Grande doxologie (rite byzantin)

La Grande Doxologie est une prière récitée dans plusieurs offices du rite byzantin, comme les matines par exemple. Le terme « doxologie » vient du grec « doxa » : la gloire, l’opinion, et « logos » : le discours.

Le texte, comme la grande majorité des textes byzantins, trouve son origine dans l’église première, et c’est pourquoi on en retrouve un équivalent chez les catholiques latins dans le Gloria in excelsis deo. Dans cette prière alternent des phases de supplication et des phases de louange adressées à la Trinité. 

TexteModifier

Ce texte est constitué en grande partie de différents emprunts aux psaumes et au livre de Daniel[1] ; il se termine par le Trisagion. Les références sont indiquées dans la traduction française. Le texte, d’abord écrit en grec, a ensuite été traduit dans toutes les langues dans lesquelles le rite byzantin est célébré, notamment en arabe ou en slavon.

Texte grec (koinê) Texte arabe Texte français
Δόξα σοι τῷ δείξαντι τὸ φῶς.

Δόξα ἐν ὑψίστοις Θεῷ, καὶ ἐπὶ γῆς εἰρήνη, ἐν ἀνθρώποις εὐδοκία.

Ὑμνοῦμέν σε, εὐλογοῦμέν σε, προσκυνοῦμέν σε, δοξολογοῦμέν σε, εὐχαριστοῦμέν σοι, διὰ τὴν μεγάλην σου δόξαν.

Κύριε, Βασιλεῦ, ἐπουράνιε Θεέ, Πάτερ παντοκράτορ· Κύριε Υἱὲ μονογενές, Ἰησοῦ Χριστέ, καὶ Ἅγιον Πνεῦμα.

Κύριε ὁ Θεός, ὁ ἀμνὸς τοῦ Θεοῦ, ὁ Υἱὸς τοῦ Πατρός, ὁ αἴρων τὴν ἁμαρτίαν τοῦ κόσμου, ἐλέησον ἡμᾶς, ὁ αἴρων τὰς ἁμαρτίας τοῦ κόσμου.

Πρόσδεξαι τὴν δέησιν ἡμῶν, ὁ καθήμενος ἐν δεξιᾷ τοῦ Πατρός, καὶ ἐλέησον ἡμᾶς.

Ὅτι σὺ εἶ μόνος Ἅγιος, σὺ εἶ μόνος Κύριος, Ἰησοῦς Χριστός, εἰς δόξαν Θεοῦ Πατρός. Ἀμήν.

Καθ᾿ ἑκάστην ἡμέραν εὐλογήσω σε, καὶ αἰνέσω τὸ ὄνομά σου εἰς τὸν αἰῶνα, καὶ εἰς τὸν αἰῶνα τοῦ αἰῶνος.

Καταξίωσον, Κύριε, ἐν τῇ ἡμέρᾳ ταύτῃ, ἀναμαρτήτους φυλαχθῆναι ἡμᾶς.

Εὐλογητὸς εἶ, Κύριε, ὁ Θεὸς τῶν Πατέρων ἡμῶν, καὶ αἰνετὸν καὶ δεδοξασμένον τὸ ὄνομά σου εἰς τοὺς αἰῶνας. Ἀμήν.

Γένοιτο, Κύριε, τὸ ἔλεός σου ἐφ᾿ ἡμᾶς, καθάπερ ἠλπίσαμεν ἐπὶ σέ.

Εὐλογητὸς εἶ, Κύριε· δίδαξόν με τὰ δικαιώματά σου (ἐκ γ´).

Κύριε, καταφυγὴ ἐγενήθης ἡμῖν, ἐν γενεᾷ καὶ γενεᾷ. Ἐγὼ εἶπα· Κύριε, ἐλέησόν με· ἴασαι τὴν ψυχήν μου, ὅτι ἥμαρτόν σοι.

Κύριε, πρὸς σὲ κατέφυγον· δίδαξόν με τοῦ ποιεῖν τὸ θέλημά σου, ὅτι σὺ εἶ ὁ Θεός μου.

Ὅτι παρὰ σοὶ πηγὴ ζωῆς· ἐν τῷ φωτί σου ὀψόμεθα φῶς.

Παράτεινον τὸ ἔλεός σου τοῖς γινώσκουσί σε.

Ἅγιος ὁ Θεός, Ἅγιος Ἰσχυρός, Ἅγιος Ἀθάνατος, ἐλέησον ἡμᾶς (τρίς).

Δόξα Πατρί και Υιώ και Αγίω Πνεύματι. Και νυν και αεί και εις τους αιώνας των αιώνων.

Ἅγιος Ἀθάνατος, ἐλέησον ἡμᾶς.

Ἅγιος ὁ Θεός, Ἅγιος Ἰσχυρός, Ἅγιος Ἀθάνατος, ἐλέησον ἡμᾶς.

.المجد لك یا مظھر النور

.المجد لله في العلى، وعلى الأرض السلام وفي الناس المسرة

.نسبحك نباركك، نسجد لك نمجدك، نشكرك لأجل عظيم جلال مجدك

أیھا الرب الملك، الإله السماوي الآب الضابط الكل، أیھا الرب الابن الوحید یسوع المسیح ویا أيها الروح القدس

أیھا الرب الإله یا حمل لله یا ابن الآب یا رافع خطيئة العالم ارحمنا یا رافع

.خطایا العالم

.تقبل تضرعنا أیھا الجالس عن یمین الآب وارحمنا.

