Geordie Walker

musicien britannique

Geordie Walker (né Kevin Walker le , à Chester-le-Street, comté de Durham, Royaume-Uni) est un guitariste de post-punk et de Metal industriel, surtout connu pour sa participation active à la carrière du groupe Killing Joke[1]. Walker vit à Détroit avec sa femme et son fils, Atticus[2].

Geordie Walker
Image dans Infobox.
Portrait de Geordie Walker par le photographe américano-canadien Mont Sherar (2013).
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Kevin WalkerVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Geordie WalkerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Instrument
Sur scène avec Killing Joke à Paris, en septembre 2008.

Vie et carrière artistiqueModifier

Durant son enfance sa famille déménage vers la sud, à Milton Keynes, près de Londres. C'est là qu'il acquiert son surnom, dû à son fort accent « geordie » (du nord-est de l'Angleterre).

Walker rejoint les membres fondateurs du groupe Killing Joke en 1978 en répondant à une annonce passée par le chanteur du groupe, Jaz Coleman ; Walker et Coleman sont les seuls membres récurrents du groupe depuis lors[3].

Geordie Walker aura également été, au cours de sa longue carrière, membre des groupes de métal industriel Murder, Inc., The Damage Manual et Pigface.

Il est aussi célèbre pour sa guitare dorée, une Gibson à caisse semi-évidée modèle ES-295 (version « goldtop » avec le chevalet trapézoïdal de la ES-175) originellement produite entre les années 1952 et 1959 et récemment rééditée. Cette guitare, accordée un ton plus bas que la normale pour donner D-G-C-F-A-D (ré-sol-do-fa-la-ré) depuis l'album Revelations en 1982, et sur laquelle Geordie ajoute distorsion, chorus et réverbération, a contribué à forger le son du groupe[4].

Bien que plus connu pour son jeu de guitare électrique hypnotique et brut, il est aussi adepte de la guitare acoustique, de façon anecdotique sur Outside the Gate (1988) et Pandemonium (1994), et bien plus insistante sur Democracy (1996).

Il a coutume de fumer sur scène, même dans les pays où cette pratique est interdite. Dans une entrevue avec Andrew Bansal pour le magazine Metal Assault en 2013, il déclare avoir cessé, sauf cas exceptionnel[5].

DiscographieModifier

  • Pour les discographies de Geordie Walker avec Killing Joke et Murder, Inc., voir les articles correspondants.
  • Dans la seconde moitié des années 2000, après la sortie du Killing Joke de 2003, Walker réalise et met en ligne plusieurs démos, que l'on peut toujours trouver sur diverses plateformes de diffusion. Elles n'ont cependant pas encore abouti sur la réalisation d'un album solo.
  • 2017 : sous le nom de Geordsthechords, Faction Strasse sur le double 45 tours accompagnant l'édition Deluxe du livre Twilight of the Mortals[6] (voir Bibliographie).
  • 2021 : K÷93, avec Jaz Coleman et Peter Hook, bassiste de Joy Division (maxi 45 tours limité à 2 000 exemplaires) : première sortie officielle d'un enregistrement réalisé au début des années 1980 et égaré depuis : une copie des bandes, conservée par un fan, a été retrouvée en novembre 2020[7].

BibliographieModifier

  • (en) Twilight of the Mortals: A Photographic Portrayal of Killing Joke by Mont Sherar[6], éditions PC Press, Danemark, 2017 (24,5 cm x 30,5 cm x 27 mm, 250 photos, 260 pages) : monographie par le photographe canadien Mont Sherar (ISBN 9780993242120).
  • (en) Killing Joke: A Prophecy Fulfilled, Chris Bryans, éditions This Day in Music Books, 10 décembre 2020 (ISBN 9781838078324).

Notes et référencesModifier

  1. (en) Fiche biographique de l'artiste sur le site Allmusic.com.
  2. (en) Voir la courte biographie disponible sur la page Myspace officielle de Geordie Walker.
  3. (en) Voir cette interview pour le magazine Music UK, juin 1984.
  4. Cette fiche technique montre le système d'amplification et d'effets habituellement utilisé par Walker sur scène.
  5. By Andrew Bansal, « Interview With Killing Joke Guitarist Geordie Walker », Metal Assault,‎ (lire en ligne, consulté le 17 février 2021)
  6. a et b (en) Ilker Yücel, « Twilight of the Mortals: A Photographic Portrayal of Killing Joke by Mont Sherar », sur regenmag.com (consulté le 17 février 2021)
  7. (en) « Joy Division, New Order and a collaboration with Killing Joke », Lancashire Evening Post,‎

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier