Ouvrir le menu principal

Guillaume Widmer

politicien français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Widmer.
Guillaume Widmer
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Homme politique, banquierVoir et modifier les données sur Wikidata

Guillaume Widmer, né le à La Possonnière (Maine-et-Loire) et mort le à La Rue-Saint-Pierre (Oise), est un haut fonctionnaire français.

BiographieModifier

Guillaume Widmer est le fils de Paul Philippe René Widmer (né en 1880) et d'Antoinette Louise Demarest (née en 1883)[1]. Après des études de philologie et de droit, il est employé à la direction de la Banque nationale française du commerce extérieur de 1926 à 1931 puis comme avocat à la Banque de l'Indochine de 1931 à 1939 ; il est fondé de pouvoir à Shanghai de 1937 à 1939[2]. Le , il épouse Marthe Marguerite Laedlein (1905-1964), avec laquelle il a deux filles[1].

Mobilisé au début de la Seconde Guerre mondiale, il sert successivement au 16e et au 9e RIC en Indochine française de 1939 à 1941, avant d'être démobilisé et rapatrié en France. Il entre dans la Résistance et exerce dans la clandestinité les fonctions de délégué militaire de la Région II. Évadé par l'Espagne en 1943, il entre au Bureau central de renseignements et d'action le . En 1944, Guillaume Widmer, alias « Cloître », succède à Louis Burdet, alias « Circonférence », comme délégué militaire régional de la Région II[3].

Après la guerre, il dirige le gouvernement militaire du Wurtemberg-Hohenzollern (1945-1952), Claude Hettier de Boislambert étant gouverneur de Rhénanie et du Palatinat (1945-1951), territoire qui correspond aux länder de Rhénanie-Palatinat et de Sarre, et Pierre Pène gouverneur du Pays de Bade (1946-1952).

De 1954 à 1958, il est haut fonctionnaire au ministère de la Défense (1954-1958). Il rejoint le personnel de Jacques Chaban-Delmas, dont il est directeur de cabinet au ministère de la Défense de 1957 à 1958 puis à la présidence de l'Assemblée nationale de 1959 à son suicide en 1968[4],[5].

Membre de l'Association des Français libres, il était président de sa section de zone sud en Allemagne occupée[6] et de l'Amicale des réseaux action de la France combattante[7].

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Arbre généalogique de Guillaume Georges Widmer », sur Geneanet (consulté le 11 août 2017).
  2. « La concession française de Shanghai, 1849-1946 : Parcours dans la ville à travers les archives privées »
  3. Madeleine Baudoin, Histoire des groupes francs (MUR) des Bouches-du-Rhône de septembre 1943 à la libération, Presses Universitaires de France, 283 p., p. 173.
  4. Patrick et Philippe Chastenet, Chaban, Le Seuil, , 605 p., p. 335.
  5. Bernard Lachaise, Gilles Le Béguec, Jean-François Sirinelli (dir.), Jacques Chaban-Delmas en politique : actes du colloque organisé à Bordeaux les 18, 19 et 20 mai 2006, Presses universitaires de France, , 480 p., p. 151.
  6. Supplément à la Revue de la France libre, Association des Français libres, , p. 13.
  7. « Décès », Revue de la France libre, no 176,‎ , p. 27.

BibliographieModifier

  • (de) Reinhard Grohnert, Die Entnazifizierung in Baden 1945-1949, Stuttgart, Kohlhammer, .
  • (de) Jürgen Klöckler, Abendland – Alpenland – Alemannien. Frankreich und die Neugliederungsdiskussion in Südwestdeutschland 1945-1947, Munich, Oldenbourg, (ISBN 3-486-56345-9).