François Thirion

général français de la Révolution et de l’Empire

François Thirion
François Thirion

Naissance
Metz (Moselle)
Décès (à 72 ans)
inconnu
Origine Drapeau de la France France
Arme Artillerie
Grade Lieutenant-général
Années de service 1779
Distinctions Grand officier de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis

François Thirion, né le à Metz (Moselle), mort le , est un général français de la Révolution et de l’Empire. Chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis, il est fait grand officier de la Légion d'honneur le .

BiographieModifier

Fils d'un capitaine du Royal artillerie, chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis, François Thirion naît le [1] à Metz[2], place forte française des Trois-Évêchés. Sur les traces de son père, le jeune François embrasse la carrière des armes. Il s’engage dans l’armée du Roi le , avant d’épouser les idées révolutionnaires. Il fait une belle carrière militaire pendant les Guerres de la Révolution française, gravissant peu à peu les échelons de la hiérarchie militaire. D’abord officier subalterne, il devient bientôt lieutenant-colonel, puis colonel dans l’Artillerie de marine. Alors qu'il est affecté à Boulogne en tant que chef des parcs d'artillerie de marine du 1er arrondissement, il est élevé au grade d’officier de la Légion d'honneur, le [1]. Le colonel Thirion poursuit sa carrière sans encombre. En 1808 François Thirion est promu général de brigade.

Après l’épisode des Cent-jours, le général Thirion conserve son rang dans l’armée royale. Le Louis XVIII nomme le Maréchal-de-camp Thirion, inspecteur général de l’artillerie de la Marine et le promeut lieutenant général[3]. À ce poste il est élevé au grade de grand officier de la Légion d'honneur le [1]. Chargé du matériel et du personnel, Thirion s’acquitte de sa mission avec zèle et dévouement avant de faire valoir ses droits à la retraite.

Il meurt le [2].

Titres et décorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Dossier de légionnaire (cote LH/2594/40) sur Base Léonore
  2. a et b Liste des généraux mosellans du consulat et de l'empire sur patrimoines.lorraine.eu
  3. Bajot (Louis-Marie), Annales maritimes et coloniales, Paris : Imprimerie royale, 1821
  4. Bernard Lutun : 1814-1817, ou, L'épuration dans la Marine’’ Logiques historiques, L’Harmattan, 2005 (p. 88)
  • Louis-Marie Bajot: Annales maritimes et coloniales, Imprimerie royale, Paris, 1821.
  • Bernard Lutun : 1814-1817, ou L'épuration dans la Marine, Logiques historiques, l'Harmattan, 2005 (p. 88)
  • Thierry Lentz ; Denis Imhoff: La Moselle et Napoléon : étude d'un département sous le Consulat et l'Empire, éd. Serpenoise, Metz, 1986.
  • « Cote LH/2594/40 », base Léonore, ministère français de la Culture
  • Georges Six, Dictionnaire biographique des généraux & amiraux français de la Révolution et de l'Empire (1792-1814), Paris : Librairie G. Saffroy, 1934, 2 vol., p. 495