.لأنك أنت وحدك قدوس أنت وحدك الرب یسوع المسیح في مجد لله الآب آمین

.في كل یوم أباركك وأسبح اسمك إلى الأبد والى أبد الأبد

.أھلنا یا رب أن نحفظ في ھذا الیوم بغیر خطیئة

.مبارك أنت یا رب إله آبائنا، مسبح وممجد اسمك إلى أبد آمین

.لتكن یا رب رحمتك علینا كمثل اتكالنا علیك

(مبارك أنت یا رب علمني حقوقك. (ثلاثاً

یا رب ملجأ كنت لنا في جیل وجیل. أنا قلت یا رب ارحمني واشف نفسي

.لأنني قد خطئت إلیك

.یا رب إلیك لجأت فعلمني أن أعمل رضاك لأنك أنت ھو إلھي

.لأن من قبلك عین الحیاة وبنورك نعاین النور

.فابسط رحمتك على الذین یعرفونك

(قدوس لله، قدوس القوي، قدوس الذي لا یموت ارحمنا. (ثلاثاً

.المجد للآب والابن والروح القدس. الآن وكل آن والى دھر الداھرین آمین

.قدوس الذي لا یموت ارحمنا

.قدوس لله، قدوس القوي، قدوس الذي لایموت ارحمنا

Gloire à toi qui nous as montré la lumière.

Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre, bienveillance parmi les hommes.

Nous te louons, nous te bénissons, nous t'adorons, nous te glorifions, nous te rendons grâce pour ta grande gloire .

Seigneur, Roi, Dieu céleste et Père tout-puissant ;

Seigneur, Fils unique, Jésus Christ, et Saint-Esprit ;

Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, Fils du Père, toi qui ôtes le péché du monde, aie pitié de nous, ô toi qui ôtes les péchés du monde.

Reçois notre prière, ô toi qui sièges à la droite du Père, et aie pitié de nous.

Car tu es le seul Saint, le seul Seigneur, Jésus Christ, dans la gloire de Dieu le Père. Amen.

Chaque jour je te bénirai et louerai ton Nom dans les siècles des siècles. (Ps 144/145:2)

Daigne, Seigneur, nous garder ce jour sans péché.

Tu es béni, Seigneur, Dieu de nos pères, et ton Nom est loué et glorifié dans les siècles. Amen. (Dan 3:25)

Que ta miséricorde, Seigneur, soit sur nous, comme nous avons espéré en toi. (Ps 32/33:22)

Tu es béni, Seigneur, enseigne-moi tes jugements. (Ps 118:12) (3 fois)

Seigneur, tu as été pour nous un refuge d'âge en âge. (Ps 89/90:1)

J'ai dit : Seigneur, aie pitié de moi et guéris mon âme, car j'ai péché contre toi. (Ps 40/41:5)

Seigneur, je me suis réfugié auprès de toi, enseigne-moi à faire ta volonté, car tu es mon Dieu. (Ps 142/143:9 et Ps 142:10)

Car auprès de toi est la source de la vie, et dans ta lumière nous verrons la lumière. (Ps 35/36:10)

Étends ta miséricorde sur ceux qui te connaissent. (Ps 35/36:11)

Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous. (3 fois)

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

Saint Immortel, aie pitié de nous.

Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous.

Remarques diverses sur le texteModifier

Le texte commence par « Gloire à toi qui nous a montré la lumière ». En effet, l’office des matines commençait à l’origine avant l’aurore, et la Grande Doxologie marquait le moment où le soleil pointait à l’horizon[2].

Suit une louange à Dieu, rappelant celle entonnée par les anges à la naissance du Christ : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux […]. Nous te chantons… ».

La suite consiste en une invocation des trois personnes de la Trinité. On peut observer une inégale richesse dans chacune des apostrophes caractérisant chacune des trois personnes ; en effet, l’invocation au Père est : « Seigneur, Roi, Dieu céleste et père tout-puissant », celle au fils est  : « Seigneur, Fils unique, Jésus-Christ » tandis que celle à l’Esprit-Saint n’est enrichie d’aucune apposition. Ceci témoigne en réalité des différents ajouts ultérieurs à la rédaction originelle du texte, dans le but de rendre la doxologie explicitement et intégralement trinitaire ; en particulier, cette première partie avait à l’origine été écrite à l’intention du Père, et s’adressait au Fils à la troisième personne, sans évoquer le Saint-Esprit : « Seigneur Dieu, Père du Christ, Agneau pur »[2].

Cette deuxième partie de la doxologie est en outre remarquable par sa forme ternaire, évoquant la Trinité. En effet, les invocations suivantes forment un triplet, et sont ternaires dans leur rédaction.

Seigneur Roi, Dieu céleste et Père tout-puissant triplet d'apostrophes au Père
Seigneur, Fils unique, Jésus Christ, [et Saint-Esprit] triplet d'apostrophes au Fils
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, Fils du Père triplet d'apostrophes à l'Agneau

Il en est de même pour les deux supplications et la péroraison qui suivent :

Toi qui ôtes le péché du monde, aie pitié de nous, ô toi qui ôtes les péchés du monde supplication ternaire
Reçois notre prière, ô toi qui sièges à la droite du Père, et aie pitié de nous. supplication ternaire
Car tu es le seul Saint, le seul Seigneur, Jésus Christ […]   péroraison ternaire

Il convient enfin de remarquer, dans la supplication « Toi qui ôtes le péché du monde, aie pitié de nous, ô toi qui ôtes les péchés du monde », la différence entre l’emploi du singulier et du pluriel pour le terme « péché ». La première fois, il s’agit d’un singulier ; le terme est donc employé sous son sens absolu, et a une valeur symbolique : il s’agit du péché d’Adam racheté par la résurrection du Christ. La seconde fois, c’est le pluriel qui est employé ; le terme désigne ici les péchés quotidiens des hommes[2].

Notes et référencesModifier