période d'origine Deux générations après le Déluge
Culte
Mentionné dans Histoire de l'Arménie
(Moïse de Khorène)
Famille
Père Togarma
Fratrie Karthlos, Bardos (ka), Movakos, Lekos (en), Heros, Kavkas (en), Egros
• Enfant(s) 1. Armenak (hy)
2. Kaghots (hy)
3. Manavaz (hy)
4. Khor (hy)
5. Mehekan (hy)
6. Apah (hy)
7. Aram

Haïk (en arménien : Հայկ), également appelé Haik, Hayk ou encore Haig, et également surnommé Haïk Nahapet (en arménien : Հայկ Նահապետ / en français : Haïk le chef de famille) est le premier roi légendaire de la mythologie arménienne.

Il est donc le patriarche et l'ancêtre de tous les arméniens, et le fondateur de la dynastie des Haïkides (hy)[1],[2] (en arménien : Հայկ / Haykazuni) qui porte son nom.

BiographieModifier

Selon la légende bibliqueModifier

 
Statue de Haïk à Erevan

Selon la légende, Haïk est un géant descendant de Japhet par Gomer et Thorgom (et donc descendant de Noé[3]), et combat Bêl, un géant de Babylone, qu'il finit par vaincre.

Cette victoire lui permet ainsi de doter son peuple d'un territoire : l'Arménie. Son peuple le considère comme patriarche de la nation appelée désormais, en son honneur, Hayastan (en français : « Terre de Haïk »). De cette appellation dériverait celle de Hay signifiant « Arménien », ou encore « descendant de Haïk ».

Pour certains, Haïk descend aurait pris part à la construction de la tour de Babel. Refusant d'obéir à Bêl ou à Nemrod, il se serait rendu avec 300 membres de sa famille en Arménie, son pays natal, et y soumit les indigènes à ses lois. Bêl lui déclare la guerre et, lors d'un combat qui eut lieu, d'après Moïse de Khorène sur les bords du lac de Van, Haig le tue d'un coup de flèche. Il reste alors maître du pays[4].

Le grand historien arménien du Ve siècle, Moïse de Khorène, décrivit l'arrivée de Haïk et de son peuple en Arménie :

« Il a construit un village qui est venu pour être connu comme Haykashen (la Construction de Haïk). Au milieu de cette plaine et au pied de la montagne qui avait une large base, où un peuple avait déjà vécu là. Ce peuple s'est soumis à la règle du nouveau héros. »

Il aurait eu sept frères et sœurs (parmi eux Karthlos, patriarche des géorgiens).

Haig serait mort à l'âge de 400 ans en [4].

Selon la réalité historiqueModifier

Quelques historiens pensent que Haïk était un réel chef de clan arménien du IIIe millénaire av. J.-C., dont les faits et gestes ont été mythifiés.

Mais la plupart croient qu'il est une figure purement mythique apparentée aux fondateurs traditionnels de Rome, Romulus et Rémus. Haik est aussi l’équivalent d'Orion dans la traduction arménienne de la Bible.

FamilleModifier

Mariage et enfantsModifier

De son mariage avec une femme inconnue, il eut sept enfants :

AscendanceModifier

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens internesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (hy) Movsisyan A., L'Arménie au IIIe millénaire av. J.-C. (selon des sources écrites), Erevan (2005)
  2. Constantin Rafinesque, Génie et esprit de la Bible hébraïque, 1838
  3. (en) The PEDIGREE of Hayk (eponym and founder of HAYKID Dynasty) — fabpedigree.com
  4. a et b Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie', T.1, Ch. Delagrave, 1878, p. 1267
  5. Haïk (Fils de Togarma) JAPHÉTITES — gw.geneanet.org
  6. Hayk (eponym and founder of HAYKID Dynasty) D'Ur — gw.geneanet.org