François Raymond Duval

militaire français

François-Raymond Duval
Surnom François Duval
Naissance
Montrol-Sénard (Haute-Vienne)
Décès (à 75 ans)
Saint-Jean-d'Angély (Charente-Maritime)
Origine Français
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Grade Général de brigade
Conflits Guerre de la Révolution américaine
Guerres de la Révolution française
Guerre de Vendée
Faits d'armes Colonnes infernales
Distinctions Officier de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Décoration du Lys

François Raymond dit Duval est un militaire français né le à Montrol-Sénard Haute-Vienne, et décédé le à Saint-Jean-d'Angély (Charente-Maritime).

BiographieModifier

Il commence sa carrière sous l'Ancien Régime et la termine avec la fin du Premier Empire.

En 1794, général de brigade et commandant la place de Niort et appelé par son jeune aide de camp comme témoin dans le cadre d'un partage familial bien "orchestré", il se trouvera épouser à Chavagné le 7 germinal an II (1794) Émilie Louise Elisabeth Monnet-Lorbeau, 17 ans, une de ses sept enfants du riche propriétaire Claude Jean Baptiste, seigneur de Bougouin, la Tour Chabot (à Niort) et La Renaudière (à Thorigné - Deux-Sèvres) et "fermier général du comte d'Artois" - qui, frère de Louis XVI, en avait été apanagé du Poitou vers 1776 - puis devint maire de Chavagné et administrateur du département; l'autre fille mineure épousant quant à elle le capitaine de grenadiers François Brumault Champlorier de Montgazon.

Sa femme de 20 ans sa cadette lui apportait le domaine de La Renaudière à Thorigné et ses deux métairies, où le couple s'installa; Duval s'y employa à "relever les murailles" du vieux logis et à embellir la propriété.

Ils eurent douze enfants dont sept vécurent, la dernière, Aimée Anne Napoléone (1814-1888) devenant la filleule de Napoléon Ier, débarqué le 3 mai 1814 à l'île d'Elbe, reçut de lui une rente annuelle de 333 francs 33 centimes; en effet depuis octobre 1811 son père était commandant de la place de Porto-Ferrajo, dont il aurait remis les clés le 5 mai à l'ex-empereur.

Plus tard celui-ci offrit à son compagnon d'armes rappelé en France du fait de l'épuration de l'ancienne armée armée impériale, sa lunette d'approche et une pierre d'aimant naturel qui fut ensuite montée en bijou; quant à Mme Duval, elle reçut lors du baptême deux vases de valeur; elle mourut à La Renaudière le 28 août 1819 et fut inhumée à Fressines.


La Renaudière.

En 1550 ce fief appartenait à Marguerite de Parthenay qui l'apporta par mariage à Tristan Goulard, seigneur d'Arsais et la Giffardière, puis vers 1600 il passa aux Manceau, nobles protestants qui exercèrent des charges municipales à Niort; l'un est cité comme écuyer en 1698; le domaine a alors un revenu de 100 livres.

Vers 1760 Jacques Elie Manceau (+ 1765), chevalier et seigneur de Boissoudan, Pamplie et La Renaudière, le vendit en viager moyennant une rente annuelle de 1 200 livres à Claude Jean Baptiste Monnet-Lorbeau, qui le donna à une de ses filles en 1794 ; la propriété fut cédée en 1827 par Duval âgé, diminué physiquement et en difficultés financières, à Gaspard Bardonnet et fut revendue vers 1850 (propriété privée).

Une fuie ruinée dans un pré au Sud du logis atteste de l'ancienne seigneurie; à proximité immédiate fut édifiée probablement vers la fin du XIXe siècle, peut-être sur les fondations du vieux manoir dont sont encore visibles des vestiges, une maison de maître couverte d'ardoise (propriété privée).


Officier dans la Guerre d'Indépendance des États-Unis d'AmériqueModifier

Officier sous l'Ancien Régime, il prend part à la Guerre d'indépendance américaine en 1777, au cours de laquelle il est fait prisonnier en 1778 et libéré en 1779.

Promotion dans les armées de la Révolution françaiseModifier

Au début de la Révolution de 1789, il organise la société populaire de Montreuil-sur-mer, son lieu de résidence, puis s'enrôle dans un bataillon de volontaires.

En 1791 il est capitaine dans l'armée révolutionnaire avant d'être fait adjudant-général le , puis général de brigade le .

Nommé lieutenant-colonel, il est fait maréchal de camp par Dumouriez à l'Armée du Nord, il atteint ensuite le grade de général de division.

Employé dans la guerre de la Belgique il commande la place de Lille lors de la trahison du général Dumouriez, et arrête son envoyé Miaczinski[1].

En Vendée, il est nommé à la tête d'une des colonnes infernales, la 1re division, comptant 500 hommes divisée en deux colonnes finalement commandées par Daillac et Prevignaud[2].

Accusé d'incivisme, il fut démis de ses fonctions le 13 mai 1794, cité à la barre de la convention et placé au "camp de suspects" de Villefagnan (16) où il resta un an.

Malade, il avait laissé le commandement à l'adjudant-général Prévignaud[3] qui commandait l'une des deux divisions de la colonne, avant d'être mis à la retraite en 1798.

Il vécut alors modestement à La Renaudière, devint maire de la commune, membre du conseil de recrutement et administrateur du canton de Mougon, puis fut nommé par le Premier Consul président du canton de Celles (5 février 1804) avant d'assister a même année au sacre de Napoléon Ier, mais ne fut autorisé à reprendre du service qu'en 1809.

Affecté à Anvers, puis chargé du commandement par intérim de la 25e division militaire sous les ordres du prince Camille Borghèse, beau-frère de l'empereur, à Turin.

Reçu le 27 mars 1815 au palais des Tuileries et chargé d'organiser les gardes nationales dans la Meurthe et les départements voisins, il réussit en 25 jours à réunir une troupe de 72 000 hommes; sur proposition du général Bertrand, il fut fait général de division et fait baron, titres qui ne furent pas validés par le gouvernement de la Restauration. Après l'ultime défaite, il déclina l'offre de Napoléon de l'accompagner dans son nouvel exil de Sainte-Hélène.

La même année il rencontra secrètement plusieurs fois le prince Jérôme Bonaparte, venu à Niort sou un nom d'emprunt, notamment chez le baron Aymé dans son domaine de La Chevrelière à Gournay-Loizé (terre érigée en majorat par Napoléon); cela le rendit suspect aux yeux du préfet, qui le fit surveiller par le maire de Thorigné.


Titres honorifiquesModifier

Par ordonnance du 20 août 1814 Duval est nommé chevalier de Saint-Louis, distinction honorifique obtenue par suite de ses services dans la guerre d'Amérique, et auparavant, dans la guerre dite de Sept Ans.

Une ordonnance du 12 octobre de la même année lui conféra la croix d'officier de la Légion-d'Honneur.

Pendant les Cent-Jours (1815) Napoléon nomme Duval commandant des gardes nationales actives dans la 4e division militaire ; de 1811 à 1814, il commanda l'île d'Elbe.

Son nom a été donné à une allée de la commune de Thorigné.


Notes et référencesModifier

  1. Antoine Vincent Arnault, Étienne-François Bazot, Antoine Jay, Étienne de Jouy et Jacques Norvins Marquet de Montbreton, Biographie nouvelle des contemporains ou Dictionnaire historique et raisonné de tous les hommes qui, depuis la Révolution française, ont acquis de la célébrité par leurs actions, leurs écrits, leurs erreurs ou leurs crimes, soit en France, soit dans les pays étrangers; précédée d'un tableau par ordre chronologique des époques célèbres et des évènements remarquables, tant en France qu'à l'étranger, depuis 1787 jusqu'à ce jour, et d'une table alphabétique des assemblées législatives, à partir de l'Assemblée Constituante jusqu'aux dernières chambres des pairs et des députés : XVIIIe – XIXe siècle : 1789-1825, Paris, Librairie historique, 1820-1825. (notice BnF no FRBNF33270155), lire en ligne sur Gallica, p. 305
  2. Louis-Marie Clénet, Les colonnes infernales, p. 153.
  3. « Turreau ne rencontre que deux problèmes mineurs : le général Duval, que la blessure reçue à la bataille du Moulin-aux-Chèvres rend incapable de marcher, doit mettre sa division sous le commandement du chef de bataillon Prévignaud.(…) » Reynald Secher, Le Génocide franco-français : la Vendée-Vengé, (Préface de Jean Meyer) : XVIIIe – XXe siècle : 1871-1933, Paris, Presses universitaires de France, , p. 164. (notice BnF no FRBNF34877981).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

- Pierre Arches, 296 notables des Deux-Sèvres sous le Premier Empire (Bulletin de la Société Historique et Scientifiques des Deux-Sèvres, 1982);

- René Gilbert, Un compagnon poitevin de Napoléon à l'île d'Elbe : le général François Duval; biographie écrite à partir de documents de l'auteur et des renseignements fournis par Jean-Noel Aubry, descendant du général (Bulletin de la Société Historique et Scientifique des Deux-Sèvres, 2e série, tome XV, 1982, p. 434 à 455).

Article connexeModifier