Guillaume Houzel

responsable de l'enseignement supérieur et de la recherche en France

Guillaume Houzel
Illustration.
Fonctions
Directeur du Centre national des œuvres universitaires et scolaires
Prédécesseur François Bonaccorsi
Biographie
Date de naissance (50 ans)
Lieu de naissance Nice
Nationalité Français

Guillaume Houzel, né le à Nice, est un responsable de l'enseignement supérieur et de la recherche en France[1].

BiographieModifier

De 1993 à 1995, Guillaume Houzel est secrétaire exécutif de l'Union internationale des étudiants , et vice-président de l'Unef-ID de 1994 à 1995. Étant l'un des fondateurs du réseau d'associations étudiantes Animafac, Guillaume Houzel en est le premier président de 1996 à 1998, puis délégué général jusqu'en 2001.

De 2001 à 2004, il est Directeur de cabinet de l'adjoint au Maire de Paris délégué à la vie étudiante, David Assouline. De 2005 à 2010, il est Conseiller au Cabinet de Bertrand Delanoë, Maire de Paris, où il traite notamment des questions relatives à l'enseignement supérieur et la recherche.

Guillaume Houzel est Président exécutif de l'Observatoire national de la vie étudiante de 2001 à 2008, ce qui le conduit à animer des programmes de recherche sur la vie étudiante et à porter la voix de l'OVE, tant auprès des médias que des institutions. Alors que le mandat du Conseil d'administration de l'OVE avait échu depuis un an, et face à l'absence de nomination d'une nouvelle gouvernance par Valérie Pécresse, Guillaume Houzel démissionna en . Sa successeure, Monique Ronzeau, ne fut nommée qu'en [2].

Pôle de recherche et d'enseignement supérieur, Sorbonne Paris Cité a été constitué en . Guillaume Houzel en est le premier directeur du développement, sous la présidence de Jean-François Girard, de à . Il y est chargé de la conception et de l'animation du projet stratégique du nouvel établissement public qui regroupe les Universités Paris 3- Sorbonne nouvelle, Paris Descartes, Paris Diderot et Paris Nord, ainsi que Sciences po Paris, l'Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO); l'Institut de physique du Globe de Paris et l'École des hautes études en santé publique (EHESP).

De septembre 2012 à avril 2014, Guillaume Houzel est Conseiller social, également chargé de la vie étudiante, de la culture scientifique, technique & industrielle (CSTI) ainsi que des Outre-mer au Cabinet de Geneviève Fioraso, alors Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche des Gouvernements de Jean-Marc Ayrault (I et II). Il conseille la Ministre sur la réforme des bourses engagée à l'été 2013[3],[4].

Le Président de la République nomme Guillaume Houzel Directeur du Centre national des œuvres universitaires et scolaires (CNOUS) le [5]. En , lorsque l'affaire Sid Ahmed Ghlam éclate, Le Canard enchaîné accuse les principaux syndicats étudiants d'avoir aidé le jeune terroriste algérien à se loger. Guillaume Houzel publie alors les archives du CNOUS qui révèlent que Sid Ahmed Ghlam était boursier échelon 6, mais que son dossier était blanc (rien à signaler)[6]. En , le Conseil d'État annule cette nomination de Guillaume Houzel[7]

Nommé à l'inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche, Guillaume Houzel signe avec François Taddéi un rapport très commenté consacré à la société apprenante[8]. En , il est nommé directeur des programmes du Plan d'investissement pour les compétences au Ministère du travail.

A l'automne 2019, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et Muriel Pénicaud, ministre du Travail ont conjointement confié à M. Guillaume Houzel une mission[9] visant à lever les freins à l’essor de l’apprentissage et à faciliter la mise en contact des jeunes, des CFA et des entreprises.

Autres fonctionsModifier

  • Membre du think tank Leplusimportant[10]
  • Co-fondateur de l'association Campus en été avec Jean-François Stopar (en ou avant 1995) qui édite une newsletter à destination des organisations étudiantes[11].

PublicationsModifier

  • Les étudiants de France, dir, avec L. Gruel, O. Galland, PUR 2009[12]
  • Les politiques de vie étudiante des universités avec F. Kunian, La doc. française 2008[13].
  • Les engagements bénévoles des étudiants, La documentation française 2003[14].

Notes et référencesModifier

  1. « Les 500 qui font le sup », sur Educpros (consulté le 29 septembre 2014)
  2. « Mme Monique Ronzeau est nommée présidente du Conseil de l'Observatoire de la vie étudiante », Observatoire nationale de la vie étudiante,‎ (lire en ligne)
  3. « Rentrée 2013 : L’UNEF obtient un plan social étudiant ! », Actus UNEF,‎ (lire en ligne)
  4. « Rentrée 2013 : La FAGE obtient la mise en place d'une réforme globale des aides sociales », Actualités de la FAGE,‎ (lire en ligne)
  5. « Décret du 14 avril 2014 portant nomination du directeur du Centre national des œuvres universitaires et scolaires - M. HOUZEL (Guillaume) », sur Legifrance,
  6. Matteo Maillard, « L'UNEF dément avoir aidé le suspect des attentats déjoués en Ile-de-France à se loger », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. Pierre Laberrondo, « Une fonctionnaire fait annuler la nomination du directeur contractuel d’un opérateur », Acteurs Publics,‎ (lire en ligne)
  8. Modèle:Http://www.education.gouv.fr/cid115649/vers-une-societe-apprenante-rapport-sur-la-recherche-et-developpement-de-l-education-tout-au-long-de-la-vie.html
  9. « Portail de l'Alternance - Une mission pour faciliter les entrées en apprentissage », sur www.alternance.emploi.gouv.fr (consulté le 7 mai 2020)
  10. « Notre manifest: un appel à agir! », sur Leplusimportant
  11. Marie-Laure de Léotard, « Etudiants: la guerre des chefs », L'Express,‎ (lire en ligne)
  12. http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2215
  13. « Page dédiée », sur La Documentation française
  14. http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/034000329/index.shtml

Voir aussiModifier

Pages liéesModifier

Liens externesModifier