Hàm Nghi

empereur d'Annam (1871-1944)

Hàm Nghi
Illustration.
Titre
Empereur d'Annam
Prédécesseur Kiến Phúc
Successeur Đồng Khánh
Biographie
Nom de naissance Ung-Lich d'Annam
Surnom Mé-Dar
Date de naissance
Lieu de naissance Hué
Date de décès (à 72 ans)
Lieu de décès El Biar
(Département d'Alger)

L'empereur d'Annam Hàm Nghi (咸宜帝 en Chû Nôm), né le 3 août 1871 et mort le 14 janvier 1944, est le 8e souverain de la dynastie des Nguyễn.

BiographieModifier

Né Nguyễn Phúc Ưng Lịch, il accède au trône alors que la réalité du pouvoir est, depuis la mort de l'empereur Tự Đức, détenue par les régents Nguyễn Văn Tường et Tôn Thất Thuyết, qui ont détrôné ou tué trois souverains successifs.

 
Capture de l'empereur

Il règne moins d'un an, d' à , alors que les Français envahissent le Tonkin et mettent l'ensemble du Annam sous protectorat. Lorsque les troupes françaises prennent Hué, la capitale, Tôn Thất Thuyết s'enfuit avec le jeune empereur, ce qui marque le début du mouvement d'insurrection baptisé Cần Vương (« aider le roi »)[1].

L'exil algérienModifier

Capturé en , Hàm Nghi est exilé le de la même année en Algérie française. L'insurrection continue cependant en son nom au Viêt Nam. Le souverain déchu passe le reste de sa vie en exil et épouse le une Française, Marcelle Laloë, dont il a trois enfants[2].

Surveillé sans relâche par le gouvernement français, qui le considère comme un dangereux ennemi, le prince parvient à communiquer avec ses proches restés en Indochine, grâce à un réseau d’amis qui circule entre l’Algérie, l’Extrême-Orient et la métropole.

Le capitaine Vialard, qui veille sur lui à Alger, lui fait rencontrer le peintre Marius Reynaud qui lui donne des cours et permet à Hàm Nghi de développer son goût pour les Beaux-Arts. Ainsi, il apprend les techniques de la peinture et de la sculpture et il commence à produire des créations personnelles. Hàm Nghi consacre alors de plus en plus de temps à l’art, passant des journées entières à contempler et à peindre la nature environnante. La majeure partie de ses œuvres appartient à des collections privées[3].

Il meurt le à El Biar, dans la banlieue d'Alger, où il est enterré. Pendant son exil, il avait acheté le château de Losse à Thonac en Dordogne.

 
L'empereur âgé

En 1965, de Gaulle a proposé à sa fille, la comtesse de la Besse, de transférer le corps au petit cimetière du village, où se trouve toujours sa simple tombe. En 2002, le gouvernement vietnamien a proposé de transférer son corps à Huê l'ancienne ville impériale, mais la famille a toujours refusé.

L'ami des artistesModifier

Il se lie d’amitié avec Auguste Rodin et Judith Gautier, côtoie les milieux artistiques et intellectuels de son époque.[4]

La vie de Hàm Nghi fait l'objet d'une grande partie du roman d'Isabelle Bergoend, Le Dagobert optique, éd. Thierry Marchaisse, 2015.

Hàm Nghi est le personnage principal du roman de Virginie Jouany, Petit cœur d'opium, éd. Cairn, 2018.

RéférencesModifier

  1. Charles Fourniau, Trinh Van Thao, Le contact franco-vietnamien: Le premier demi-siècle (1858-1911), Presses universitaires de Provence, 2013, (ISBN 9782821827516), 289 pages, p. 77-85 lire en ligne
  2. Acte de naissance, Archives nationales.
  3. Hàm Nghi, artiste-peintre et sculpteur, Les descendants de Mathieu Ving
  4. Amandine Dabat, Empereur en exil, artiste à Alger (ISBN 979-10-231-0651-0, lire en ligne)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier