Ginevra Conti Odorisio

historienne italienne
Ginevra Conti Odorisio
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Ginevra Conti Odorisio, née à San Marco Argentano le , est une universitaire historienne et féministe italienne.

BiographieModifier

Elle est professeur d'histoire des doctrines politiques à l'Université de Cassino, puis de 1995 à sa retraite, professeur d'histoire des femmes à la faculté des sciences politiques de l'Université de Rome 3.

En 1975, elle s'implique dans le création de la revue DWF donnawomanfemme, la première revue italienne consacrée aux études historiques et socioanthropologiques féministes.

A l'activité de militante, elle choisit de conduire des études historiques sur la place des femmes dans la société dès le XVIième siècle et d'étudier les concepts justifiant la marginalisation des femmes de la politique par les hommes[1].

Elle participe à l’une des premières enquêtes sur La participation politique des femmes en Europe (1984) et été la vice-présidente du Groupe d’experts sur l’éducation et la formation à la Division générale XXII Europe (1995-2000)[2].

Principaux livresModifier

  • S.N.H. Linguet: dall'ancien régime alla rivoluzione, Milan : Giuffrè, 1976[3].
  • Avec Ida Magli, Matriarcato e potere delle donne, 1978 traduit en francais par Mireille Zanuttini et Josette Vermiglio Matriarcat et-ou pouvoir des femmes ? Paris : des Femmes, 1983[4].
  • Storia dell'idea femminista in Italia,Turin : ERI , cop. 1980.
  • Donna e società nel Seicento : Lucrezia Marinelli e Arcangela Tarabotti , Rome : Bulzoni ed., 1979[5].
  • Salvatore Morelli (1824-1880) : emancipazionismo e democrazia nell'Ottocento europeo, Naples : ESI, 1992[6].
  • Famiglia e Stato nella "République" di Jean Bodin Turin : G. Giappichelli, 1993[7]. traduit en français La famille et l'État dans La République de Jean Bodin, Paris : L'Harmattan, 2007.
  • François Poullain de La Barre e la teoria dell'uguaglianza : con la traduzione integrale de L'uguaglianza dei due sessi (1763) di F. Poullain de la Barre Milan : Ed. unicopli, cop. 1996[8].
  • Harriet Martineau e Tocqueville : due diverse letture della democrazia americana, Soveria Mannelli (Catanzaro) : Rubbettino, 2003[9].
  • Barrault e l'emancipazione femminile nella scuola sansimoniana, Trieste : Edizioni Università di Trieste, 2005[10],[11].

Notes et référencesModifier

  1. « Quarante ans de recherche sur les femmes et le genre. Institut Émilie du Châtelet, Paris, Muséum national d'Histoire naturelle » [Conférence de Ginevra Conti-Odorisio],
  2. (it) Fiorenza Taricone, Elena Luviso et Luisa Algranati Cusenza, « Ginevra Conti Odorisio », sur www.donneingioco (consulté le )
  3. « Notice BNF ».
  4. « Notice BNF »
  5. « Notice BNF ».
  6. « Notice BNF ».
  7. « Notice BNF ».
  8. « Notice BNF ».
  9. « Notice BNF ».
  10. « Notice BNF ».
  11. Ginevra Conti Odorisio, « Barrault et l'émancipation féminine dans l'école saint-simonienne », L’actualité du saint-simonisme,‎ , p. 165 à 181 (lire en ligne)

Liens externesModifier