Ouvrir le menu principal

Gérard Trignac

graveur aquafortiste français
Gérard Trignac
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (64 ans)
BordeauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web

Gérard Trignac, né le à Bordeaux, est un dessinateur, illustrateur, peintre et graveur contemporain français.

Il est connu pour ses paysages urbains imaginaires et l’illustration de textes d’auteurs tels Italo Calvino ou Jorge Luis Borges.

Sommaire

BiographieModifier

FormationModifier

Gérard Trignac étudie d'abord l'architecture de 1975 à 1978, après un bref passage à l'École des beaux-arts.

En 1982, il est l’un des lauréats de la 53e promotion des artistes accueillis à la Casa de Velázquez de Madrid[1], où il séjourne deux ans, jusqu’en 1984[2].

DistinctionModifier

Il est nommé académicien associé, section art, de l’Académie internationale de Greci-Marino (Italie) en 1997.

ŒuvreModifier

DescriptionModifier

L’œuvre gravé de Gérard Trignac s’attache principalement aux thèmes des architectures imaginaires et paysages fantastiques. Certaines de ses gravures évoquent les compositions des planches de Piranèse[3]. En dehors de travaux exécutés sur commandes, ses dessins explorent la même veine. Il utilise à la fois l’eau-forte, le burin et la pointe sèche et assure lui-même les tirages, en nombre limité. Les jeux d’ombre et de lumière y sont importants, avec une gamme étendue de gris. Dans ses dessins, au crayon ou à la plume, ou ses lavis, il reprend souvent les mêmes compositions, les laissant évoluer d’une technique à l’autre. Le processus de création peut prendre plusieurs mois avant d'être complété.

Son travail est figuratif mais dans ses planches, aucune présence humaine; seuls parfois de minuscules personnages qui passent presque inaperçus se fondant dans l’environnement architectural. Épris d'architecture, notamment celle de Claude-Nicolas Ledoux, il rassemble une documentation importante, dans les livres ou les revues avant d'exécuter des croquis. Une autre source d'inspiration vient de ses flâneries dans les villes.

Les titres de ses œuvres, choisis à dessein, participent de son univers poétique. Son univers fantastique suggère le mystère et l'inquiétude.

Illustration d'ouvrages de bibliophilieModifier

FantasyModifier

  • [Collectif], Abyme : le guide de la cité des Ombres, sous la dir. de Raphaël Granier de Cassagnac, Éditions Mnemos, 2009 (livre-univers autour de la réédition en 2007 de l’œuvre de Mathieu Gaborit sous le titre Les Royaumes crépusculaires - l'intégrale).

Collections publiques et conservationModifier

ExpositionsModifier

Première exposition personnelle en 1980 à la Galerie Condillac, Bordeaux. En 1984, il expose à la galerie Bernier à Paris, et à la Société des peintres et graveurs français, (Bibliothèque nationale de France à Paris). En 1985, il expose à la galerie L’Angle Aigu à Bruxelles. En 1986, la Galerie K à Lyon lui offre une autre exposition personnelle.

En 1987, il participe à l’exposition Huit graveurs à la galerie Condillac à Bordeaux. Suit une exposition personnelle à la galerie Michèle Broutta à Paris[13] et en 1991 une exposition à la galerie Torculo à Madrid, suivie en 1993, d'une autre à la galerie les Argonautes à Lyon et enfin à la Galleria del Leone à Venise (avec Francois Houtin).

En 1998, il obtient une exposition personnelle à la galerie Palladion à Toulouse.

En 2000, deux expositions personnelles sont organisées, l’une à la galerie Condillac à Bordeaux, l’autre de nouveau à la galerie Michèle Broutta à Paris.

En 2002, il participe à l'exposition collective « Victor Hugo et les artistes contemporains »[14] à la galerie municipale d'art contemporain de Chamalières.

En 2004 se tient la première rétrospective de son œuvre gravé à la bibliothèque municipale de Bordeaux, suivie de l’édition des Portes du silence ainsi que la publication d'un catalogue raisonné (William Blake & Co). Il commence sa collaboration avec le monde de la publicité et des jeux vidéo.

Depuis ses débuts, il a participé à plusieurs manifestations dans le monde autour de la gravure (IFPDA Print Fair, New York; Art On Paper Fair, Londres et New York; Imprimatur, Milan; Works On Paper, Bruxelles; Estampa, Madrid, Salon de l’estampe, Paris. Il expose en 2012, avec treize autres graveurs français (Hélène Csech, Dado, Yves Doaré, Erik Desmazières, François Houtin, Jacques Le Maréchal, Etienne Lodeho, François Lunven, Jean-Michel Mathieux Marie, Alain Margotton, Didier Mazuru, Georges Rubel, Jean-Pierre Velly), dans l'exposition Les Visionnaires au musée Panorama de Bad Frankenhausen en Allemagne[15].

RécompensesModifier

Il a obtenu le premier prix du Salon de la gravure originale de Bayeux, le premier prix du Salon des méridionaux de Toulouse, le prix Charles Oulmont-Fondation de France, le prix Kiyoshi Hasegawa, le prix de gravure Michel Ciry.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier