Ouvrir le menu principal

François-Alexandre-Léonor Le Jolis de Villiers

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villiers.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Le Jolis de Villiers.
François-Alexandre-Léonor Le Jolis de Villiers
Fonctions
Député de la Manche
-
Président
Conseil général de la Manche (d)
-
Maire de Saint-Lô
-
Maire de Villiers-Fossard (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
Saint-LôVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Famille
Autres informations
Distinction

François-Alexandre-Léonor Le Jolis de Villiers (, Villiers-Fossard - , Saint-Lô), est un homme politique français.

BiographieModifier

FamilleModifier

Article connexe : Famille Le Jolis de Villiers.

D'une ancienne famille du Cotentin, il fait ses études au collège de La Flèche.

Il épouse en 1787, la fille aînée du marquis de Géraldin, brigadier des armées du roi. Il est l'ancêtre de Philippe de Villiers et du général Pierre de Villiers.

Carrière militaireModifier

Il entre à seize ans, en qualité de cadet gentilhomme, dans le régiment de Vermandois. L'ancien colonel de ce régiment, le marquis de Timbrune, alors gouverneur de l'École militaire, le protège et le fait recevoir, après un an de service, officier au même régiment, avec lequel il va en Corse.

Carrière politiqueModifier

Démissionnaire en 1787, il s'occupe de sciences et de beaux-arts, n'émigre point pendant la Révolution, et devient, en 1790, maire de Villiers-Fossard (Manche), son pays natal. Mais un décret le prive bientôt de ces fonctions, comme ci devant noble. Il est cependant appelé eu l'an III, à faire partie du directoire de district de Saint-Lô, dont il devint maire de l'an VIII à 1803. Le 4 décembre 1809, il accepte les fonctions de conseiller de préfecture.

Le 10 septembre 1817, il est élu député du collège de département de la Manche. Il soutient le ministère, obtient sa réélection, le 20 octobre 1818, et siège dans la majorité jusqu'en 1824 : il échoue alors dans le 1er arrondissement de la Manche, face à Pierre Yver.

Nommé chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur, il rentre dans la vie privée, et ne conserve que quelques places honorifiques. Il était membre du conseil général de la Manche.

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier