François de Péricard (évêque d'Évreux)

François de Péricard
Biographie
Naissance
Normandie
Décès
Paris
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Évêque d'Évreux
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

François de Péricard (né en 1583, mort à Paris le / 1646 [1]), ecclésiastique, fut coadjuteur en 1612 puis évêque d'Évreux de 1613 à 1646.

BiographieModifier

François de Péricard, issu d'une famille originaire de Normandie, est le fils de Nicolas de Péricard, secrétaire du duc Henri de Guise, avocat du roi au bailliage de Rouen et de Jeanne de Croixmare. Il est le neveu de trois évêques Georges de Péricard et François de Péricard qui se succèdent comme évêque d'Avranches de 1583 à 1639 et Guillaume de Péricard, évêque d'Evreux. Il est également l'oncle et homonyme de François de Péricard futur évêque d'Angoulême[2].

On ignore tout de sa formation bien que le Saint-Siège admette qu'il soit « bachelier en théologie ». En mai 1610, il obtient une dispense pontificale pour devenir sous-diacre de cathédrale de Rouen malgré son défaut d'âge. Il est ensuite en 1611 diacre et protonotaire apostolique. Il succède à son oncle comme doyen du chapitre de Rouen avant d'être choisi par Guillaume de Péricard devenu évêque d'Évreux comme coadjuteur le et le même jour nommé évêque titulaire de Tarse et consacré comme tel le par son oncle. Il succède à ce dernier à l'évêché d'Évreux le et prend possession du diocèse le . Il participe à plusieurs Assemblées du clergé dès 1614 à Paris en 1621 à Bordeaux et en 1641 à Mantes[3]. Il contribue à l'installation d'une communauté d'Ursulines à Évreux en 1623 et à la fondation d'autres maisons religieuses dans son diocèse : à Verneuil-sur-Avre en 1627, Pont-de-l'Arche en 1634 Pacy-sur-Eure en 1636 et au Neubourg en 1638[4]. À partir de 1643 l'évêque est amené à intervenir et à pratiquer des exorcismes dans l'affaire dite des possessions de Louviers[5]

Il meurt à Paris le 21 juillet/ mais son corps est ramené à Évreux et il est inhumé dans le chœur de la cathédrale aux côtés de ses oncles François de Péricard et Guillaume de Péricard et son cœur est destiné à l'abbaye Saint-Nicolas de Verneuil-sur-Avre.

Notes et référencesModifier

  1. l'ensemble des sources indique 21/22 juillet sauf catholic-hierarchy.org qui donne 21 août.
  2. Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, Derache et Hardel, Paris, 1844, Volume 14 p. 486.
  3. M. Charpillon avec la collaboration de l'abbé Caresme, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l'Eure, 1879, p. 121.
  4. Rituel du diocèse d'Évreux: publié en 1741, Dijon, 1833, p. 7.
  5. Nicole Jacques-Chaquin, Nicole Jacques-Lefèvre, Maxime Préaud, Le sabbat des sorciers en Europe: XVe-XVIIIe siècle: colloque international, Grenoble, 1993 (ISBN 2905614854), p. 107-110.

BibliographieModifier

  • Alphonse Chassant, G. Ernest Sauvage, Histoire des évêques d'Évreux: avec des notes et des armoiries, Évreux, 1846, p. 154-156.
  • (en) Joseph Bergin The Making of French Episcopate (1589-1661) Yale University Press 1996 (ISBN 978-0300067514) p. 682.