HMS Blankney (L30)

navire britannique

Le HMS Blankney (pennant number L30) est un destroyer d'escorte de classe Hunt de type II construit pour la Royal Navy pendant la Seconde Guerre mondiale[1].

HMS Blankney
Image illustrative de l’article HMS Blankney (L30)
Le HMS Blankney en 1943
Type Destroyer d'escorte
Classe Hunt de type II
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Constructeur John Brown Shipbuilding & Engineering Company
Chantier naval Clydebank, Ecosse
Commandé
Quille posée
Lancement
Commission
Statut Démoli en mars 1959
Équipage
Équipage 164 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 85,34 m
Maître-bau 9,62 m
Tirant d'eau 3,51 m
Déplacement 1 067 t
Port en lourd 1 453 t
Propulsion 2 chaudières à vapeur Admiralty
2 turbines à vapeur Parsons
2 hélices
Puissance 19 000 ch (14 000 kW)
Vitesse 25,5 nœuds (47,2 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 6 × canons de 4 pouces QF Mk XVI en montage jumelé Mk. XIX
4 × canons de 2 livres QF Mk. VIII en montage quadruple MK.VII
2 × canons de 20 mm Oerlikons en montage simple P Mk. III
110 charges de profondeur, 2 lanceurs, 2 rackS
Rayon d'action 3 600 milles marins (6 700 km) à 14 nœuds (26 km/h)
Carrière
Indicatif L30

ConstructionModifier

Le Blankney est commandé le 20 décembre 1939 dans le cadre du programme d'urgence de la guerre de 1939 pour le chantier naval de John Brown Shipbuilding & Engineering Company de Clydebank en Ecosse sous le numéro J1570. La pose de la quille est effectuée le 17 mai 1940, le Blankney est lancé le 19 décembre 1940 et mis en service le 11 avril 1941.

Il est parrainé par une communauté civile de Nantwich dans le Cheshire pendant la campagne nationale du Warship Week (semaine des navires de guerre) en mars 1942. La ville a encore deux routes nommées d'après le destroyer, Blankney Avenue et The Blankney. Il y a une plaque suspendue dans Civic Hall, commémorant le soutien de la ville à l'équipage[2].

Les navires de classe Hunt sont censés répondre au besoin de la Royal Navy d'avoir un grand nombre de petits navires de type destroyer capables à la fois d'escorter des convois et d'opérer avec la flotte. Les Huntde type II se distinguent des navires précédents type I par une largeur (Maître-bau) accru afin d'améliorer la stabilité et de transporter l'armement initialement prévu pour ces navires[3].

Le Hunt type II mesure 80,54 m de longueur entre perpendiculaires et 85,34 m de longueur hors-tout. Le Maître-bau du navire mesure 9,60 m et le tirant d'eau est de 3,51 m. Le déplacement est de 1070 t standard et de 1510 t à pleine charge.

Deux chaudières Admiralty produisant de la vapeur à 2100 kPa et à 327 °C alimentent des turbines à vapeur à engrenages simples Parsons qui entraînent deux arbres d'hélices, générant 19 000 chevaux (14 000 kW) à 380 tr/min. Cela donné une vitesse de 27 nœuds (50 km/h) au navire[4]. 281 t de carburant sont transportés, ce qui donne un rayon d'action nominale de 2 560 milles marins (4 740 km) (bien qu'en service, son rayon d'action tombe à 1 550 milles marins (2 870 km))[5].

L'armement principal du navire est de six canons de 4 pouces QF Mk XVI (102 mm) à double usage (anti-navire et anti-aérien) sur trois supports doubles, avec un support avant et deux arrière. Un armement antiaérien rapproché supplémentaire est fourni par une monture avec des canons quadruple de 2 livres "pom-pom" MK.VII et deux canons Oerlikon de 20 mm Mk. III montés dans les ailes du pont. [6] Les montures jumelles motorisées d'Oerlikon sont remplacées par des Oerlikons simples au cours de la guerre. [7] Jusqu'à 110 charges de profondeur pouvaient être transportées. [8],[9] Le navire avait un effectif de 168 officiers et hommes[10],[11].

HistoireModifier

Seconde guerre mondialeModifier

12e groupe d'escorteModifier

À partir d'octobre 1941, le Blankney est membre du 12e Groupe d'escorte basé à Derry, en Irlande du Nord. En décembre, il est envoyé pour renforcer le groupe de "tueurs" de U-Boote (sous-marins) du commandant Johnny Walker qui escorte le convoi HG76 pour le passage à Gibraltar.

Le 17 décembre 1942, le sous-marin allemand U-131 est repéré à la surface par un Martlet du squadron 802 NAS du porte-avions d'escorte Audacity et est contraint de plonger. Après avoir été endommagé lors d'une attaque par des charges de profondeur par le sloop Pentstemon, le U-131 tente de s'échapper à la surface. Le Martlet mitraille l'U-Boot, mais est abattu par la même occasion.

Le U-131 est bombardé par les destroyers d'escorte britanniques Exmoor et le Blankney, le destroyer Stanley, les sloops Pentstemon et Stork. Réalisant que la situation est désespérée, l'équipage saborde le sous-marin à la position géographique de 34° 12′ N, 13° 35′ O. Les 47 membres d'équipage ont survécu et sont faits prisonniers[12],[13].

Le 18 décembre, le Stanley repére le U-434 à la surface et le poursuit. Pendant que le sous-marin plonge, le Blankney établit un contact avec son sonar ASDIC et effectue trois attaques avec des charges de profondeur. L'U-434 est gravement endommagé, mais réussit à refaire surface et à permettre à son équipage de s'échapper avant de couler à la position géographique de 36° 15′ N, 15° 48′ O. Le Blankney sauve l'équipage avant de retourner à Gibraltar pour se ravitailler.

Convois arctiquesModifier

Au début de 1942, le Blankney est en réparation à Gibraltar, avant de faire partie de l'escorte du convoi arctique WS16. Plus tard, il fournit la couverture du convoi russe PQ17 et le retour du convoi PQ13 de Mourmansk à l'Islande. En juillet 1942, le Blankney est endommagé lors d'une collision et passe trois mois dans le nord de la Russie en réparation, avant de quitter Archangel dans le cadre de l'escorte du convoi PQ14.

Le Blankney passe le reste de l'année en réparation au Loch Ewe avec un rôle secondaire pour fournir une escorte locale pour le convoi JW51B

Opérations en MéditerranéeModifier

Pendant l'opération Husky, le Blankney est en mesure de fournir une défense aérienne et un bombardement à terre dans la région de Bark East Landing avec un autre destroyer, Puckeridge.

Le 10 mars 1944, le Blankney, le Blencathra, le Brecon, le Exmoor et le destroyer américain USS Madison coulent le U-450 dans la Méditerranée occidentale au sud d'Ostie, à la position géographique de 41° 11′ N, 12° 27′ E, dans une attaque coordonnée de charges de profondeur . Les 42 membres d'équipage du sous-marin sont sauvés et sont devenus prisonniers de guerre[14].

Dans la nuit du 2 mai 1944, l'U-371 est repéré lorsqu'il fait surface presque au milieu du convoi au large de Djidjelli sur la côte algérienne et effectue immédiatement un plongeon. Lorsque le sous-marin refait surface, il est détecté par l'USS Menges, qà une distance de 3 000 m. Le U-371 tire une torpille, puis plonge. le Menges est touché et le tiers arrière du navire est détruit, mais il reste à flot.

Le Blankney en compagnie des destroyers d'escortes américains USS Pride et USS Joseph E. Campbell, ainsi que des destroyers d'escortes de la France libre Sénégalais et L'Alcyon, sont chargés de trouver l'U-371 et utilisent une nouvelle tactique de chasse sous-marine appelée "Swamp". Cela exigeait que l'emplacement connu d'un U-Boot soit rempli de navires et d'avions d'escorte, afin de fouiller systématiquement la zone, forçant le U-Boot à rester immergé jusqu'à ce que ses batteries ou son air s'épuisent et soit forcé de refaire surface.

Le U-371 gît sur le fond marin à environ 240 mètres de profondeur pour le reste de la journée pour échapper à la détection du sonar, avant que le commandant du U-Boot soit forcé de refaire surface et de tenter de s'échapper dans l'obscurité. Le Blankney et les autres escortes repérent le sous-marin et font immédiatement feu sur lui, marquant plusieurs coups. Le sous-marin riposte et réussit à frapper le Sénégalais avec une torpille, causant des dégâts. La situation de l'U-371 est désespéré car il est incapable de plonger et fait face à une puissance de feu massivement supérieure de la part des destroyers attaquants. Le U-371 coule à la position géographique de 37° 49′ N, 5° 39′ E. La plupart de son équipage saute par-dessus bord et se fait prisonnier. Il y a 3 morts lors de cette attaque.

Jour J, 6 juin 1944Modifier

Pendant l'opération Neptune, le Blankney est membre de la Force K (Gunfire Support Bombarding), affecté à Gold Beach lors de l'opération du débarquement allié en Normandie.

Fin de la guerreModifier

Après l'opération Neptune, le Blankney est déployé dans et autour de la Manche et de la mer du Nord pour se prémunir contre toute tentative de schnellboote ou de U-Boote de poser des mines navales dans l'estuaire de la Tamise.

Sa guerre a pris fin lorsqu'en août 1945, après le jour de la victoire sur le Japon, il retourne au Royaume-Uni où il est affecté à Sheerness dans le cadre de la flotte de réserve (Reserve Fleet).

Après guerreModifier

Le Blankney est réaménagé après la reddition du Japon et retourne au Royaume-Uni. En mai 1946, elle est désarmé et entre dans la Réserve à Devonport. Le navire subit un autre carénage en 1948 et est ensuite affecté dans la flotte de réserve à Sheerness.

En 1952, il est transféré à Hartlepool et l'approbation a été donnée pour qu'il soit inscrite sur la liste de démolitions le 22 octobre 1958. Il est vendu à BISCO pour un démantèlement par Hughes Bolcow à Blyth. Il est remorqué au chantier du démolisseur le 9 mars de la même année.

Honneurs de batailleModifier

  • ATLANTIC 1941-43
  • MALTA CONVOYS 1942
  • ARCTIC 1942-43
  • SICILY 1943
  • SALERNO 1943
  • NORMANDY 1944
  • MEDITERRANEAN 1944

CommandementModifier

HommageModifier

Son badge peut encore être vu peint sur le côté du mur de la cale sèche de Selborne à Simonstown, en Afrique du Sud.

Le 7 septembre 1989, un timbre postal de 22 penny avec l'insigne de navire a été émis (SG616)[15].

Notes et référencesModifier

  1. « http://www.naval-history.net/xGM-Chrono-10DE-Blackmore.htm »
  2. Nantwich Town Council Page on HMS Blankney
  3. English 1987, pp. 11–12.
  4. Lenton 1970, p. 89.
  5. English 1987, p. 12.
  6. Lenton 1970, pp. 85, 89.
  7. Whitley 2000, p. 145.
  8. Lenton 1970, p. 87
  9. Friedman 2008, p. 319
  10. Gardiner and Chesneau 1980, p. 47
  11. Lenton 1970, p. 89
  12. The Type IXC boat U-131 - German U-boats of WWII - uboat.net
  13. Kemp, pp. 75–76.
  14. U-450 at uboat.net
  15. SG616 at shipstamps.co.uk

BibliographieModifier

  • (en) Blair, Clay (2000). Hitler's U-Boat War: The Hunters 1939–1942. London: Cassell & Co. (ISBN 0-304-35260-8).
  • (en) J. J. Colledge et Ben Warlow, Ships of the Royal Navy : The Complete Record of all Fighting Ships of the Royal Navy from the 15th Century to the Present, Newbury, Casemate, (1re éd. 1969) (ISBN 978-1-935149-07-1).
  • (en) English, John (1987). The Hunts: A history of the design, development and careers of the 86 destroyers of this class built for the Royal and Allied Navies during World War II. World Ship Society. (ISBN 0-905617-44-4).
  • (en) Lenton, H.T. (1970). Navies of the Second World War: British Fleet & Escort Destroyers: Volume Two. London: Macdonald & Co. (ISBN 0-356-03122-5).
  • (en) Rohwer, Jürgen; Hümmelchen, Gerhard (1992). Chronology of the War at Sea 1939–1945. London: Greenhill Books. (ISBN 1-85367-117-7).
  • (en) Whitley, M.J. (2000). Destroyers of World War Two: An International Encyclopedia. London: Cassell & Co. (ISBN 1-85409-521-8).

Liens externesModifier