Ouvrir le menu principal

Les Cinq Routes d'Edo, ou Gokaidō (五街道?) étaient, durant l'époque d'Edo, cinq routes majeures partant de la ville d'Edo.

Les Gokaidō, les « Cinq Routes » du shogunat Tokugawa.

Les cinq routes étaient :

CaractéristiquesModifier

La première route est le Tōkaidō, qui relie Edo à Kyōto. Cette artère, jalonnée de cinquante-trois « stations » ou relais, est la plus importante et la plus fréquentée, et longe par endroits le littoral, représentant une distance totale d'environ 500 km. Les voyageurs mettent à peu près deux semaines à la parcourir, la plupart du temps à pied, mais aussi à cheval, en chaise à porteurs ou en palanquin, selon leur aisance financière[1].

La seconde s'appelle le Kiso Kaidō. Appelée aussi route du Nakasendō (c'est son nom officiel), et dotée de soixante-neuf stations, elle relie également Edo à Kyōto, mais par un parcours alternatif, passant par le centre de Honshū, d'où son nom, qui signifie « route de la montagne du centre ».

Les trois autres routes sont :

RéférencesModifier

  1. Notice sur les cinquante-trois stations du Tōkaidō de l'exposition « Estampes japonaises, images d'un monde éphémère », à la BnF du 18 novembre 2008 au 15 février 2009.
  2. Carte du Kōshū Kaidō
  3. Carte du Ōshū Kaidō.
  4. Nikkōdō.