Ouvrir le menu principal
Fra Mauro
Bust of Fra Mauro Camaldolese. Panteon Veneto; Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Domaine
Religion
Ordre religieux
La carte du monde de Fra Mauro de Fra Mauro en 1459 (en présentation inversée puisque le Sud était situé en haut). La carte montre l'Ancien monde connu avec l'Asie, l'Afrique et l'Europe.

Fra Mauro (Frère Maur), né vers 1385 à Venise et mort en 1460 dans la même ville, est un moine convers d'un monastère camaldule italien du XVe siècle, qui fut le plus célèbre cosmographe de son temps. Il est connu pour la carte de Fra Mauro.

BiographieModifier

Fra Mauro exécuta entre 1448 et 1453 une carte circulaire du monde exposée tout d'abord en 1460 dans l'église du monastère camaldule San Michele in Isola, puis, à partir de 1655, dans la bibliothèque de cet établissement religieux. Confisquée à la suite de la suppression du monastère, en 1810, elle fut installée à Venise même, dans la bibliothèque Saint-Marc[1]. Il s'agit vraisemblablement d'une copie partiellement réalisée par son assistant Andrea Bianco, navigateur-cartographe.

Le roi Alphonse V de Portugal commanda une copie de la carte. Cette copie, envoyée à Lisbonne en avril 1459, a disparu[1]. Une lettre du législateur de Venise accompagnait la carte. Elle s'adressait au prince Henri le Navigateur, l'oncle d'Alphonse V. Elle encourageait le prince à continuer de financer les voyages d'exploration.

Fra Mauro mourut l'année suivante pendant qu'il faisait une copie de la carte pour la République de Venise, et la copie fut terminée par Andrea Bianco. L'existence de cette copie exposée dans le palais Medici-Riccardi à Florence, est attestée jusqu'en 1494, date à laquelle on perd sa trace.

En 1807, la Compagnie des Indes orientales en commande une reproduction à taille réelle, actuellement conservée à la British Library.

DescriptionModifier

Il cartographia la totalité de l'Ancien monde, avec une précision surprenante, incluant des commentaires écrits qui reflétaient la connaissance géographique de son époque.

Cette mappemonde s'inscrit dans un carré de 223 centimètres de côté,à l'intérieur duquel se trouve un cercle de 196 centimètres de diamètre. Elle se compose de 3000 inscriptions (dont environ deux cents sont insérées dans des cartouches complexes, contenant des informations extraites de nombreux auteurs anciens et récents, les autres étant de simples toponymes) et de centaines d'images. Parmi les auteurs qui ont inspiré Fra Mauro, figurent Marco Polo, Odorico de Pordenone et Poggio Bracciolini[1].

HommagesModifier

Une médaille commémorative contemporaine en l'honneur de son œuvre cartographique décrit Fra Mauro comme le « cosmographus incomparabilis ».

Un cratère lunaire porte le nom de Fra Mauro depuis 1935 par décision de l'union astronomique internationale. À côté de ce cratère, s'élève un massif montagneux lunaire qui a reçu le nom de formation géologique Fra Mauro. Elle constituait le site d'alunissage initialement prévu pour Apollo 13 et finalement utilisé pour Apollo 14.

BibliographieModifier

  • Le rêve du cartographe, par James Cowan ed Hozhoni 2015 . Le roman de l'extraordinaire carte du monde imaginée par Fra Mauro eu XVe siècle. "Quand Fra Mauro, moine cartographe à la cour de Venise, s’enferme dans sa cellule du monastère San Michele de Murano avec pour projet l’établissement de l’« ultime » carte du monde, il ignore qu’elle va devenir l’obsession de sa vie. En croisant les récits des marchands, pèlerins, missionnaires et aventuriers qui se succèdent chez lui, il dresse peu à peu le relevé des mers et des monts et inventorie monstres et merveilles… Mais comment concilier ces informations parfois étranges et fantaisistes avec les réalités d’une représentation du monde ? Fra Mauro ne considère plus les continents et les royaumes comme tels et sa carte prend une dimension inattendue, rêvée, spirituelle et poétique. Son identité commence à vaciller, ses repères se brouillent… mais sa carte déroutante de l’Ancien Monde (le Sud est représenté au Nord), achevée un an avant sa mort, va s’avérer d’une surprenante précision.Librement inspiré d’une histoire vraie, ce roman de l’écrivain-voyageur australien James Cowan a été traduit en dix-sept langues et lui a valu la prestigieuse médaille d’or de l’Association de littérature australienne."
  • Piero Falchetta, Fra Mauro's world map : with a commentary and translations of the inscriptions ; presentation by Marino Zorzi ; CD-Rom project, CIRCE team headed by Catherina Balletti. - Turnhout : Brepols, 2006. - 1 vol. (829 p.) : ill. ; 28 cm + 1 carte, 53 x 41 cm, pliée 27 x 21 cm. - (Terrarum orbis : histoire des représentations de l'espace, textes, images ; 5). (ISBN 2-503-51726-9)

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Angelo Cattaneo, Fra Mauro: la mappemonde qui unit les terres et les mers, Paris, éditions du Seuil, (ISBN 978 2 02 140625 2), p. 125 du livre L'exploration du monde: une autre histoire des grandes découvertes

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier