Gerry Boulet

chanteur canadien

Joseph Gaétan Robert Gérald Boulet dit Gerry, né le à Saint-Jean-sur-Richelieu, Canada et mort le à Longueuil, au Canada, est un musicien, auteur-compositeur-interprète québécois, il a été chanteur et multi-instrumentiste pour le groupe rock Offenbach. En effet, en plus de l'orgue Hammond B3 auquel il a été identifié, Gerry a joué aussi du piano, de la guitare, de l'harmonica, du saxophone et de la flûte traversière. Mais il est surtout reconnu pour sa voix rauque, parfaite pour le blues et le rock qu'il a joué toute sa vie.

Gerry Boulet
Nom de naissance Joseph Gaétan Robert Gérald Boulet
Naissance
Saint-Jean-sur-Richelieu, Québec Canada
Décès (à 44 ans)
Longueuil, Québec Canada
Activité principale Auteur-compositeur-interprète, Musicien, Organiste, Guitariste, Saxophoniste
Genre musical Blues, Rock
Instruments Orgue, Piano, Guitare, Saxophone
Années actives 1966 - 1990
Site officiel www.gerryboulet.qc.ca

BiographieModifier

Né à Saint-Jean-sur-Richelieu, fils d'un camionneur, Gérald « Gerry » Boulet grandit dans cette ville au sud de Montréal. D'une famille modeste, il commence à jouer de l'orgue pour l'église à 10 ans.

Il quitte l'école à l'âge de seize ans par manque de discipline. Le , il commence sa carrière musicale avec l'orchestre de son frère Denis, Les Double Tones. Par la suite en 1963, avec l'intégration à ce groupe de Fernand Hébert au saxophone, ils changent de nom et deviennent The Twistin' Vampires. Alors que certains des membres quittent le groupe à la recherche d'un meilleur avenir, ils changent encore de nom pour devenir The Fabulous Kernels avec un deuxième saxophoniste, Louis Campbell. En 1965, ils font la rencontre de l'imprésario Jean-Paul Brodeur, qui leur conseille d'opter pour un nom francophone, comme tous les groupes québécois de l'époque. Ils deviennent donc Les Gants Blancs. Le groupe est formé de Gérald Boulet à l'orgue et au chant, Rick Horner à la guitare, Michel Lamothe à la basse et aux chœurs et Denis Boulet, le frère de Gerry, à la batterie. Ils produiront six 45 tours durant leur carrière, dont Dis-moi son nom qui est un remake d'une chanson des Who Call me Lightning ; pour l'occasion ils font appel au guitariste Jean Gravel, qui était à l'époque guitariste soliste dans le groupe Les Héritiers. Mais les disques ne se vendent pas beaucoup et les musiciens en ont assez du son yéyé. Le guitariste Rick Horner quitte le groupe en 1968 et on pense alors à Jean Gravel, ce dernier ayant changé de groupe pour passer des Héritiers aux Caïds. En , Gravel se joint donc au groupe. Son nom change à nouveau : après une tournée avec Bruce Huard sous le nom La 7e Invention, ils deviennent Offenbach Pop Opera.

Le , Gerry épouse Denise Croteau à Victoriaville, alors qu'elle est enceinte de Justin, né le 12 novembre. Gerry connaît des problèmes de drogue en 1968. Pierre Harel amène Gerry à chanter en français : il écrit les textes de Faut que j'me pousse et Câline de blues, qui est intronisée au panthéon des auteurs et compositeurs canadiens en 2015. Il existe deux versions distinctes de cette chanson, d'abord sur l'album Offenbach Soap Opera de 1972, l'autre sur la bande sonore du film Bulldozer de 1973 et ré-intitulée Câline de doux blues pour le film homonyme de Pierre Harel, avec Gerry au saxophone en plus du chant.

Le , c'est la naissance de Marianne, le deuxième enfant de Gerry et Denise, même si Gerry était maintenant avec Françoise Faraldo depuis plusieurs années déjà. Le , le premier enfant avec Françoise voit le jour, Julie.

Le groupe Offenbach se sépare en 1985, après quoi Gerry Boulet poursuit une carrière en solo, déjà amorcée en 1984 avec l'album Presque 40 ans de Blues, qui n'est pas sans intérêt mais n'avait pas marché à l'époque. Breen LeBoeuf et Johnny Gravel l'aident dans ses tournées. Il chante notamment en duo avec Marjo pour la chanson Les Yeux du cœur.

 
« À grands coups d’amour pour Gerry : 25 ans plus tard », concert en hommage à Gerry Boulet en 2015 à Montréal.

Publié en 1988, l'album Rendez-vous doux est un véritable succès en matière de ventes. Son style musical unit la langue française avec le rock américain. Pierre Harel, Michel Rivard et Plume Latraverse entre autres écrivent pour lui. Son association avec le saxophoniste-arrangeur Richard Leduc fait prendre un nouvel envol à sa carrière. Leur première collaboration avait débuté avec l'album Café Rimbaud. En 1989, Gerry gagne trois prix Félix au gala de l'ADISQ. Le succès populaire arrive dans sa vie alors que la maladie qui l'afflige depuis deux ans finit par le rattraper. La tournée de spectacles de Rendez-vous doux prend fin plus rapidement que prévu à l'automne 1989. Gerry Boulet doit alors se soumettre à divers traitements. Il meurt finalement du cancer du côlon le , dans sa maison de Longueuil. La même année, il reçoit un autre Félix à titre posthume.

Film biographiqueModifier

Un film biographique, d'un budget de 6,5 millions de dollars, fondé sur la vie du chanteur et intitulé Gerry est sorti le . Le rôle de Gerry est interprété par Mario Saint-Amand et le film est réalisé par Alain DesRochers[1].

DiscographieModifier

Les Gants blancsModifier

  • Singles
    • 1965 : Que font-ils de l'amour ? / Pas cette chanson
    • 1966 : Je n'aime que toi / J'ai fait le serment
    • 1967 : Tu veux revenir / Pourquoi j'ai cru en toi
    • 1968 : J'avais tout deviné / Je le sais bien
    • 1968 : Dis-moi son nom / Le Vagabond
    • 1968 : Le Bal masqué / Carrousel

GéraldoModifier

  • Single :
    • 1967 : Ne mentons pas / Ma fille

OffenbachModifier

SoloModifier

  • 1984 : Presque 40 ans de blues.
  • 1988 : Rendez-vous doux (Les Productions Pierre Tremblay)
  • 1991 : Gerry Réédition sur CD de Presque 40 ans de blues - Avec deux chansons inédites, City Night et Corps à corps.
  • 1994 : Jézabel Produit par Dan Bigras, avec Ginette Reno, John McGale, Pierre Flynn, Estelle Esse, etc.
  • 1996 : Gerry Boulet... en rappel - comprend deux chansons inédites, Homme d'asphalte (André François Ducharme/Gerry Boulet) et une version acoustique de la pièce Un beau grand bateau.

CollaborationsModifier

  • 1987 : Café Rimbaud. Artistes variés : Gerry chante la pièce homonyme.
  • 1987 : Les gitans reviennent toujours de Lucien Francoeur[2] : Gerry joue les claviers, l'orgue et fait les chœurs en plus de produire l'album. Parmi les autres musiciens de l'album, on retrouve Jean Millaire et Donald Hince à la guitare, Breen Lebœuf à la basse, Pat Martel et Bob Harrison à la batterie, Dan Bigras, Marc Hamilton et Pierre Létourneau aux chœurs.

Lauréats et nominationsModifier

Gala de l'ADISQModifier

artistiqueModifier

Année Catégorie Pour Résultat
1979[3] disque de l'année / rock Traversion lauréat
groupe de l'année Offenbach nomination
1980[4] lauréat
microsillon de l'année - rock En fusion lauréat
spectacle de l'année Offenbach au Forum lauréat
1981[5] groupe de l'année Offenbach nomination
microsillon de l'année - rock Coup de Foudre!! nomination
1983[6] Tonnedebrick nomination
1984[7] À fond d'train (avec Plume Latraverse) nomination
1985[8] groupe de l'année Offenbach nomination
microsillon de l'année - rock Rockorama nomination
1986[9] chanson de l'année Seulement qu'une aventure nomination
microsillon de l'année - rock Le dernier show nomination
spectacle de l'année - musique et chansons rock Le dernier show lauréat
1989[10] auteur ou/et compositeur de l'année Gerry Boulet nomination
chanson populaire de l'année Les yeux du coeur (avec Marjo) nomination
interprète masculin de l'année Gerry Boulet nomination
microsillon de l'année - rock Rendez-vous doux lauréat
spectacle de l'année - rock Rendez-vous doux lauréat
1990[11] chanson populaire de l'année Un beau grand bateau lauréat
interprète masculin de l'année Gerry Boulet nomination
trophée hommage lauréat
1991[12] album de l'année - meilleur vendeur Rendez-vous doux lauréat
1994[13] Jézabel nomination
album de l'année - pop/rock nomination

industrielModifier

Année Catégorie Pour Résultat
1983 pochette de l'année Yves Beaulieu, Norman Cousineau, Guy Lévesque et Offenbach pour Tonnedebrick nomination
1989 émission de télévision de l'année - chanson Gerry Boulet, Guy Latraverse et Sogestalt 2001 pour Rendez-vous avec Gerry lauréat

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Mario Saint-Amand sera Gerry Boulet », (consulté le )
  2. Lucien Francoeur Les gitans reviennent toujours sur Discogs.com
  3. « Archives 1979 – », sur ADISQ (consulté le )
  4. « Archives 1980 – », sur ADISQ (consulté le )
  5. « Archives 1981 – », sur ADISQ (consulté le )
  6. « Archives 1983 – », sur ADISQ (consulté le )
  7. « Archives 1984 – », sur ADISQ (consulté le )
  8. « Archives 1985 – », sur ADISQ (consulté le )
  9. « Archives 1986 - - ADISQ »
  10. « Archives 1989 – », sur ADISQ (consulté le )
  11. « Archives 1990 – », sur ADISQ (consulté le )
  12. « Archives 1991 – », sur ADISQ (consulté le )
  13. « Archives 1994 – », sur ADISQ (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Mario Roy, Gerry Boulet, Avant de m'en aller, Montréal, Art Global, 1991
  • Manon Guilbert Gerry d'Offenbach, la voix que j'ai, Verchères : Éditions rebelles, 1985
  • Gerry Boulet - À grands coups d'amour - Livre de partitions, (ISBN 9782895412083) - Livre numérique

Liens externesModifier