Ouvrir le menu principal

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Germinal (homonymie).

Germinal est une revue hebdomadaire collaborationniste française parue du 28 avril au 11 août 1944, et prônant une Europe unifiée et socialiste sous l'égide de l'Allemagne. Ce journal gravite dans l'orbite intellectuel du RNP de Marcel Déat.

HistoriqueModifier

En avril 1944, l'ambassade d'Allemagne à Paris, qui a interdit en 1942 la revue de Charles Spinasse, Le Rouge et le Bleu, d'inspiration collaborationniste, socialiste et européenne, souhaite lui trouver un successeur et aide au lancement d'une nouvelle publication pour fédérer la même mouvance[1].

Germinal vise donc à fédérer certains « collaborateurs de gauche ». Il est financé par le trust allemand Hibberlen, qui édite déjà La France au travail, L'Œuvre et Nouveaux Temps. Le premier numéro de Germinal paraît dans les kiosques le 28 avril 1944. Sous son titre, ce bandeau : « Hebdomadaire de la pensée socialiste française ». Tous les rédacteurs sollicités, ou presque, sont des enseignants et d'anciens membres de la SFIO passés par le pacifisme. Parmi eux : Robert Jospin[Note 1], Claude Jamet, ancien secrétaire fédéral de la SFIO et ancien professeur, Paul Rives, député socialiste de l'Allier (1932-1942), et le plus connu, Ludovic Zoretti, universitaire, ancien responsable de la CGT et de la SFIO, où il fut l'adversaire acharné de Léon Blum, « le belliciste ».

L'audience restera confidentielle, et l'approche de la Libération mettra fin à la revue après seulement 16 numéros.

CollaborateursModifier

Germinal est fondé par des personnalités de gauche persuadées des intentions pacifistes de l'Allemagne, liées ou membres de la Ligue de pensée française, dont Claude Jamet, Marcelle Capy, Félicien Challaye, Paul Rives, Robert Jospin, Léon Émery, Francis Delaisi, ou encore Pierre Vaillandet. Albert Paraz, Marcel Brébant, Jean Ajalbert, Maurice Rostand, Pierre Hamp, Gérard de Lacaze-Duthiers, Georges Dumoulin, Georges Dharnes, Francis Desphilippon (ancien dreyfusard). Louis Loréal et Armand Charpentier (franc-maçon, ancien dreyfusard) y écrivirent aussi des articles.

La direction politique de Germinal est assurée par Paul Rives. André Chaumet y exerça la responsabilité de rédacteur en chef.

On retrouvera plus tard la plupart de ces personnalités au Parti socialiste démocratique.

BibliographieModifier

  • Pierre Philippe Lambert et Gérard Le Marec, Partis et mouvements de la Collaboration, Éditions Grancher, 1993.
  • Simon Epstein, Les Dreyfusards sous l'occupation, Albin Michel, 2001
  • Guillaume Pollack, Jaurès nazifié. L'hebdomadaire de la "pensée socialiste" Germinal, Mémoire de Master 1 soutenu à Paris 12 en juin 2009

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Père de Lionel Jospin.

RéférencesModifier

  1. Dominique Venner, Histoire de la Collaboration, éd. Pygmalion, Gérard Watelet, 200, p. 664.

Voir aussiModifier