François Guy

François Guy
Nom de naissance François Guy
Naissance
Chambéry (France)
Décès
Chambéry (France)
Nationalité Français
Profession
Avocat, juge de paix

François Guy, né en 1757 et mort le à Chambéry, est un avocat au Sénat de Savoie et juge de paix à Chambéry.

BiographieModifier

Famille et naissanceModifier

François Guy est né à Chambéry en 1757[1]. Son père est Ambroise Guy et sa mère Jacqueline Bertholus. Il a une sœur, de laquelle il est proche, nommée Thérèse[2].

Du côté de la famille de sa mère, il a plusieurs cousins, dont Ferdinand Bertholus, lieutenant de cavalerie dans l’armée française et chevalier de la Légion d'honneur.

Études et formationModifier

Il n’y a pas d’informations disponibles sur sa formation, mais il a sûrement fait des études de droit, ce qui l'a mené à être reçu au barreau, certifié avocat, de Chambéry en 1782, alors qu’il a 25 ans[1].

CarrièreModifier

Il est nommé juge au tribunal du district de Saint-Jean-de-Maurienne le et est remplacé le [3].

Avocat au Sénat de Savoie, il est domicilié rue couverte entre 1824 et 1828, puis rue des boulevards entre 1829 et 1831, à Chambéry[4].

Finalement, il est nommé juge de paix de Chambéry Sud en 1804[5].

Lien avec la vie culturelle de la ville de ChambéryModifier

Fondation Guy et concours de poésieModifier

Grand passionné de poésie, l'avocat Guy, fonde à l’Académie de Savoie un concours de poésie[6]. D’abord voulu annuel et seulement dédié à la poésie, il est ensuite décidé de l’adjoindre à un concours de dessin ou de peinture, les alternant chaque année. C’est ainsi un moyen d’encourager et de récompenser les élèves de l’école de Dessin de Chambéry jusqu'à la prise en charge de cette partie par le notable M. Pillet-Will. Le concours à un prix d’une valeur de 400 francs, et pouvait être accompagné de médailles valant 200 francs chacune. Il a aussi été décidé de réserver le concours à des auteurs et artistes de Savoie[7]. En 1860, le sujet du concours de poésie était "un conte ou une nouvelle qui se déroule en Savoie." C’est l’abbé Brachet, vicaire de Novalaise, qui le remporte avec un conte sur l'origine du lac d’Aiguebelette. À la deuxième place, remportant ainsi une médaille, se trouve Claudins-Virgile Carret, avec le Saut de la Pucelle. Malheureusement, il ne reçoit sa récompense qu'à titre posthume[8].

Aussi amateur d’art, et surtout de portraits, il fait plusieurs dons à la ville de Chambéry qui ont contribué à l'enrichissement des collections des musées. Ces tableaux se trouvent aujourd'hui au Musée des Beaux Art et au Musée Savoisien, à Chambéry.

Mort et legsModifier

François Guy meurt le [1].

Il lègue le contenu de son musée et de sa bibliothèque à la ville de Chambéry[9]. Cela représente 1108 volumes portant sur des sujets divers, surtout sur l’histoire et la poésie. 140 sont porteurs d’un ex-libris, et se trouvent dans les fonds de la médiathèque Jean-Jacques Rousseau à Chambéry[10].

RéférencesModifier

  1. a b et c Médiathèque Jean-Jacques Rousseau, « François Guy »  , sur Camberi@, patrimoine de Chambéry numérisé (consulté le )
  2. François Guy (c.1831), Testament, Fonds sarde (série U, no 160), Archives départementales de la Savoie, Chambéry.
  3. Gabriel Pérouse, Circonscriptions, organisation et personnel administratif de la Savoie de 1792 à 1815 : le département du Mont-Blanc, Chambéry, Imprimeries réunies, , XXXIII (33) (lire en ligne), p. XXX (30)
  4. Bellemin, Almanach du duché de Savoie, Chambéry, , 148 p. (lire en ligne), p. 50
  5. Bellemin, Almanach du duché de Savoie, Chambéry, , 176 p. (lire en ligne), p. 50
  6. Académie royale de Savoie, Mémoires, Chambéry, imprimerie de F. Puthod, , 355 p. (lire en ligne), p. XXXIII (33)
  7. Académie royale de Savoie, Mémoires, Chambéry, Imprimeries f. Puthod, , 355 p. (lire en ligne), p. XXXIII (33)
  8. Académie royale de Savoie, Mémoires, Chambéry, Imprimerie de Puthod fils, , 228 p. (lire en ligne), p. XXXVIII (38), XLI (41), LXXIV (74)
  9. François Guy.(c.1831), Testament, Fonds sarde (série U, no 160), Archives départementales de Savoie, Chambéry, France
  10. Zerbone Cécile, Historique de la Bibliothèque de Chambéry : 1783-1988, mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, sous la direction d’A. Palluel-Guillard, Chambéry, Université de Savoie, 1996, 154 p.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

SourceModifier

  • François Guy.(c.1831), Testament, Fonds sarde (série U, no 160), Archives départementales de Savoie, Chambéry, France

Thèses et mémoiresModifier

  • Teyssier Estelle, La bibliothèque municipale de Chambéry et ses lecteurs : pratiques et usages 1870-1945, mémoire master 1 histoire contemporaine, sous la direction de S. Milbach, Chambéry, Université de Savoie, 2011, 277 p.

OuvragesModifier

PresseModifier

  • “Intérieur : Chambéry, 15 août”, Le Courrier des Alpes, 15 août 1844, Chambéry (libre d'accès sur Lectura Plus).
  • “Habitants de Chambéry !”, Journal de Savoie, 30 avril 1831.
  • “Prix de poésie et prix de peinture ou de dessin fondés par M. François Guy”, Journal de Savoie, feuille politique, religieuse, littéraire, et contenant ce qui intéresse l’agriculture et les arts, 1er septembre 1832.

Liens externesModifier