Résidence du Moulin

(Redirigé depuis Garage du Moulin)

La Résidence du Moulin, communément appelé garage du Moulin, est un immeuble à appartement et garages située dans le quartier de la Ville-Basse le long du Boulevard Joseph Tirou à Charleroi (Belgique). Il a été construit en 1952 par l'architecte Marcel Leborgne pour le Garage du Moulin[1].

Garage du Moulin
La façade principale vers le Boulevard Tirou.
Présentation
Type
Architecte
Construction
Commanditaire
Garage du Moulin
Localisation
Adresse
Coordonnées
Carte

Histoire modifier

Le boulevard Joseph Tirou se situe à l'emplacement d'un bras de la Sambre. Le projet de remblayer le lit de la rivière pour y créer une nouvelle artère date du début des années 1930[2]. Le comblement de la rivière commence en 1931 mais est interrompu par la guerre. Le boulevard est inauguré le [3].

 
Moulins Dubois ou moulin de la Sambre vers 1910.

Avant le comblement de la rivière, l'emplacement occupé par l'immeuble l'était par des moulins depuis 1687. Le premier fait suite à un projet présenté aux autorités militaires de la ville par deux particuliers, Albert Michaux et Jean Delenne. Leur projet, au départ une entreprise de meunerie, prévoit d'installer une retenue au travers de la rivière tant pour pouvoir créer une inondation renforçant la protection de la forteresse que pour construire un moulin à grains et des fouleries d'étoffe. Il prévoit également la création d'une écluse pour faire passer des bateaux avec plus de charge et de facilités. Le projet est accepté, et un octroi du roi Charles II accorde un monopole pour la mouture des blés des habitants de la ville. Ce monopole se poursuit au bénéfice des propriétaires successifs, dont la famille Desandrouin, jusqu'à la Révolution française[4],[5].

Le dernier moulin situé à cet emplacement est un moulin à vapeur construit vers 1900 sous le nom de « Moulin de la Sambre ». Il cesse de fonctionner vers 1920 et fait place à un garage dit « du Moulin » vers 1925[6].

Architecture modifier

Ce projet réalisé par Marcel Leborgne peut être considéré comme une véritable « machine à habiter » car il intègre de multiples services dans la programmation architecturale. Le bâtiment abrite des maisons, des bureaux, des magasins et des garages. Au départ, une station-service était également prévue[1]. Ce choix très rationnel d'un programme commun a été mis en place pour réduire le coût élevé du terrain[7].

Le programme architectural est facilement lisible depuis la façade rationaliste, ne manquant pas de richesse décorative et d'attention aux détails. L'axe central qui émerge en creux de la volumétrie distribue la circulation verticale des six étages grâce à un escalier et deux ascenseurs. Le reste de la façade principale est caractérisé par un maillage structurel en béton armé qui permet un apport important de lumière[1].

Notes et références modifier

  1. a b et c Strauven, Le Maire et Dailly 2017, p. 169.
  2. Inauguration des grands travaux par L.L.M.M. le Roi et la Reine le dimanche 22 juin 1930 : Notices descriptives des travaux, Charleroi, Ville de Charleroi, , 56 p., p. 8
  3. Philippe Mac Kay, Marianne Bruneau et Denis Gauvain, Charleroi d'hier et d'aujourd'hui : Rue par rue, Charleroi, coll. « Un dossier de La Nouvelle Gazette »,
  4. Bavay 1987.
  5. Brasseur 1989, p. 11.
  6. Brasseur 1989, p. 23.
  7. Bioul 2009, p. 84.

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie. modifier

  • ...A Charleroi, Marcel Leborgne, Charleroi, Espace Environnement, , 48 p., p. 24-25.
  • Gerard Bavay, « Construction simultanée de moulins et d'écluses à Charleroi (1687) », dans Moulins en Hainaut, Bruxelles, Hannonia/Crédit communal de Belgique, , 383 p. (ISBN 2-87193-032-5), p. 356.
  • Anne-Catherine Bioul, « Marcel Leborgne ou le choix de la modernité «humaine» », Les Cahiers de l'Urbanisme, Wavre, Service public de Wallonie/Éditions Mardaga, no 73,‎ , p. 84 (ISBN 978-2-8047-0029-4, lire en ligne [PDF]).
  • Anne-Catherine Bioul, « Ode au béton et à la lumière : Leborgne et l'immeuble paquebot », Les Nouvelles du patrimoine, Association des Amis de l'Unesco, no 132 « Béton et patrimoine »,‎ , p. 30-33 (ISSN 0773-9796).
  • Marcel Brasseur, « Les moulins de Charleroi », dans Les moulins en Hainaut, vol. 2 : Charleroi et sa région, Charleroi, Société Royale d'Archéologie et de Paléontologie de Charleroi, , 150 p., p. 4-23.
  • Jean-François Kremer, Une analyse critique de la démarche architecturale de Marcel Leborgne, mémoire en architecture, ISACF La Cambre, 1988.
  • Iwan Strauven (dir.), Judith Le Maire (dir.) et Marie-Noëlle Dailly (dir. et photogr.), 1881-2017 Charleroi métropole, Bruxelles, Mardaga et Cellule architecture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, coll. « Guide d'architecture moderne et contemporaine » (no 4), , 367 p. (ISBN 9782804703677), p. 169.
  • s.a.,Immeuble d'appartements, Architecture - Urbanisme - Habitation, no 9, septembre 1952, p. 84-87.

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Le garage Moulin dans l'inventaire Marcel Leborgne.