Fusil antichar

Le fusil antichar est une arme à feu, tirant au coup par coup, assez légère pour être portée par un seul soldat, et conçue pour détruire des véhicules blindés. La haute vélocité de la balle à la sortie du canon lui permet de percer le blindage de chars légers ou d'automitrailleuses.

Fusil anti-char polonais Kb ppanc wz.35 de 7,92 × 57 mm utilisé pendant l'invasion de la Pologne (septembre 1939).

HistoriqueModifier

 
Fusil antichar allemand Tankgewehr de calibre 13,2 × 92 mm.

Pendant la Première Guerre mondiale, l'Allemagne est la première nation à subir l'apparition massive des chars d'assaut[1]. Afin de contrer cette menace, elle cherche tout d'abord à créer un type de cartouche adapté pour son fusil standard mais le résultat est clairement insuffisant. Les ingénieurs créent donc en 1918 un fusil dédié à cet emploi.

Ce type d'arme se multiplie pendant l'Entre-deux-guerres et sera largement employé au début de la Seconde Guerre mondiale mais les blindages, de plus en plus épais, la rendent de moins en moins efficace. L'introduction, au milieu de la guerre, des lance-roquettes antichars rend les fusils antichars obsolètes mais ils restent cependant utilisés par certaines nations, faute de mieux, notamment par les forces nord-coréennes et chinoises lors de la guerre de Corée.

Depuis les années 1980, des fusils de précision de grande puissance (tel le Barrett M82) faisant penser aux fusils antichars font une apparition dans les arsenaux militaires mais ils sont surtout destinés à détruire des cibles peu ou pas blindées à longue distance.

Types de fusils anticharsModifier

On peut considérer qu'il existe deux types de fusils antichars :

  • les fusils de calibre 7,92 mm à 14,5 mm pour un poids de 10 à 20 kg, transportables par un homme ;
  • les fusils de calibre 20 mm, pour un poids de 45 kg à 70 kg, qui ne sont pas transportables par un homme seul.

FabricantsModifier

 
Fusil antichar japonais Type 97 de calibre 20 mm.
 
Fusil antichar soviétique PTRS-41 de calibre 14,5 × 114 mm.

Les pays suivants ont fabriqué ou fabriquent des fusils antichars :

  Afrique du SudModifier

Il s'agit du NTW 20 : 20 mm pour 26 kg. Il est fourni avec un deuxième canon et une culasse pour un calibre de 14,5 mm.

  AllemagneModifier

Ils sont de 3 types :

le Mauser Gewehr 98 avec la cartouche Patrone SmK (7,92 × 57 mm Mauser). La version antichar de 1917 est de 7,92 × 57 mm classique ;

le Mauser Tankgewehr M1918 de calibre 13,2 mm pour un poids de l'arme de 18,5 kg ;

Le Panzerbüchse 38/39 de calibre 7,92 mm pour un poids de l'arme de 11,6 à 15,9 kg selon les versions.

  FinlandeModifier

Il s'agit du Lahti L-39 d'un calibre de 20 mm pour un poids de l'arme de 49,5 kg.

  JaponModifier

Il est produit le fusil antichar Type 97 de 20 mm pour un poids de l'arme variant de 50 à 67,5 kg avec bouclier.

  PologneModifier

Cette arme est le fusil antichar wz.35 : 7,92 mm pour 9,5 kg.

  Royaume-UniModifier

Il s'agit du fusil antichar Boys de calibre 13,9 mm pour un poids total de 16,3 kg.

  SuisseModifier

Il est question des :

Solothurn M SS 41 ;

Solothurn S-18 (série) : 20 mm pour 45 à 53,5 kg selon les versions (Solothurn S-18/100 (en), Solothurn S-18/1000 (en), Solothurn S-18/1100 (en)) ;

Fusil antichar lourd Oerlikon (de) : 20 mm pour 33 kg.

  Union soviétiqueModifier

Alors que les autres belligérants de la Seconde Guerre mondiale remplacent leurs fusils antichars par des engins explosifs, grenades à fusil, lance-grenades (PIAT, Panzerfaust) ou lance-roquettes (Bazooka, Panzerschreck), l'Armée soviétique conserve en dotation ses fusils antichar jusqu'en 1945. Puissants, ils demeurent en effet efficaces contre les flancs des chars moyens (Panzer IV), les blindés légers, voire pour percer des murs de briques dans le cadre du combat urbain. Ce sont les fusils suivants :

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Anti-tank rifles », Maxim Popenker, modernfirearms.net, 1999-2018.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier