Gerard Bosch van Drakestein

coureur cycliste néerlandais

Gerard Bosch van Drakestein (né le à Malines en Belgique et mort le à La Haye) est un coureur cycliste néerlandais. Il a participé aux Jeux olympiques de 1908, de 1924 et de 1928. Aux Jeux de Paris en 1924, il a obtenu la médaille de bronze du tandem avec Maurice Peeters. À 41 ans, il est médaillé d'argent du kilomètre aux Jeux d'Amsterdam en 1928.

Gerard Bosch van Drakestein
Image dans Infobox.
Gerard Bosch van Drakestein
Informations
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
La HayeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité

BiographieModifier

Carrière sportiveModifier

Gerard Bosch van Drakestein est issue d'une famille noble et riche, c'est pourquoi il court à l'adolescence sous les pseudonymes de Rudge Withwort, Ulysses, John Green ou Bismarck, car cela était considéré comme inapproprié dans sa classe sociale. C'est une autre raison pour laquelle il est resté amateur tout au long de sa carrière, qui le voit remporter un total de 16 championnats des Pays-Bas en plus de vingt ans[1].

En 1914, il prend part aux mondiaux sur piste à Copenhague. En l'absence du quadruple champion du monde, le Britannique William Bailey, passé chez les professionnels, Bosch van Drakestein a de légitimes espoirs pour le titre de champion du monde. Cependant, en raison du déclenchement de la Première Guerre mondiale, le championnat du monde est annulé, alors que celui-ci s'est qualifié pour la finale. Neuf ans plus tard, en 1923, aux mondiaux de Zurich, il prend la troisième place de la vitesse individuelle amateurs.

Bosch van Drakestein a participé aux Jeux olympiques à trois reprises : en 1908, 1924 et 1928. En 1908, à Londres, l'équipe néerlandaise dont il fait partie prend la quatrième place de la poursuite par équipes. En 1924 à Paris, il remporte la médaille de bronze en tandem avec Maurice Peeters et en 1928, à domicile, à Amsterdam, il obtient la médaille d'argent du kilomètre. Il est forfait pour la poursuite par équipes à cause de la grippe et est remplacé par Janus Braspennincx. Le quatuor néerlandais remporte la médaille d'argent. Bosch van Drakestein met ensuite fin à sa carrière de coureur à l'âge de 42 ans.

Autres activités et controversesModifier

Même pendant ses premières années en tant que cycliste, Gerard Bosch van Drakestein écrit des articles pour le Bredasche Courant. En 1913, il s'installe à La Haye et travaille pour divers concessionnaires automobiles[1]. De 1932 jusqu'à sa retraite, il travaille au Service des Achats de l'État.

En 1928, il est l'un des cofondateurs de l'Union royale néerlandaise de cyclisme (KNWU) et est jusqu'en 1936 le rédacteur en chef de l'organe de l'association Sport Echo[1]. Dans les années 1930, le « fauteur de troubles né » s'est disputé avec ses collègues et a fondé sa propre association sans succès. Après s'être toujours prononcé contre la participation d'athlètes néerlandais aux Jeux olympiques de Berlin en raison de la politique du régime nazi à l'égard des Juifs, il s'est ensuite tourné politiquement vers le Mouvement national-socialiste (NSB). Dans des lettres au magazine antisémite De Misthoorn, Bosch van Drakestein lance une campagne pour assassiner son ancien ami Barend Swaab de Beer, qui est d'origine juive[2]. Swaab de Beer a ensuite réussi à échapper aux nazis en s'installant en Suisse. Après la guerre, il y a eu des différends juridiques à propos de ces événements, mais cela n'a pas abouti.

Bosch van Drakestein n'a connu aucun désagrément en raison de son comportement après la Seconde Guerre mondiale. Il vit à La Haye, où il est considéré comme un « spectacle » car il se rend chaque jour pour travailler dans un ministère sur un vélo de course. Jusqu'à sa mort, il écrit des chroniques pour De Kampioen.

PalmarèsModifier

Jeux olympiquesModifier

Championnats du mondeModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c E.J. Lammers : Bosch van Drakestein, jhr. Gerard Dagobert Hendrik (1887-1972). Woordenboek van Nederland
  2. Swaab de Beer, d'autre part, s'était prononcé pour la participation des athlètes néerlandais aux Jeux de Berlin et a été sévèrement critiqué pour cela. Le journal néerlandais de gauche De Tribune a écrit : « Le juif Swaab de Beer offre le salut olympique aux assassins de ses frères. » Tiré de : The Nazi Olympics. Sports, Politics, and Appeasement in 1930s. Hrsg. von Arnd Krüger und William Murray. 2003, page 219

LittératureModifier

  • Fred van Slogteren : Wielerhelden van Oranje, Nieuwegein 2003, (ISBN 90-77072-42-X)

Liens externesModifier