Ouvrir le menu principal
Gouvernement Salwai

Description de l'image defaut.svg.
Président de la République Baldwin Lonsdale
Premier ministre Charlot Salwai
Législature 11e
Formation
Durée 3 ans, 8 mois et 8 jours
Composition initiale
Coalition voir ci-dessous
Représentation
Parlement
32 / 52
Drapeau du Vanuatu

Le gouvernement Salwai, au Vanuatu, est le conseil des ministres nommé par le premier ministre Charlot Salwai le 11 février 2016. Issu des élections législatives du mois de janvier, il s'agit d'un large gouvernement de coalition, soutenu par une dizaine de partis politiques au Parlement[1].

CoalitionModifier

La coalition regroupe trente-deux députés sur les cinquante-deux que compte le Parlement. Elle inclut notamment le Vanua'aku Pati (gauche nationaliste, le parti qui a mené le pays à l'indépendance en 1980) et le parti Terre et Justice (à la fois traditionaliste et appelant à un assainissement des institutions politiques). Ces deux partis disposent de six sièges chacun. La coalition inclut également le Parti national unifié (gauche, quatre sièges), Nagriamel (conservateur, traditionaliste, trois sièges), le parti Réunification des mouvements pour le changement (centre-droit francophone, trois sièges), et la Confédération verte (écologiste, deux sièges). Ainsi que des micro-partis à un siège, et des élus sans étiquette[2].

Sur les bancs de l'opposition parlementaire se trouve notamment l'Union des partis modérés (centre-droit francophone, six sièges) et le « groupe Iauko », mouvement fondé par l'ancien Harry Iauko qui avait fait sécession du Vanua'aku Pati[2]. Ishmael Kalsakau (UPM) est le chef de l'opposition parlementaire, secondé par Sato Kilman (Parti progressiste populaire), tandis que Christophe Emelee (Parti du développement national de Vanuatu) est le chief whip de l'opposition[3].

CompositionModifier

La composition du gouvernement nommé le 11 février 2016 est la suivante[2],[4].

Portefeuille Ministre Parti Circonscription
Premier ministre   Charlot Salwai RMC Pentecôte
Vice-premier ministre,
Ministre du Tourisme, du Commerce, et des Entreprises autochtones
  Joe Natuman Vanua'aku Pati Tanna
Ministre des Finances et de l'Économie   Gaetan Pikioune Nagriamel Santo
Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et du Commerce extérieur   Bruno Leingkone PNU Ambrym
Ministre des Terres et des Ressources naturelles   Ralph Regenvanu Terre et Justice Port Vila
Ministre du Changement climatique, de l'Adaptation, des Énergies, et des Désastres naturels   Ham Lini PNU Pentecôte
Ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et des Forêts   Matai Seremaya sans étiquette Luganville
Ministre de la Santé   Daniel Toara Vert Sheperd
Ministre de l'Éducation   Jean-Pierre Nirua sans étiquette Port Vila
Ministre de la Justice et des Services communautaires   Ronald Warsal Vanua'aku Pati Santo
Ministre de l'Intérieur   Alfred Maoh Terre et Justice Santo
Ministre des Infrastructures et des Services publics   Jotham Napat Parti des Dirigeants de Vanuatu Tanna
Ministre du Développement de la jeunesse, et des Sports   Nato Taiwia Parti progressiste mélanésien Éfaté

En avril, un recompte des voix dans la circonscription d'Éfaté révèle que Nato Taiwia n'a pas, en réalité, remporté le siège qui lui avait été attribué. Il doit céder son siège de député à Gillion William, du parti Terre et Justice, et perd donc également son portefeuille ministériel. Il n'est remplacé à celui-ci qu'au mois de juin, par Jack Norris, député UPM d'Éfaté[5]. Ce dernier ayant signé une motion de censure contre le Premier ministre en , il est remplacé par un membre du même parti, Seule Simeon, député d'Epi[6]. Le soutien à la même motion du président de la Confédération verte, Kalo Seule, coûte également son portefeuille de ministre de la Santé au seul autre parlementaire de ce parti, Toara Daniel (alors que celui-ci n'avait pas signé la motion, et qui reste dans la majorité en devenant deuxième vice-président du Parlement) : il est remplacé par Jérôme Ludvaune, député UPM de Malekula[7].

En mars 2018, le vice-Premier ministre Joe Natuman est reconnu coupable de conspiration en vue d'entraver le cours de la justice, et condamné à deux ans de prison avec sursis. En mai, le président du Parlement, Esmon Saimon, prononce son siège de député vacant en conséquence de cette condamnation. N'étant plus député, Joe Natuman ne peut plus non plus être membre du gouvernement ; il est remplacé au poste du vice-Premier ministre par Bob Loughman, également membre du Vanua'aku Pati et député de l'île de Tanna[8].

Le 15 juin 2019, Charlot Salwai limoge les deux ministres membres du Vanua'aku Pati, qui réclamaient davantage de portefeuilles ministériels pour leur parti. Le vice-Premier ministre Bob Loughman le ministre de l'Agriculture Hosea Nevu sont remplacés respectivement par Jotham Napat (fait également ministre du Tourisme et du Commerce) et Matai Seremaiah, tous deux membres du petit Parti des dirigeants de Vanuatu[9].

Voir aussiModifier

RéférencesModifier