HK33

arme à feu
HK33SG1 (version sniper) équipé d'une lunette.
Soldat équatorien armé d'un HK33.

Le HK33 est un fusil d'assaut apparu au milieu des années 1960 et fabriqué par la firme allemande Heckler & Koch. Il fut le premier concurrent du M16/AR-15 sur le marché international.

Principalement destiné à l'export, il s'agit de la version en calibre 5,56 × 45 mm Otan M193 et 5,56 mm OTAN du fusil d'assaut HK G3.

Description techniqueModifier

HK G3 en réduction, le HK33 possède un mécanisme de recul retardé et verrouillage par galets. Le canon possède six rayures droitières au pas de 1/12", 305 mm à l'origine et le pas standard NATO (1/7") fut implémenté plus tard.

La crosse est fixe ou rétractable. Le guidon est à lame et protégé par un tunnel. La hausse est à tambour et réglable de 100 à 400 m.

Les magasins sont disponibles en 20, 25, 30 ou 40 coups et ce, en acier ou en aluminium.

Son tir s'effectue en semi-automatique ou automatique. Le sélecteur de tir permet le tir en rafale continue ou contrôlée, selon les versions.

VariantesModifier

Moins diffusé que le HK G3, le HK33 n'en connaît pas moins quelques variantes

Variantes militairesModifier

  • HK33A2 : version standard à crosse fixe et sélecteur sécurité/1 coup/rafales libres.
  • HK33A3 : version standard à crosses rétractable, même sélecteur.
  • HK33K : version à canon raccourci des précédents (HK33KA2 et HK33KA3).
  • HK33 SG1 : version modifiée destiné aux tireurs d'élite.
  • HK 13/13E : fusil-mitrailleur léger alimenté par chargeur.
  • HK 23/23E : mitrailleuse légère alimentée par bande.
  • POF PK8 : version pakistanaise du HK 33A2 fabriquée par les Pakistan Ordnance Factories (POF).

Variantes civiles et PoliceModifier

 
Le HK43, version civile du HK33A2.

Heckler & Koch a proposé son modèle HK33 sous la forme d'une carabine semi-automatique (ne pouvant tirer en rafales) sous la forme du HK43, légèrement modifié ensuite pour devenir le HK93. Ce HK 93 était proposé en version à crosse fixe ou rétractable et fut principalement vendu aux États-Unis.

Une copie de qualité du HK93 est produite aux États-Unis par Vector Arms sous la forme du Vector V93 (avec des pièces détachées turques)[réf. nécessaire].

Données techniquesModifier

HK33E
  • Munition : 5.56x45 type M193 & 5,56 OTAN
  • Canon : 390 mm
  • Longueur (crosse rétractée/crosse déployée) : 740/920 mm
  • Masse : 3,9 kg
  • Cadence de tir théorique : 750 c/mm
  • Balistique :
    • vitesse initiale : 900 m/s
    • énergie à la bouche : 1570 joules
HK33KE
  • Munition : 5,56 OTAN
  • Canon : 340 mm
  • Longueur (crosse rétractée/crosse déployée) : 670/865 mm
  • Masse : 3,5 kg
  • Cadence de tir théorique : 700 c/mm
  • Balistique :
    • vitesse initiale : 850 m/s
    • énergie à la bouche : 1410 joules

ProductionModifier

Le HK33 a été exporté d'abord en Malaisie et en Thaïlande. La manufacture d'armes de Saint-Étienne (France) et l'Arsenal royal d'Enfield (Grande-Bretagne), en vue de l'exportation vers les pays du Commonwealth ou ceux de la Francophonie ou pour armer leurs groupes anti-terroristes, en obtiendront la licence de commercialisation (armes entières ou montées localement et rebadgées).

De même, la firme turque MKEK d'Ankara en a fabriqué 100 000 pour remplacer les vieux HK G3 des Forces armées turques. En dérivent ensuite les MKE T50 et MKE T12 dotés d'améliorations, comme une crosse type Colt M4.

Aux États-Unis, la firme H&R Firearms (en), fabriqua un HK33 sous licence appelé T223. Des exemplaires du T223 furent acquis par les SEAL et utilisés pendant la guerre du Viêt Nam pour évaluation[1].

UtilisateursModifier

Le HK33 a été présent dans l'armement des policiers et militaires des pays suivants :

Notes et référencesModifier

  1. (en) Bill Fawcett (dir.), Hunters and Shooters : An Oral History of the U.S. Navy SEALs in Vietnam, New York, Wiliam Morrow, (ISBN 0-688-12664-2), p. 16.
  2. Fabrication « stérile » H&K marqués MAS pour pouvoir être exportés depuis la France. Logo « FSI » et cèdre du Liban stylisé sur le puits de chargeur.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jan Borger et Stefan Ciejka, « Heckler und Koch », Gazette des Armes no 131 et 132, juillet/.
  • Olivier Ginoux, « Les Armes Heckler & Koch », Cibles no 324, .

Articles connexesModifier