Guerre des gangs en Haïti

Conflit civil pour le contrôle de Port-au-Prince
Guerre des gangs en Haïti
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte d'Haïti
Informations générales
Date Depuis le
(3 ans, 10 mois et 27 jours)
Lieu Principalement Port-au-Prince, Drapeau d'Haïti Haïti
Belligérants
Alliance G9 et partisans Alliance G-Pep
400 Mawozo gang[2][3]
Drapeau d'Haïti République d'Haïti
Commandants
Jimmy Chérizier Gabriel Jean-Pierre Michel Patrick Boisvert
Ariel Henry
Claude Joseph
Jovenel Moïse
Joseph Jouthe
Pertes
Plus de 3 700 morts[note 1]
314 000 déplacés internes[7]

Crise haïtienne de 2017-2024

Depuis 2020, la capitale d'Haïti, Port-au-Prince, est le théâtre d'une guerre de gangs[8],[9],[1],[3] entre deux groupes criminels majeurs et leurs alliés : les Forces révolutionnaires de la famille du G9 et leurs alliés (FRG9 ou G9) et le G-Pep[9]. Le pouvoir haïtien et les forces de sécurité haïtiennes ont du mal à maintenir leur contrôle sur Port-au-Prince au milieu de ce conflit[1], les gangs contrôlant apparemment jusqu'à 90 % de la ville en 2023[10].

En réponse à l'escalade des combats entre gangs, un mouvement d'autodéfense armé, connu sous le nom de bwa kale (du français bois calé), a également émergé dans le but de lutter contre les gangs[1],[11].

Contexte modifier

Depuis les années 1950, des groupes armés non étatiques sont solidement implantés en Haïti. Ce processus commence avec la création des milices paramilitaires, les Tontons Macoutes par le dictateur haïtien François Duvalier, utilisés pour réprimer violemment les dissidents[12],[3]. Après la fin de la dictature avec la destitution de Jean-Claude Duvalier du pouvoir en 1986, la violence non étatique s'est poursuivie. Les Tontons Macoutes sont dissous, mais ils n’ont jamais été désarmés et se sont donc réorganisés en milices d’extrême-droite. Les acteurs politiques haïtiens ont continué à recourir à des groupes armés pour défendre leurs intérêts, manipuler les élections et réprimer les troubles publics. En 1994, le président Jean-Bertrand Aristide interdit les groupes armés pro-Duvalier et dissout l’armée haïtienne, mais cela n’a pas résolu le problème car, là encore, il n’y a pas eu de désarmement. Ainsi, d’anciens militaires et d’anciens miliciens sont venus encore grossir les rangs des factions militantes officieuses. De 1994 à 2004, une insurrection anti-Arisitide a lieu à Port-au-Prince, alors que d'anciens soldats attaquaient le gouvernement[12]. En réponse au chaos, des jeunes créent des groupes d'autodéfense, appelés les chimères[3], qui ont été soutenus par la police et le gouvernement pour consolider leur position. Bénéficiant de facto du soutien de l'État et du parti Fanmi Lavalas d'Aristide, les gangs de jeunes ont pris le contrôle de communes entières et sont devenus de plus en plus indépendants d'esprit[13]. Le diplomate américain Daniel Lewis Foote soutient que : « Aristide a créé [les gangs] exprès au début des années 1980, comme voix, comme moyen d'obtenir un certain pouvoir, [...] et ils se sont transformés au fil des ans »[14].

Après le séisme de 2010 en Haïti, des gangs plus jeunes et plus impitoyables ont surmonté la domination de gangs plus âgés et plus politiquement alignés. Les groupes armés de jeunes sont devenus de plus en plus puissants[15]. Le tremblement de terre a également entraîné une évasion massive de criminels des prisons en Haïti[14]. La MINUSTAH, une opération de maintien de la paix des Nations Unies en Haïti lancée après la fin du coup d'État de 2004, n'a pas réussi à contenir les troubles et a commis ses propres abus[14]. Depuis la fin de la MINUSTAH en octobre 2017, il y a eu une augmentation de la violence liée aux gangs, ainsi qu'une augmentation de la violence contre les civils, l'acte le plus notable de violence liée aux gangs étant le massacre de Port-au-Prince en 2018, au cours duquel 25 civils ont été tués[16],[17].

De 2017 à 2021, les dirigeants politiques d'Haïti se sont retrouvés plongés dans une crise, le Parlement haïtien est entré dans une impasse, l'administration publique a progressivement cessé de fonctionner faute de financement et le système judiciaire s'est effectivement effondré[18]. Les élections prévues ont été reportées à plusieurs reprises. L'économie d'Haïti a souffert des catastrophes naturelles répétées et des troubles croissants, qui ont encore contribué à la crise[16]. La journaliste de Vox, Ellen Ioanes, a résumé que « Haïti a fait face à des crises graves et aggravantes, notamment un tremblement de terre dévastateur de 2010, des inondations, des épidémies de choléra, des ouragans et des dirigeants corrompus, dictatoriaux et incompétents »[14]. Les gangs sont intervenus dans le vide du pouvoir, s'emparant du pouvoir politique grâce à des politiciens coopératifs et du contrôle économique grâce au racket de protection, aux enlèvements et aux meurtres[18].

Principaux gangs modifier

G9 alliance :

G-Pep :

Gang n'ayant aucune alliance

Déroulement modifier

Attaque de mai 2020 modifier

Création du gang G9 modifier

Escalade de 2023-2024 modifier

Le , la résolution 2699 du Conseil de sécurité des Nations unies est approuvée et une « mission multinationale de soutien à la sécurité », dirigée par le Kenya en Haïti[19], est autorisée. En , la violence des gangs s'est propagée à Port-au-Prince dans le but de provoquer la démission du Premier ministre Ariel Henry, entraînant la prise d'assaut de deux prisons et la libération de milliers de prisonniers. Ces attaques et les attaques ultérieures contre diverses institutions gouvernementales ont conduit le gouvernement haïtien à déclarer l'état d'urgence et à imposer un couvre-feu.

Après un voyage officiel au Kenya, Ariel Henry est bloqué à Porto Rico, suite à des menaces des gangs qui annulent les vols à Haïti et de nombreux pays lui demandant de démissionner[20],[21]. Il tente ainsi sans succès de rentrer via les États-Unis, la République dominicaine puis la Jamaïque[22]. En parallèle, le Palais national et différents bâtiments étatiques ont été attaqués par des gangs, attaques repoussées par les forces armées[23]. Les infrastructures portuaires et aéroportuaires ainsi que les écoles, les hôpitaux et les institutions publiques sont fermées[23]. Le , l'armée américaine évacue par avion le personnel non essentiel de l'ambassade américaine à Port-au-Prince, en Haïti, dans un contexte d'escalade de la violence dans le pays[24].

Alors qu'il a exclu dans un premier temps de quitter le pouvoir, et que l'opposant Moïse Jean-Charles propose la mise en place d'un Conseil présidentiel après l'appui d'autres partis[25],[26], il démissionne le 11 mars 2024[27]. La décision a été prise lors d'une réunion de la Communauté caribéenne au cours de laquelle les signataires de l'accord de Montana, En avant, le Collectif des signataires de la déclaration du 30 janvier 2023, ont soumis des propositions en vue d'organiser une transition. Les États-Unis ont proposé le remplacement d'Ariel Henry par un Conseil présidentiel[28].

Il est remplacé par un Conseil présidentiel de sept à neuf membres (dont certains seront des observateurs), avec une gouvernance multicéphale avec un nouveau chef de gouvernement supervisé par le Conseil[29]. Les membres seront choisis par des partis politiques, Montana, et le secteur privé[30].

Le 12 mars 2024, Le Kenya décide de suspendre l'envoi de policiers en Haïti, dans le cadre d'une mission internationale soutenue par l'ONU. Le Kenya attend l'installation d'une nouvelle autorité constitutionnelle en Haïti avant de prendre d'autres décisions[31]. Le 20 mars, Les États-Unis évacuent leurs citoyens par hélicoptère alors que les combats s'étendent[32]. Le 22 mars, L'éminent chef de gang haïtien Ti Greg , qui s'est évadé de prison au début du mois de mars, est abattu par la police[33]. Le 28 mars, d'après l’ONU, « la corruption, l’impunité et la mauvaise gouvernance, aggravées par les niveaux croissants de violence des gangs, ont érodé l’Etat de droit et conduit les institutions de l’Etat au bord de l’effondrement »[34]. Le 30 mars, Jimmy Chérizier alias "Barbecue", à la tête d'une coalition de groupes armés et gangs en Haïti, se dit prêt à un dialogue[35].

En mars 2024, 33 000 nouveaux déplacés fuient Port-au-Prince, qui s'ajoute à 110 000 déplacés ayant fuit la capitale les mois précédents. Près de la moitié de la population du pays est en insécurité alimentaire[36]. Quelques semaines après, ce chiffre monte à 50 000 déplacés[37].

En avril 2024, d'après l'ONU l'impact des sanctions contre plusieurs chefs de gangs en Haïti est « extrêmement limité ». C'est la conclusion à laquelle est arrivé un rapport d'experts de l'ONU[38]. Un accord politique est signé le 7 avril pour permettre l'entrée en fonction du Conseil présidentiel et prévoit une transition de 22 mois jusqu'au 7 février 2026[39].

Voir aussi modifier

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Mi-2022, environ 1100 personnes ont été tués dans la guerre des gangs[4],[5]. Fin 2023, les Nations Unies estime que 2 439 personnes supplémentaires ont été tuées entre janvier et août 2023[6].

Références modifier

  1. a b c et d Dyer, « In Haiti, a grassroots vigilante movement is fighting back against gang warfare », cbc,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  2. Walker 2022, p. 4, 17–18.
  3. a b c et d Da Rin, « New Gang Battle Lines Scar Haiti as Political Deadlock Persists », Crisis Group,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  4. « UCDP – Uppsala Conflict Data Program » [archive du ], sur ucdp.uu.se (consulté le )
  5. Jacqueline Charles, « Gang continues deadly attack on Haiti slum, sparking violent protests over fuel shortages » [archive du ], sur Miami Herald, (consulté le )
  6. « United Nations statistics underscore 'extreme brutality' of Haiti's gangs », al-Jazeera,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  7. « At least 170,000 children displaced amid escalating violence in Haiti » [archive du ], UNICEF, (consulté le )
  8. Prince, Neptune, « Ressources naturelles et stratégie de positionnement des « gangs » ... », sur journals.openedition.org (consulté le ).
  9. a et b Rivers, « Rare glimpse inside neighborhood at the center of Haiti's gang war », ABC,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  10. « Chaos In Haiti Escalates as Gang Violence, Fuel Shortages Threaten Access to Health Care », Partners in Health,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  11. Ons Chéry, « Bwa kale: Protests still draw people fed up in Haiti, despite risks » [archive du ], sur The Haitian Times, (consulté le )
  12. a et b Walker 2022, p. 5.
  13. Walker 2022, p. 5–6.
  14. a b c et d Ellen Ioanes, « Haiti's gang violence crisis, briefly explained », Vox,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  15. Walker 2022, p. 6.
  16. a et b « UN peacekeepers leave Haiti: What is their legacy? », Al Jazeera,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  17. (en) Jacqueline Charles, « Anti-corruption protest in Haiti turns into referendum on Haitian president », miamiherald,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  18. a et b Walker 2022, p. 3–4.
  19. (en-US) Frances Robles et Farnaz Fassihi, « U.N. Approves Kenya-Led Security Mission to Help Haiti Stamp Out Gangs », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne [archive du ], consulté le )
  20. Dalia Hassan, « Haïti : le Premier ministre Ariel Henry bloqué à Porto-Rico »  , sur Africa News,
  21. « Haïti: l'engrenage de la violence isole toujours plus le Premier ministre Ariel Henry »  , sur RFI,
  22. RFI, « À la Une: où se trouve le Premier ministre haïtien Ariel Henry? », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  23. a et b « En Haïti, Port-au-Prince retrouve un calme fragile après une soirée d’affrontements entre gangs et police »  , sur Le Monde,
  24. (en) « World US military airlifts embassy personnel from Haiti, bolsters security », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. « Haïti : Ariel Henry écarté, les élections semblent toujours difficiles à organiser dans le pays », sur Martinique la 1ère (consulté le ).
  26. « Le Conseil présidentiel de Moïse Jean-Charles dans l'attente . Le Nouvelliste », sur lenouvelliste.com (consulté le ).
  27. « Haïti : le premier ministre, Ariel Henry, a accepté de démissionner après une semaine d’état d’urgence dans l’île », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. RFI, « Haïti: la Communauté des Caraïbes se réunit en urgence sur la crise sécuritaire qui secoue le pays », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  29. (en) « Du roi Henry au conseil présidentiel de transition . Le Nouvelliste », sur lenouvelliste.com (consulté le )
  30. « Haïti : espoir d'un apaisement après la démission du Premier ministre », sur Outre-mer la 1ère (consulté le ).
  31. AFP, « AMÉRIQUES Le Kenya suspend sa mission de police en Haïti », sur voaafrique.com (consulté le ).
  32. Tom Phillips, « Haiti US starts to helicopter citizens out of Haiti as fighting erupts in wealthy areas », sur theGuardian.com, (consulté le ).
  33. Sky News, « Prominent Haitian gang leader shot dead by police as political groups near finalisation of transition council », sur news.sky.com, (consulté le ).
  34. Le Monde & AFP, « Haïti est en proie à une situation « cataclysmique », alerte l’ONU », sur le monde.fr, (consulté le ).
  35. RFI, « Haïti: le chef de gang Jimmy «Barbecue» Chérizier se dit prêt à dialoguer  », sur rfi.fr, (consulté le ).
  36. « Haïti : à Port-au-Prince, 33 000 personnes ont fui la violence des gangs »  , sur Le Monde,
  37. « Haïti : à Port-au-Prince, plus de 50 000 personnes ont fui la violence des gangs »  , sur Le Monde,
  38. « Haïti: l'effet des sanctions contre les gangs «extrêmement limité», selon les experts »  , sur Radio France International,
  39. FRANCE24, « Haïti : accord politique pour former un conseil de transition de 22 mois », sur France 24, FRANCE24, (consulté le ).