Giovanni Battista Ceirano

industriel italien

Giovanni Battista Ceirano (Coni, - Bordighera, ) est l'un des pionniers de l'industrie automobile italienne.

Giovanni Battista Ceirano
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Italienne
Activités

BiographieModifier

Giovanni Battista Ceirano est l'ainé de trois frères généralement considérés comme les pionniers de l'industrie automobile italienne[réf. souhaitée]. Désireux d'approfondir ses connaissances en mécanique appliquée, Giovanni Battista Ceirano décide à 20 ans de quitter le petit laboratoire d'horlogerie de son père pour partir se former à Turin.

En 1888, après huit années d'apprentissage, il réussit à louer un atelier au centre de la ville dans la rue Vittorio Emanuele. Avec ses frères Giovanni et Matteo, il commence à fabriquer des bicyclettes sous la marque Welleyes. Il semble que cette appellation lui soit suggérée par le propriétaire des lieux[réf. souhaitée], Giovanni Lancia, commerçant reconnu de produits alimentaires et expert en stratégie et marketing.

Le niveau de l'industrie mécanique italienne de l'époque est en retrait par rapport aux autres nations voisines, l'unité du pays ne datant que de 1860. La connotation étrangère de la marque a pour objectif de favoriser les ventes. Néanmoins, c'est surtout la qualité reconnue des bicyclettes Welleyes qui marque le début de leur succès. Elles connaissent d'ailleurs une reconnaissance sportive avec la participation à la course Turin-Asti-Turin avec une Welleyes bicyclette à moteur.

À une époque où les voitures sans chevaux sont le signe d'une appartenance aux classes sociales supérieures désireuses de se démarquer, G.B. Ceirano a lui pour objectif une toute autre innovation : l'automobile. Il cherche à financer son projet en s'associant aux membres de ces classes.

En fin d'année 1898, la société Accomandita Ceirano & C. est créée et ses statuts sont limités à la construction d'automobiles. Parmi les salariés de la nouvelle société, on note la présence du fils du propriétaire de l'atelier loué à Giovanni Lancia, le jeune Vincenzo Lancia qui fondera plus tard, à son tour, une grande marque automobile italienne, Lancia.

En réalité, Ceirano ne construira qu'un seul modèle automobile, une voiture équipée d'un petit moteur bicylindre de 663 cm3 avec une boîte à deux vitesses, conçue par l'ingénieur Aristide Faccioli. La voiture porte également la marque Welleyes et est présentée officiellement en public en milieu d'année 1899.

Le succès immédiat, inespéré et inattendu de cette voiture fait rapidement comprendre aux dirigeants de la nouvelle société que la fabrication ne pourra faire face à la demande. De nouveaux locaux pour la production sont également indispensables, ceux actuels de l'Accomandita Ceirano & C étant trop petits. Des contacts sont pris avec des aristocrates et des financiers turinois afin de construire une véritable usine. Un accord préliminaire est signé le au Palais Bricherasio et est enregistré chez le notaire Me Torretta le . C'est ainsi que naît la Fabbrica Italiana Automobili Torino - F.I.A.T. S.p.A., avec un capital de 800 000 lires en 4 000 actions (soit 10 millions d'euros de 2002), première usine de ce qui deviendra l'actuelle entreprise Fiat.

Cependant, bien qu'il soit à l'origine de cette société, G.B. Ceirano ne fait pas partie de l'accord qui est signé. On ne sait pas si cela est dû à un manque de ressources financières ou plus simplement à sa propre volonté. La société Fiat, nouvellement créée, rachète la Accomandita Ceirano & C. avec tous les brevets liés à la voiture Welleyes, et reprend tout le personnel. Giovanni Battista Ceirano reçoit 30 000 £ires et dirige le réseau commercial en Italie.

Une fois libéré de ses engagements avec Fiat, il fonde avec son frère Matteo une nouvelle société, la F.lli Ceirano qui change ensuite de raison sociale pour devenir la STAR (Société Turinoise Automobiles Rapides). C'est la dernière aventure industrielle de Giovanni Battista Ceirano, qui se retire en 1905 et s'installe sur la côte ligure dans la ville de Bordighera, près de la frontière française. Il s'y éteint en 1912.

Note et référenceModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Pino Casamassima - La FIAT e gli Agnelli. Una storia italiana" - Les Lettres - Florence 2003
  • Antonio Carella, I cuneesi Ceirano, in Enrico Sanna (a cura di), 70 anni di Automobile Club Cuneo, 1926 - 1996.
  • Alberto Bersani, L'auto italiana ha cento anni, in Cuneo Provincia Granda, .