HMS Effingham (D98)

HMS Effingham
Image illustrative de l’article HMS Effingham (D98)
Le HMS Effingham en 1925.
Type Croiseur lourd
Classe Hawkins
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Constructeur HMNB Portsmouth
Chantier naval Portsmouth, Angleterre
Commandé Décembre 1915
Quille posée
Lancement
Commission
Statut Échoué au large de Bodø (Norvège) le
Équipage
Commandant John Montagu Howson (17 avril 1939 - 18 mai 1940)
Équipage 690 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 172 m (ligne de flottaison)
184,4 m (total)
Maître-bau 19,8 m
Tirant d'eau 5,9 m
Déplacement 9 906 tonnes
À pleine charge 12 304 tonnes
Propulsion 4 turbines à vapeur Brown-Curtis
10 chaudières Yarrow
4 hélices
Puissance 65 000 chevaux
Vitesse 30,5 nœuds (56 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage Max : 75 mm
Armement Configuration d'origine :
7 × canons de 190 mm BL Mk VI
8 × canons de 76 mm QF 12 cwt
4 × canons de 76 mm QF 20 cwt
6 × tubes lance-torpilles de 533 mm
Rayon d'action 7 000 milles marins (13 000 km) à 15 nœuds (28 km/h)
2 186 tonnes de fioul

Le HMS Effingham est un croiseur lourd de classe Hawkins construit pour la Royal Navy à la fin de la Première Guerre mondiale. Il fut le seul navire nommé après l'amiral Howard d'Effingham, commandant-en-chef de la flotte anglaise ayant vaincu l'Armada espagnole en 1587.

Il est mis sur cale en à l'arsenal de Portsmouth est lancé le , et entre en service en .

HistoriqueModifier

L’Effingham, après avoir été le navire-amiral de la 4e escadre de croiseurs des Indes orientales jusqu'en 1932, revint en métropole, et fut mis en réserve. Intensivement modernisé en 1937, il fut transformé en croiseur léger et sa silhouette changea radicalement. Ses deux cheminées furent tronquées en une seule, il reçut 9 pièces de 152 mm (au lieu des 190 mm d'origine) sous masques dont les trois premières étaient superposées sur des passerelles étagées, une configuration reprise sur les Dido ultérieurs[1]. Il reçut une DCA plus puissante et une installation de bulges (renforcement de la coque)[2].

 
L'Effingham après sa modernisation en 1938.

La situation internationale se dégradant, il fut réactivé, conduit au chantier pour refonte, et en 1939, il était opérationnel de nouveau. Il transporta deux millions de Livres d'or de la banque d’Angleterre en Nouvelle-Écosse, puis rejoignit les groupes de chasse déployés contre les raiders Allemands dans l’Atlantique[1].

Puis il fut envoyé en Norvège pour y assister les troupes, fournissant un appui-feu aux opérations. Torpillé par l’U-38 en , il survécut et après des réparations sommaires, il était de retour en mai, combattant notamment à Narvik. C’est dans ce fjord qu’il heurta le , en pleine course et de nuit, un rocher à fleur d’eau, à la suite d’un funeste trait de marqueur noir de la route tracée par l’opérateur des cartes, si large qu’il faisait disparaître ledit rocher... Totalement enfoncée, la coque fit eau de toutes parts, et les machines furent vite submergées. Privé d’énergie et à la merci de l’ennemi, il fut canonné quatre jours plus tard par le destroyer HMS Matabele, et son épave abandonnée[1]. Elle fut en partie démantelé après la guerre.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Allan Raven et John Roberts, British Cruisers of World War Two, Arms & Armour Press,
  • M. J. Whitley, Cruisers of World War Two : An International Encyclopedia, Great Britain, Brockhampton Press, , 288 p. (ISBN 1-86019-874-0)

Liens externesModifier