Ouvrir le menu principal
François Brillaud
Naissance
Décès

Cugand (85), Drapeau de la France France
Nom de naissance
François Eugène Brillaud
Nationalité
Activité
Maître
Distinctions
Mention honorable (1904)
Salon des artistes français.
Œuvres principales
Le viatique en Vendée (1909)

François Eugène Brillaud, né le à Cugand[1], mort dans la même ville le , est un peintre français.

Sommaire

BiographieModifier

Né à Cugand en Vendée le 23 septembre 1846, il est le fils d'un couple d'épiciers François Brillaud et Françoise Jeanne Coulonnier mariés l'année précédente. En 1848 son père décède au mois de janvier[2], sa mère enceinte accouche au mois d'août[3]d'un garçon, Pierre Clément qui meurt 10 jours plus tard[4]. Elle continue son commerce d'épicerie à Cugand , quartier des Emériats, et élève seule François Brillaud[5].

En 1867 il fait une copie du baptême du christ d'après Francesco Albani pour décorer les fonts baptismaux de la nouvelle église de Cugand. Il emprunte le tableau pour le présenter en 1868 au conseil général de Vendée qui lui attribue une pension d'étude pour les beaux-arts et c'est à cette époque qu'il entre aux beaux-arts à Paris avec comme professeurs Breton et Pils.
Il expose régulièrement au salon des Champs-Élysées à partir de 1877. Il habite Montmartre de 1877 à 1880 au 38 Rue Ramey (18e arrondissement), et déménage ensuite en 1881 sur la butte au 1 Rue Saint-Vincent (10e arrondissement).
Le salon prend alors le nom de Salon des artistes français.

Ses premières toiles, influencées par le style de son maître Jules Breton, sont des scènes de la vie paysanne et également des portraits de sa famille et de notables locaux[Note 1].
En 1884 il est domicilié 60 Quai de la Fosse à Nantes et en 1894 partage sa vie entre Paris où il habite au 317 Rue de Vaugirard (15e arrondissement) et le 12 Rue Copernic à Nantes[Note 2]. Domicilié Rue de l'Abbé Grégoire (6e arrondissement) en 1898 ,avec Libellule il commence une deuxième période: sensible au changement de goût du public, avec l'avènement de l'Art nouveau, il s'essaye au nu et aux scènes de genre.
On lui doit également quelques natures mortes et plus tard des scènes de la vie militaire dans lesquelles on retrouve l'enseignement de Pils.
En 1909 le décès de sa mère est le thème du Viatique en Vendée exposé d'abord à Nantes puis au salon en 1910. Il réside à Nantes jusqu'en 1914, continuant ses envois au salon. Il obtient d'ailleurs une mention honorable en 1904, soit 27 ans après sa première participation.

Courant 1914, il retourne vivre à Cugand et y installe son atelier.

Il meurt dans son village natal le 26 aout 1916 à La Brillaudière la maison qu'il avait construite au bord de la Sèvre.[Note 3].
Sa femme née Debons Lucile Caroline, se conformant à ses dernières volontés[7], la lègue en 1921 à l'association des artistes peintres à Paris[8].

On peut voir ses tableaux au Musée municipal de La Roche-sur-Yon et au Musée des beaux-arts de Nantes[9].

Son portrait peint par Charles Mengin se trouve au Musée des beaux-arts de Nantes [10].

Une rue de Cugand porte son nom[11]

ExpositionsModifier

ParisModifier

  • 1877 : Salon des Champs-Élysées. no 309-Fileuse.
  • 1878 : Salon des Champs-Élysées. no 338-La chute du jour
  • 1879 : Salon des Champs-Élysées. no 419-Portrait de Mme B., no 420-La petite morte[12]
  • 1880 : Salon des Champs-Élysées. no 495-Jeune veuve, no 496-Portrait de Mme X.
  • 1881 : Salon des artistes français. no 298-Chez mon grand père
  • 1884 : Salon des artistes français. no 361-Portrait de Melle L.B.[13]
  • 1888 : Salon des artistes français. no 383-Portrait
  • 1889 : Salon des artistes français. no 380-L'Aveu[14]
  • 1890 : Salon des artistes français. no 346-Femme plumant un poulet, no 347-Portrait de la mère
  • 1892 : Salon des artistes français. no 267-Portrait de Mme G., no 268-Révélation[15]
  • 1894 : Salon des artistes français. no 294-Portrait de Melle X..
  • 1896 : Salon des artistes français. no 313-Les enfants de Marie, no 314-La rosée[16]
  • 1898 : Salon des artistes français. no 305-Libellule[17]
  • 1899 : Salon des artistes français. no 295-Le Bain[18], no 296-Portrait de l'ingénieur Cuenot[19]
  • 1900 : Salon des artistes français. no 196-[20]L'Asile Saint-Joseph à Nantes[21]
  • 1901 : Salon des artistes français. no 307-L'été[22]
  • 1902 : Salon des artistes français. no 239-L'Alerte[23]
  • 1904 : Salon des artistes français. no 270-Derniers rayons[24] (mention honorable)[25], no 271-Portrait de Melle B.H..
  • 1905 : Salon des artistes français. L'Idylle (reproduit en carte postale).
  • 1906 : Salon des artistes français. Portrait de ma mère[26]
  • 1907 : Salon des artistes français. no 247-Marchande de pêches[27] (reproduit en carte postale), no 248-Mme Mafitte
  • 1907 : Dans le bocage vendéen (reproduit en carte postale).
  • 1908 : Salon des artistes français. no 246-Ménagère plumant un poulet, no 247 Fruits
  • 1909 : Salon des artistes français. no 265-Poires William et Duchesse
  • 1910 : Salon des artistes français. no 305-Le Viatique en Vendée [Note 4] (reproduit en carte postale)
  • 1912 : Salon des artistes français. Fermière et poules (reproduit en carte postale).

NantesModifier

  • 1890 : Salon des amis des arts de Nantes. Melle X, Jeanne d'Arc
  • 1891 : Salon des amis des arts de Nantes. Portrait de Mr A.D. de Saint D.
  • 1896 : Salon des amis des arts de Nantes. Portrait de Mme la vicomtesse de la Noue
  • 1897 : Salon des amis des arts de Nantes. Laitière des environs de Pontivy
  • 1905 : Salon des amis des arts de Nantes. Portrait du docteur Aumaitre, Portrait de Jacques Pohier
  • 1906 : Salon des amis des arts de Nantes. Portrait de ma mère à 84 ans
  • 1914 : Salon des amis des arts de Nantes. Le soir sur la Sèvre, Le Printemps

Société des artistes bretonsModifier

  • 1902 : Coquetterie
  • 1905 : L'Ouvrier, Dimanche à la campagne, Baigneuses
  • 1906 : Marchande de pêches, Mère Mafitte
  • 1909 : Le viatique en Vendée
  • 1912 : Les bords de la Sèvre
  • 1914 : Au printemps dans le verger, Retour de fenaison, Le printemps des cœurs, Le petit déjeûner

PosthumesModifier

  • 2001 : Le patrimoine rural du département (prov) : Gétigné (France), Domaine départemental de la Garenne Lemot, 01 janvier 2001-30 juin 2001
  • 2008 : 1 siècle de peinture à Clisson du 19 juillet au 21 septembre 2008

Œuvres référencéesModifier

Maison Saint-Gabriel à CugandModifier

  • Portrait du curé Grelier
  • Portrait de Melle Bousseau
  • Portrait de Mme Gouraud d'Antières[Note 5]

SignatureModifier

BibliographieModifier

  • Ménard (Christian), « François Brillaud, artiste peintre », in Le Marcheton, no 10, 2012, p. 50-57, 11 ill.
  • François Wiehn, Dictionnaire des peintres de Vendée, Geste éditions, 435p. (ISBN 978-2-84561-706-3)
  • François Wiehn, Peintres de la Vendée, Geste éditions, 200p. (ISBN 978-2-84561-924-1)
  • François Robichon, L'Armée française vue par les peintres 1870-1914, édition Herscher, 1998, 151p. (ISBN 978-2-73350-313-3)
  • Gérard Aubisse, Les peintres Charentes-Poitou-Vendée XIXe-XXe siècles, autoédition, 2001, 445p. (ISBN 2-9506079-3-4)

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. comme le portrait de Philbert Doré-Graslin actuellement au Musée des beaux-arts de Nantes reproduit sous le n°846, p.64 du catalogue de 1953 du musée des beaux-arts de Nantes par Luc Benoist et celui d'Alfred Riom en 1896.
  2. en 1896 résidant à Nantes il fait le portrait de Alfred Riom, alors maire de la ville.
  3. Le Centre National Gériatrique de La Chimotaie: C'est grâce à l'obligeance de M. Yves Minault, directeur du Centre National Gériatrique, qui a bien voulu donner communication des archives de La Chimotaie, qu'il a été possible de faire l'histoire de cette propriété particulière devenue par la suite un important Établissement. Le choix du site, absolument remarquable, en bordure de la Sèvre sur 1800 mètres et surplombant la rivière d'une hauteur d'environ 30 mètres, est dû à une célébrité cugandaise, le peintre François-Eugène Brillaud ; il y fit construire, dans les premières années de ce siècle, une modeste maison où il mourut le 26 août 1916. Quelques années après la première guerre, La Brillaudière est achetée par M. Jaune, fondé de pouvoir aux usines Motte et Marquette de Roubaix, en relations constantes avec le directeur de l'usine d'Hucheloup, distante de quelques centaines de mètres. Il était accompagné dans ses déplacements par Mlle Marthe Chimot, ancienne directrice de l'École Primaire Supérieure de Tulle, qui, en passant à La Baule, avait eu le coup de foudre pour le luxueux hôtel Hermitage dont La Chimotaie serait une modeste réplique ; quant à l'origine du nom, elle est évidente[6]
  4. Sujet inspiré par le décès de sa mère l'année précédente et exposé à Nantes en 1909
  5. Mme Gouraud d'Antières est la co-fondatrice de la maison de retraite Saint-Gabriel à Cugand

RéférencesModifier

  1. Acte naissance sur AD85 p. 421/447
  2. Acte décès père AD85 p. 59/405
  3. Acte naissance frère AD85 p. 77/405
  4. Acte décès frère AD85p. 78/405
  5. Recensement 1851 AD85 p. 21/78
  6. Louis Delhommeau Cugand pages d'histoire pdf Extraits
  7. Legs 1916 4 O 232 sur archives-vendée.fr
  8. Legs 1921 sur archives-vendée.fr
  9. Collection en ligne musée des beaux-arts de Nantes
  10. Portrait base joconde
  11. Rue François Brillaud sur streetdir.org
  12. Catalogue illustré du salon 1879 sur Gallica
  13. Salon des artistes français sur archives.org
  14. Catalogue illustré du salon 1889 sur Gallica
  15. Catalogue illustré du salon sur Gallica
  16. Catalogue illustré du salon 1896 sur Gallica
  17. Photo dans Paris-Salon
  18. Catalogue illustré du salon 1899 p. 198 sur Gallica
  19. Salon de 1899 sur Gallica
  20. Catalogue illustré du salon 1900 sur archives.org.
  21. L'Asile saint-Joseph à Nantes p. 158 sur archives.org.
  22. Catalogue illustré du salon 1901 p. 173 sur Gallica
  23. catalogue illustré du salon 1902 photo sur Gallica
  24. Catalogue illustré du salon 1904 p. 20 sur Gallica
  25. Liste des artistes récompensés in explication des ouvrages... sur gallica
  26. Catalogue illustré du salon 1906 p. 186 sur Gallica
  27. Catalogue illustré du salon 1907 p. 157 sur Gallica