Ouvrir le menu principal

Le gouvernement Jóhannsson est le gouvernement de la République d'Islande du [1],[2] au .

Sommaire

Coalition et historiqueModifier

Le , le Premier ministre Sigmundur Davíð Gunnlaugsson est éclaboussé par le scandale des Panama Papers[3] et contraint à la démission[4],[5]. Son ministre de la Pêche et de l'Agriculture Sigurður Ingi Jóhannsson forme le nouveau gouvernement deux jours plus tard[6],[7].

Le nouveau gouvernement annonce la tenue d'élections législatives anticipées à l'automne suivant[8], ce qui est confirmé le 11 août par Bjarni Benediktsson, numéro deux du gouvernement qui annonce que les élections se tiendront le 29 octobre[9].

Si le Parti de l'indépendance gagne deux sièges, le Parti du progrès s'effondre et n'obtient que huit sièges, la coaliton perdant sa majorité. Sigurður Ingi Jóhannsson annonce alors son intention de démissionner, mais le président Guðni Th. Jóhannesson lui demande de rester en fonctions jusqu'à ce qu'un nouveau gouvernement puisse être formé[10].

Le , une coalition entre le Parti de l'indépendance, Avenir radieux et Viðreisn forme le nouveau gouvernement[11],[12].

CompositionModifier

  • Les nouveaux ministres sont indiqués en gras, ceux ayant changé d'attributions en italique.
Fonction Titulaire Parti
Premier ministre Sigurður Ingi Jóhannsson Fram
Ministre des Affaires étrangères Lilja Dögg Alfreðsdóttir Fram
Ministre de la Pêche et de l'Agriculture Gunnar Bragi Sveinsson Fram
Ministre de l'Environnement et des Ressources naturelles Sigrún Magnúsdóttir Fram
Ministre de l'Industrie et du Commerce Ragnheiður Elín Árnadóttir Sja
Ministre des Finances et des Affaires économiques Bjarni Benediktsson Sja
Ministre de l'Éducation et de la Culture Illugi Gunnarsson Sja
Ministre de l'Intérieur Ólöf Nordal Sja
Ministre de la Santé Kristján Þór Júlíusson Sja
Ministre des Affaires sociales et du Logement Eygló Harðardóttir Fram

Notes et référencesModifier

  1. (en) « How new is Iceland’s new government? », Iceland Monitor, le
  2. (en) « New Government Confirmed », Iceland Review, le
  3. Bastian Obermayer, « « Panama Papers » : en Islande, le chef du gouvernement et deux ministres sur la sellette », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, OCLC 862992257, notice BnF no FRBNF40140636, lire en ligne, consulté le 3 avril 2016)
  4. (en) « Gunnlaugsson to resign as PM, party decides », sur icelandmonitor.mbl.is (consulté le 5 avril 2016)
  5. « Panama Papers. La vraie-fausse démission du Premier ministre islandais », sur courrierinternational.com
  6. « « Panama papers » : l’Islande nomme un nouveau premier ministre avant la tenue d’élections cet automne », sur lemonde.fr (consulté le 7 avril 2016)
  7. « Islande : le nouveau premier ministre déjà contesté », sur lefigaro.fr (consulté le 7 avril 2016)
  8. Jean-Baptiste Chastand, « « Panama papers » : le gouvernement islandais annonce des élections anticipées », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 8 avril 2016)
  9. « Islande: élections anticipées fin octobre », Le Vif, 12 août 2016
  10. « En Islande, le Parti pirate ne réalise pas la percée espérée », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 2 novembre 2016)
  11. (is) « Ríkisráðsfundir á Bessastöðum miðvikudaginn 11. janúar 2017 », sur Office du Premier ministre islandais, (consulté le 11 janvier 2017).
  12. (en) Paul Fontaine, « Meet Iceland’s New Government », The Reykjavik Grapevine,‎ (lire en ligne, consulté le 11 janvier 2017).

AnnexesModifier