Friedrich-Wilhelm Müller

général allemand

Friedrich-Wilhelm Müller
Naissance
Barmen, province de Rhénanie
Décès (à 49 ans)
Athènes, Grèce
Origine Allemand
Allégeance Flag of Germany (1867–1918).svg Empire allemand
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of Germany (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme War Ensign of Germany (1903–1919).svg Kaiserliche Marine
War Ensign of Germany (1921–1933).svg Reichswehr
Balkenkreuz.svg Wehrmacht, Heer
Grade General der Infanterie
Années de service 1915 – 1945
Commandement 22. Infanterie-Division
V. Armeekorps
4. Armee
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Distinctions Croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne et glaives

Friedrich-Wilhelm Müller[1] ( à Barmen - à Athènes) est un General der Infanterie allemand au sein de la Heer dans la Wehrmacht au cours de la Seconde Guerre mondiale, et criminel de guerre : surnommé le « boucher de la Crète », il est condamné à mort par un tribunal grec après guerre et fusillé.

BiographieModifier

Pré-guerre et début de guerreModifier

En 1915, Müller rejoint le 2e régiment de grenadiers. Il devient Leutnant (second lieutenant) dans le 266e régiment en 1915. En 1936, il devient Major dans l'armée allemande, et en 1940, il est Oberstleutnant (lieutenant-colonel) et commandant du 105e régiment d'infanterie. Il reçoit la croix de chevalier de la croix de fer en 1941 et obtient les feuilles de chêne en 1942 pour les opérations en Russie.

CrèteModifier

En août 1942, Friedrich-Wilhelm Müller est promu Generalmajor et prend le commandement de la 22. Infanterie-Division, qui est transférée du front de l'Est à la garnison de la Crète occupée (Festung Kreta, la « forteresse Crète »).
En Crète, Müller va devenir tristement célèbre pour sa brutalité. Il est responsable de nombreuses atrocités commises sur l'île comme l'Holocauste de Viannos, la destruction d'Anógia et des villages de Kédros d'Amari, l'exécution de civils à Damasta, etc., recevant le surnom de Boucher de Crète. Durant l'automne 1943, il dirige les forces allemandes dans leur victoire sur les forces italo-britanniques lors de la campagne du Dodécanèse. Le 13 août 1944, il remplace Bruno Brauer en tant que commandant de Crète.
En 1945, Müller commande la 4. Armee sur le front de l'Est. La 4e armée avait déjà été décimée par les combats dans la poche d'Heiligenbeil lorsqu'il en prend le commandement. Müller termine la guerre en Prusse-Orientale et est capturé par les Soviétiques.

En 1946, il est jugé par un tribunal grec à Athènes pour les massacres d'otages pour représailles. Il est condamné à mort le 9 décembre 1946 et fusillé le 20 mai 1947[2], avec l'ancien général Bruno Bräuer, à la date anniversaire de l'invasion allemande de la Crète.

Ill Met by MoonlighModifier

Le plan original du Special Operations Executive (SOE), comme décrit dans le livre Ill Met by Moonlight écrit par Stanley W. Moss, dont sera plus tard tiré un film, était de capturer Müller, le commandant de la Division Sebastopol. Mais il fut remplacé par le général Heinrich Kreipe. Le SOE cru que Müller avait quitté la Crète quand il était à Hania remplaçant Brauer en tant que commandant de l'île. L'opération pour capturer le général a néanmoins été effectué, le SOE concluant que la capture d'un général allemand valait aussi bien qu'un autre.

DécorationsModifier

SourcesModifier

Références
  1. Aussi orthographié Mueller
  2. http://www.ess.uwe.ac.uk/WCC/warcrimgenrls.htm
  3. a b et c Scherzer 2007, p. 555.
Source

Bibliographie
  • (de) Walther-Peer Fellgiebel, Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes, 1939-1945 : die Inhaber der höchsten Auszeichnung des Zweiten Weltkrieges aller Wehrmachtteile, Friedberg/H, Podzun-Pallas, (ISBN 3-790-90284-5)
  • Scherzer, Veit (2007). Ritterkreuzträger 1939–1945 Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives. Jena, Allemagne: Scherzers Miltaer-Verlag. (ISBN 978-3-938845-17-2).
  • Scherzer, Veit (2007). Ritterkreuzträger 1939–1945 Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives. Jena, Allemagne: Scherzers Miltaer-Verlag. (ISBN 978-3-938845-17-2).
Liens externes