Hôtel de ville de Châlons-en-Champagne

mairie à Châlons-en-Champagne (Marne)

L’hôtel de ville de Châlons-en-Champagne est le bâtiment qui héberge les institutions municipales depuis 1776.

Hôtel de ville de Châlons-en-Champagne
Image dans Infobox.
Hôtel de ville sur la place Foch et son hommage à Cabu en façade.
Présentation
Type
Rathaus (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Destination actuelle
Mairie
Architecte
Nicolas Durand (architecte)
Antoine Lépine pour la sculpture
Construction
1772 à 1776
1778 pour les lions
Propriétaire
Commune
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Rue de l'Hôtel-de-ville et place Maréchal-FochVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de la Marne
voir sur la carte de la Marne
Red pog.svg

HistoireModifier

Le Conseil de ville créé en 1417 se réunissait en l'hôpital du Saint-Esprit,

Porte de VauxModifier

L'hôpital de la porte de Vaux était dédié à sainte Marthe et a été fondé par Memmie, géré par des frères, puis par des sœurs de Saint-Lazare, puis par des Filles de Dieu et en dernier par des béguines. En 1224 une bulle de Innocent IV autorise la construction d'une chapelle avec un cimetière. En partie ruiné c'est le lieu où débutait un hôtel de ville en 1533 et où fut conservé la chapelle et une salle pour les malades. Alors que sévissait la peste, les lits de malades furent répartis entre les autres hôpitaux (Saint-Maaur et Saint-Léger) le par délibération du conseil municipal. Le service de la chapelle fut de même déménagé au grand-hôtel Dieu le , mais une salle était conservée pour l'accueil des indigents de passage.

Deux bâtimentsModifier

Il a été reconstruit en 1533 en style gothique, le bâtiment fut encore reconstruit en 1772 sur la demande de l'intendant Rouillé d'Orfeuilpour faire place au bâtiment actuel. Il est fait sur les plans de Nicolas Durand et les quatre lions, cités par Hugo, sont d'Antoine Lépine.

Au premier étage de l'escalier d'honneur se trouvent des grisailles de Nicolas Perseval[1] qui dépeignent les célébrités de la ville : Claude d'Espence, David Blondel, Nicolas Clémangis, le chevalier Delatouche[2], Eustache de Conflans[3], Martin Akakia, "Nicolas de Chatillon" pour Claude Chastillon, Perrot d'Ablancourt, Pierre Bayen, Pierre Quentin Chedel[4]. En face de l'escalier, le salon d'honneur est lui aussi décoré de grisailles, la salle du conseil est décoré par un tableau représentant le tzar Nicolas II au camp de Châlons par Édouard Detaille.

Le bâtiment est partagé avec la police municipale, le musée des Beaux-arts.

L'hôtel de ville est inscrit au titre des monuments historiques en 1932 pour son grand salon et classé en 1941 pour ses façades, toitures, vestibule escalier et salon du premier étage[5].

ImagesModifier

La place FochModifier

L'Hôtel de ville fait partie, côté est, de la place qui a aussi été conçue par Durand. Pour ce faire un nombre de structures furent rasées y compris une église pour obtenir la place carré actuelle. Les façades et les toitures de cet ensemble sont aussi classées au titre de Monument historique, elle est dédiée au maréchal Ferdinand Foch.

Notes et référencesModifier

  1. Réunion des sociétés savantes des départements à la Sorbonne.... Section des beaux-arts / Ministère de l'instruction publique..., p259 sur Gallica
  2. Dessinateur du XVIIIe siècle.
  3. Eustache de Conflans, vicomte d'Ouchy, garde du corps du Roi, gouverneur de st-Quentin, de Chaalons, officier de l'ordre du Roi...
  4. Peintre et graveur du XVIIIe siècle.
  5. « Hôtel de ville », notice no PA00078623, base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « maison », notice no PA00078643, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « maison », notice no PA00078644, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier