Gouvernement Thánou-Christophílou

Gouvernement Thánou-Christophílou
(el) Υπηρεσιακή κυβέρνηση Βασιλικής Θάνου

République hellénique

Description de cette image, également commentée ci-après
La Première ministre Vassilikí Thánou-Christophílou.
Président de la République Prokópis Pavlópoulos
Première ministre Vassilikí Thánou-Christophílou
Formation
Fin
Durée 26 jours
Composition initiale
Ministres 12
Femmes 1
Hommes 11
Drapeau de la Grèce

Le gouvernement Thánou-Christophílou (en grec moderne : Υπηρεσιακή κυβέρνηση Βασιλικής Θάνου) est le gouvernement de la République hellénique entre le et le , institué à la suite de la dissolution de la XVIe législature du Parlement.

HistoriqueModifier

Dirigé par la nouvelle Première ministre transitoire Vassilikí Thánou-Christophílou, première femme à exercer cette responsabilité, également présidente de la Cour de cassation, ce gouvernement ne dispose d'aucun soutien parlementaire puisque sa nomination fait suite à l'impossibilité de constituer une majorité au sein du Parlement grec.

Le , le Premier ministre issu de la gauche radicale Aléxis Tsípras remet sa démission au président de la République Prokópis Pavlópoulos, six jours après avoir une scission de son parti SYRIZA ayant entraîné la perte de sa majorité au Parlement lors d'un vote sur l'accord passé avec les autres États de l'Union européenne au sujet de mesures d'austérité budgétaire.

Conformément à la Constitution, le chef de l'État demande alors à Tsípras, puis au président par intérim de la Nouvelle Démocratie (ND) Evángelos Meïmarákis et enfin au dirigeant d'Unité populaire (LAE) Panayiótis Lafazánis — en leur qualité de représentant des trois plus importants groupes parlementaires — de tenter de constituer un nouvel exécutif. Aucun n'y parvenant, Prokópis Pavlópoulos dissout l'assemblée et charge Vassilikí Thánou-Christophílou, qui dispose de la plus grande ancienneté parmi les présidents des trois hautes cours du pays, de mettre en place un cabinet transitoire jusqu'à la tenue du scrutin. L'assermentation a lieu le [1],[2].

Les élections législatives du 20 septembre 2015 sont marquées par une nouvelle victoire de SYRIZA, qui rate de six sièges la majorité absolue. Aléxis Tsípras, appelé à former le nouveau gouvernement, se met d'accord avec les Grecs indépendants (ANEL) de Pános Kamménos pour rétablir leur coalition. Le , le gouvernement Tsípras II est assermenté.

CompositionModifier

Fonction Titulaire Parti
Première ministre Vassilikí Thánou-Christophílou Aucun
Ministre des Affaires étrangères Pétros Molyviátis ND
Ministre de l'Intérieur et des Réformes administratives Antónis Manitákis Aucun
Ministre des Finances Giórgos Houliarákis Aucun
Ministre de l’Économie, des Infrastructures, de la Marine et du Tourisme Níkos Christodoulákis (el) Aucun
Ministre de la Défense nationale Ioánnis Giános (el) Aucun
Ministre de la Culture, de l'Éducation et des Religions Angelikí-Effrosýni Kiáou (el) Aucun
Ministre du Redressement productif, de l'Environnement et de l'Énergie Ioánnis Gólias (el) Aucun
Ministre de la Justice, de la Transparence et des Droits de l'homme Dimítrios Papangelópoulos (el) Aucun
Ministre du Travail, de la Sécurité sociale et de la Solidarité sociale Dimítris Moustákas (el) Aucun
Ministre de la Santé Athanásios Dimópoulos (el) Aucun
Ministre d'État, chargé de la Lutte contre la corruption Panayótis Nikoloúdis Aucun
Ministre d'État, chargé de la Coordination gouvernementale Elefthérios Papageorgópoulos (el) Aucun

Notes et référencesModifier

  1. « Grèce : la présidente de la Cour suprême nommée première ministre de transition », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2015).
  2. « Le gouvernement grec par intérim est formé », 24 heures,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2015).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • (el) « Composition du gouvernement », Secrétariat général du gouvernement (consulté le 29 août 2015)
  • (el) « Νέα πρόσωπα πλην Νικολούδη-Αλεξιάδη », Efsyn,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2015).