Gilbert Bandy de Nalèche

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bandy (homonymie).

Gilbert-Jacques Bandy de Nalèche
Naissance
Felletin (Creuse)
Décès (à 64 ans)
Felletin (Creuse)
Origine Drapeau de la France France
Arme Cavalerie
Grade Général de brigade
Années de service 1791-1815
Distinctions Baron de l'Empire
Chevalier de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Autres fonctions Député de la Creuse

Gilbert-Jacques Bandy de Nalèche, né le à Felletin (Creuse), et mort le dans la même ville, est un général et député français de la Révolution et de l’Empire.

BiographieModifier

Fils de Léonard Bandy de Lachaud et de Françoise Barginat (1734-1811)[1], il choisit le métier des armes. Capitaine de grenadiers le puis lieutenant colonel le suivant, il se distingue à la tête du 1er bataillon de volontaires de la Creuse en contribuant largement à la délivrance de Thionville, en , et reçoit le commandement du 20e régiment de chasseurs à cheval.

Affecté à l'armée des Ardennes en 1793, il devient général de brigade à titre provisoire le puis définitivement le . Contraint de rentrer en France à cause de ses nombreuses blessures, il quitte l'armée des Ardennes le suivant et rejoint l'armée de Sambre-et-Meuse, où il sert jusqu'au .

Il accepte alors les fonctions d'inspecteur de la 13e légion de gendarmerie et obtient le grade de chef de division de gendarmerie le .

Hostile au coup d'État du 18 brumaire[2], il vote contre le consulat à vie, ce qui lui vaut d'être réformé.

Resté en disgrâce durant six ans, Napoléon le nomme chef de brigade dans la cavalerie le , gouverneur de Bréda et de Walcheren[3] le puis commandant supérieur des îles de la Zélande en 1814, qu'il reçoit l'ordre de remettre aux troupes néerlandaises. Baron de l'Empire en 1812[3], il est nommé chevalier de la Légion d'honneur le .

Admis à la retraite sous la Première Restauration le et fait chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis le , il est élu pendant les Cent-Jours par l'arrondissement d'Aubusson le à la Chambre des représentants, où il ne prend pas la parole. Il rentre dans ses foyers sous la Seconde Restauration et meurt à l'âge de 64 ans.

FamilleModifier

Marié le en l’église Sainte-Croix d’Aubusson à Marie-Victoire Grellet du Montand, morte le à Moutier-Rozeille[1], également appelée Victorine, la sœur de Jean-Baptiste Grellet de Beauregard[4], son fils, Auguste-François-Léonard, né le à Felletin, mort le à Moutier-Rozeille[5],[6], devient officier puis avocat[7], sous-préfet d'Aubusson le et inspecteur général des établissements de bienfaisance en . Marié à Françoise-Arsène Lepetit-Laforest[8], celui-ci est le père de Louis Bandy de Nalèche.

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Gilbert-Jacques Bandy de Nalèche
  2. Gérard Gouyet, Paul Busuttil, Daniel Dayen, Michèle Giffault, Creuse, Christine Bonneton, 2007, 319 pages, p. 63 (ISBN 2862534145).
  3. a et b Alain Chappet, Roger Martin, Alain Pigeard, Le guide Napoléon: 4000 lieux de mémoire pour revivre l'épopée, Tallandier, 2005, 974 pages, p. 99 (ISBN 284734246X)
  4. Edna Hindie Lemay, Christine Favre-Lejeune, Yann Fauchois, Alison Patrick, Dictionnaire des constituants: 1789-1791, Universitas, 1991, tome 1, 1022 pages, p. 51.
  5. Auguste-François-Léonard Bandy de Nalèche
  6. Château de Nalèche
  7. Jean El Gammal, Guy Avizou, Pascal Plas, Daniel Dayen, Dictionnaire des parlementaires du Limousin sous la IIIe République: Creuse, PULIM, 2001, tome 1, 188 pages, p. 31 (ISBN 284287174X).
  8. Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, vol. 52, p. 394.

BibliographieModifier

  • Daniel Dayen, « Les carrières des Bandy de Nalèche depuis la Révolution, autres familles creusoises » et « Une famille de notables creusois: les Bandy de Nalèche », Mémoires de la Société des sciences naturelles, archéologiques et historiques de la Creuse, 1998, tome XLVI, p. XLVIII et 496-507.