Gabrielle Houbre

historienne française

Gabrielle Houbre est historienne et maîtresse de conférences HDR en histoire contemporaine.

Gabrielle Houbre
Biographie
Nationalité
Formation
Université de Paris (ex Paris Diderot)
Activité
Historienne
Autres informations
A travaillé pour
Université de Paris
Membre de
La Cité du Genre USPC

BiographieModifier

Après sa thèse de doctorat intitulée « L'éducation sentimentale des filles et des garçons à l'âge du romantisme », à l'université Paris Diderot en 1990, sous la direction de Michelle Perrot, elle soutient en 2002 une habilitation à diriger des recherches intitulée « Les lois du genre. Identités, pratiques, représentations sociales et culturelles. France, XIXe siècle », à l'université Paris-I Panthéon-Sorbonne, dont Alain Corbin est le garant[1],[2].

Elle est maîtresse de conférences HDR en histoire à Université de Paris et membre honoraire de l'Institut universitaire de France (2002)[3]. Spécialiste du XIXe siècle, agrégée, elle poursuit des recherches sur le genre, la transidentité, les sexualités, les prostitutions, le corps, les sensibilités, la famille et la jeunesse, thèmes auxquels elle a consacré plusieurs ouvrages[4],[5]. Elle est membre du laboratoire CERILAC (Centre d'études interdisciplinaires en lettres art cinéma)[6], a été responsable de PluriGenre. Action de recherche structurante pluridisciplinaire en études de genre[7],[8] et est directrice de La Cité du Genre, Institut interdisciplinaire de recherche et de formation en études de genre[9].

PublicationsModifier

  • Les deux vies d'Abel Barbin, né Adélaïde Herculine (1838-1868), Paris, PUF, 2020.
  • Avec C. Bard, S. Boehringer, D. Lett et S. Steinberg, Une histoire des sexualités, dir. S. Steinberg, Paris, PUF, 2018.
  • Le XIXe siècle, CD 2 et 3, in Histoire des sexualités, vol. 2, Paris, Frémeaux et associés, 2018.
  • Prostitutions. Des représentations aveuglantes, dir. et introduction avec Isolde Pludermacher et Marie Robert, Paris, Musée d’Orsay/Flammarion, 2015, 232 p.
  • Le livre des courtisanes. Archives secrètes de la Police des mœurs (1861-1876), introduction, notes et répertoires par Gabrielle Houbre, Paris, 2006, 637 p. (ISBN 978-2-84734-344-1)[4]
  • Histoire des mères et filles, Éditions de La Martinière, 2006, 223 p. (ISBN 978-2-7324-3289-2)[10]
  • (codirection) Femmes et images, Clio. Femmes, genre, histoire, no 19, 2004.
  • Histoire de la grandeur et de la décadence de Marie Isabelle, modiste, dresseuse de chevaux, femme d'affaires, etc., Paris, Perrin, 2003.
  • Le Corps des jeunes filles, de l'Antiquité à nos jours (codirection), Paris, Perrin, 2001[11].
  • (codirection) Femmes, dots et patrimoines, Clio. Femmes, genre, histoire no 7, 1998.
  • La Discipline de l'amour. L'éducation sentimentale des filles et des garçons à l'âge du romantisme, Paris, Plon, 1997[5].
  • (direction) Le Temps des jeunes filles, Clio. Femmes, genre, histoire, no 4, 1996.

Notes et référencesModifier

  1. « Site Gabrielle Houbre » (consulté le 19 novembre 2016)
  2. Gabrielle Houbre, « Les lois du genre. Identités, pratiques et représentations sociales et culturelles, France, XIXe siècle. Mémoire pour le diplôme d'habilitation à diriger des recherches, sous le tutorat d'Alain Corbin », sur Revue d'histoire du XIXe siècle, , p. 262-270.
  3. Membre honoraire de l'IUF, notice sur le site institutionnel [1].
  4. a et b Thomas Wieder, « Gabrielle Houbre : filles légères et "insoumises" », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Alain Corbin, « Effusions et fusions bien tempérées », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. « Gabrielle Houbre », sur Université Paris-Diderot
  7. Plurigenre [2]
  8. « Gabrielle Houbre »
  9. La Cité du Genre [3]
  10. « Gabrielle Houbre. Histoire des mères et filles », Libération,‎ (lire en ligne)
  11. Olivier Christin, « Corps éphémère », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier