Francisco de São Agostinho Macedo

Francisco de São Agostinho Macedo
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Religion
Ordre religieux

Francisco de São Agostinho Macedo est un théologien, jésuite, puis cordelier, et fécond écrivain portugais, né à Coïmbre en 1596, mort à Padoue en 1681.

Il publia la plus grande partie de ses ouvrages sous le nom de François de Saint-Augustin. La révolution de Portugal de 1640 ayant éclaté, il soutint les droits du duc de Bragance et fut chargé par ce prince de missions politiques importantes, notamment auprès du gouvernement français.

Professeur de théologie et d’histoire ecclésiastique à Rome, il y soutint, en 1658, des thèses publiques de omni re scibili, dans lesquelles il répondait sur-le-champ en vers latins à toutes les questions qui lui étaient posées, et renouvela le même tour de force à Venise. Il mourut professeur de philosophie à l’université de Padoue.

ŒuvresModifier

Le P. Macedo composa un nombre prodigieux d’ouvrages dont il a dressé lui-même le catalogue effrayant : 2,600 poèmes épiques, 500 élégies, 3,000 épigrammes, 912 épîtres, des tragédies, des comédies, des odes, des panégyriques, des satires, des oraisons funèbres, des épitaphes, sans compter ses écrits sur la théologie, sur le droit, l’histoire et autres matières.

Dans une polémique avec le cardinal Noris sur le monachisme de saint Augustin, le bouillant cordelier envoya un cartel de défi à son contradicteur.

Dans un de ses ouvrages, intitulé Schema congregationis S. officii romani (Padoue, 1676), Macedo a défendu l’inquisition, dont il fait remonter l’origine à Dieu même. Dieu, dit-il, exerça la fonction d’inquisiteur dans le paradis terrestre. Saint Pierre procéda en la même qualité contre Ananie et Saphire, et la transmit aux papes, qui en investirent saint Dominique et ses successeurs.

Parmi ses ouvrages, nous citerons : Propugnaculum lusitano-gallicum (Paris, 1647, in-fol.); Encyclopædia in agonem litterarum producta (Rome, 1657, in-fol.) ; Assertor romanus (Rome, 1606, in-fol.) ; Collationes doctrinæ S. Thomæ et Scoti (Padoue, 1671, 2 vol. in-fol.) ; Myrothecium morale (Padoue, 1675, in-4°), etc.

SourceModifier

« Francisco de São Agostinho Macedo », dans Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, Administration du grand dictionnaire universel, 15 vol., 1863-1890 [détail des éditions].

Liens externesModifier